Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Plomb durci > Israël songe à une trêve unilatérale, ignorant le Hamas

Israël songe à une trêve unilatérale, ignorant le Hamas

dimanche 17 janvier 2010, par La Rédaction

Il y a un an, jour pour jour
"Plomb durci"
 
( 17 janvier 2009 )
 
L'armée israélienne a repris ses bombardements sur la bande de Gaza samedi avant l'aube, alors que l'idée d'un cessez-le-feu unilatéral fait son chemin au sein du gouvernement de l'Etat juif.
Selon des sources politiques israéliennes, le cabinet de sécurité réuni autour du Premier ministre Ehud Olmert pourrait voter une telle décision dans la soirée.
Une délégation du Hamas est retournée en Egypte mais, selon le représentant au Liban du mouvement islamiste, sans "rien de neuf à offrir". "Soit on nous dit que nos exigences ont été entendues, soit nous poursuivons la confrontation sur le terrain", a dit Osama Hamdan lors d'une réunion à Beyrouth.
Après une nuit relativement calme, le grondement des avions de combat israéliens s'est fait entendre vers 03h00 GMT, suivi de plusieurs explosions visant principalement le sud et le nord de la ville de Gaza.
Des tirs de blindés israéliens ont une nouvelle fois visé une école de l'agence de l'Onu pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) dans la ville de Beit Lahiya, tuant deux enfants, selon un représentant de l'organisation.
"Israël doit être tenue pour responsable de ce qui est arrivé", a dit à Reuters Adnan Abou Hasna.
Quatorze autres personnes ont été blessées dans l'attaque.
Environ 45.000 Gazaouis se sont abrités dans les écoles de l'Unrwa pour fuir les combats. Un bombardement israélien a tué 42 personnes réfugiées dans un tel bâtiment le 6 janvier. Une autre enceinte de l'Onu a été frappée deux fois mardi.
Quatre autres personnes ont été tuées samedi par des tirs israéliens, selon les secours, et le Hamas a rapporté la mort d'un de ses combattants.
Tsahal a précisé avoir visé 50 objectifs, notamment 16 tunnels, deux mosquées d'où provenaient des tirs, trois bunkers, huit postes de tir de roquettes et six zones minées.
Israël a laissé entendre vendredi que son offensive lancée le 27 décembre contre les forces du Hamas, qui contrôle l'étroite bande côtière de 1,5 million d'habitants, était entrée "dans son dernier acte".
Quelque 1.200 Palestiniens, dont 410 enfants, ont été tués et 5.300 autres, dont 1.630 enfants, ont été blessés en trois semaines, selon un service d'ambulances contrôlé par le Hamas.
Dix soldats et trois civils israéliens ont péri durant la même période.
Aux yeux de certains observateurs, Israël ne pourra résister aux appels internationaux en faveur d'un cessez-le-feu au-delà de l'investiture de Barack Obama, qui prendra ses fonctions mardi à la Maison blanche.
Une large majorité des pays membres de l'Assemblée générale des Nations unies a voté vendredi une résolution reprenant les termes de celle votée le 8 janvier par le Conseil de sécurité, appelant à un cessez-le-feu "immédiat et durable".
Les souffrances des civils palestiniens pèsent aussi dans la balance, même si l'offensive est fortement soutenue par l'opinion israélienne.
Une chaîne de télévision israélienne a diffusé vendredi un appel vibrant d'émotion d'un médecin palestinien dont trois enfants ont été tués par des obus israéliens. Tsahal a par la suite transféré les survivants de sa famille.
Ignorant la notion de réponse proportionnée, l'armée israélienne a eu recours depuis le début de son offensive à une puissance de feu dévastatrice pour atteindre son objectif de faire cesser les tirs de roquettes du Hamas sur les villes du sud d'Israël.
Vendredi, une quinzaine de roquettes et d'obus de mortier se sont encore abattus sur l'Etat hébreu, faisant cinq blessés.
Les attaques israéliennes dans la bande de Gaza ont fait 30 morts dans la même journée, dont un chef du Djihad islamique à Khan Younès, dans le sud du territoire.
Selon des sources israéliennes, la médiation égyptienne avec le Hamas ne progresse pas. Mais Israël estime avoir donné une leçon au mouvement islamiste et opterait pour une trêve unilatérale afin de priver le Hamas du bénéfice politique qu'il aurait pu tirer d'un accord en bonne et due forme.
La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui vise le poste de Premier ministre à l'issue des législatives du 10 février, a dit que "la fin ne devait pas dépendre d'un accord avec le Hamas, mais plutôt d'un arrangement contre le Hamas".
Livni a signé aux Etats-Unis un accord visant à mettre un terme à la contrebande d'armes à la frontière entre Gaza et l'Egypte, objectif affiché de l'offensive avec l'arrêt des tirs de roquettes.
A Doha, où il a participé aux côtés des présidents syrien et iranien à une réunion organisée par le Qatar pour évoquer la crise de Gaza, le chef en exil du Hamas Khaled Méchaal a réaffirmé son hostilité à une trêve aux conditions d'Israël.
Le mouvement islamiste palestinien a proposé une trêve d'un an, renouvelable, en échange de la réouverture de tous les points de passage du territoire avec Israël et l'Egypte.
 
Le contexte
 
Conférence de presse d'Olmert et de Barak samedi soir
Une équipe de Médecins sans Frontières (MSF) va pouvoir opérer à Gaza-ville
Gaza: Sarkozy et Moubarak co-présideront un sommet international en Egypte
La police du Caire intervient contre une manifestation pour Gaza
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants contre l'intervention israélienne
Londres, Paris et Berlin proposent une aide contre le trafic d'armes vers Gaza
Ban Ki-moon accueilli par des manifestations à Beyrouth
Gaza: une résolution a été votée à l'ONU, le cabinet de sécurité israélien vote samedi
Gaza: les combats continuent de faire rage
Deux enfants tués dans une école de l'Onu à Gaza
Irak: Obama réunira les chefs d'état-major le lendemain de son investiture
 
 
Pétition
Non au terrorisme de l’État d’Israël
contre les peuples Palestiniens et Libanais
Sur
http://www.aloufok.net/spip.php?article2