Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Plomb durci > Après 22 jours, les Gazaouis retrouvent des rues et des corps (...)

Après 22 jours, les Gazaouis retrouvent des rues et des corps méconnaissables

lundi 18 janvier 2010, par La Rédaction

Il y a un an, jour pour jour
"Plomb durci"
 
( 18 janvier 2009 )
 
- Fin de la série -
 
Après 22 jours passés terrés dans des abris de fortune, les Gazaouis se hasardaient dimanche dans les rues en ruines pour récupérer leurs morts sous la protection prudente du Hamas.
Des femmes, trop tourmentées pour raconter leur chagrin, pleurent à genoux au milieu des ruines de ce qui était il y a trois semaines leur maison. D'autres errent entre les murs pour récupérer quelques affaires avec des sacs plastiques. L'une a trouvé un collier : "C'est tout ce qu'il reste", dit-elle.
Des enfants sauvent des cartables, des cahiers déchirés.
Le feu israélien a cessé à 2 heures du matin (00h00 GMT), les bombardements ne menacent plus malgré des affrontements épars et les familles qui avaient fui découvrent ce que les combats leur ont laissé.
"Dieu merci tu es vivant ! Si Dieu le veut, la maison sera reconstruite", dit un homme pour consoler son ami.
Le Hamas a envoyé des policiers dans les rues, même pour régler la circulation sur des routes impraticables, pour tenter de prouver qu'il y a toujours un pouvoir en place à Gaza.
Des bulldozers ont dégagé les voies en poussant sur le bas-côté les voitures détruites et des blocs de béton tombés sous les bombes. Insuffisant pour cacher l'ampleur de la destruction de la ville.
"Certaines personnes n'arrivent même plus à reconnaître l'endroit où se trouvait leur maison", affirme un policier à son commandant dans la ville de Beit Lahiya, dans le nord de l'enclave.
Près de 100 cadavres, principalement des militants, y ont été ramassés dimanche par les ambulances du Hamas.
Dans cette région, les hostilités n'ont pas tout à fait cessé. Les policiers sont prudents. Leur commandement a ordonné qu'ils ne se déplacent que par très petits groupes et uniquement pour protéger les bâtiments publics. Il leur est interdit d'y pénétrer sauf nécessité absolue.
Les consignes sont claires. "Sois prudent. Ce n'est pas une vraie accalmie", a dit un supérieur prévenant son agent.
Dans les rues méconnaissables, les recherches dans les décombres continuent. Une femme y a découvert ce qui reste de son mari. "C'était un combattant", dit-elle en tenant son enfant. "Nous ne savions pas qu'il avait été tué (...) Que Dieu punisse Israël et l'Amérique", implore la veuve.
 
Le contexte
 
Premier jour de trêve à Gaza
Sarkozy salue le cessez-le-feu, estime qu'il faut "aller plus loin"
PO : Plusieurs centaines de personnes à un rassemblement pour la paix à Paris
Ismaïl Haniyeh proclame une "victoire" palestinienne sur Israël
Israël veut sortir de Gaza le "plus vite possible"
Les Arabes, divisés, tiennent un sommet lundi, mais après le cessez-le-feu
Gaza : Hosni Moubarak appelle à un soutien international au plan de l'Egypte
L'armée israélienne a quitté des positions clés à Gaza
Tunisie: manifestations contre l'offensive israélienne à Gaza
Gaza: l'Union européenne salue le cessez-le-feu unilatéral d'Israël
 
 
Pétition
Non au terrorisme de l’État d’Israël
contre les peuples Palestiniens et Libanais
Sur
http://www.aloufok.net/spip.php?article2