Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Irak > Iyad Allaoui déclaré vainqueur des législatives irakiennes

Iyad Allaoui déclaré vainqueur des législatives irakiennes

vendredi 26 mars 2010, par La Rédaction

Malgré les appels à un report en raison des risques de violences, la commission électorale irakienne publiait vendredi les résultats complets des législatives du 7 mars : les premiers chiffres officiels plaçaient la coalition laïque de l’ex-Premier ministre Ayad Allaoui en tête devant la liste de l’actuel chef du gouvernement Nouri al-Maliki.
Selon ces premiers résultats portant sur six des 18 provinces irakiennes, dont celle de Bagdad, le Bloc irakien (ou Iraqiya) de M. Allaoui remportait 72 sièges contre 41 pour l’Etat de droit de M. Al-Maliki. L’annonce des résultats devait durer deux heures et préciser la répartition des 325 sièges du Parlement.
Le scrutin s’annonçait très serré. De précédents résultats portant sur 95% des bulletins donnaient la liste de Nouri al-Maliki et la coalition d’Ayad Allaoui au coude à coude.
Le très faible écart de voix attendu entre les deux formations faisait craindre un risque de violences parmi leurs partisans alors que des accusations de fraudes ont été lancées après le scrutin, pourtant jugé globalement équitable par les observateurs internationaux.
Le ministre de l’Intérieur Jaouad al-Bolani avait demandé un report de la publication des résultats pour des raisons de sécurité, mais sa requête a été rejetée. Malgré les craintes de violences, la sécurité n’avait pas été renforcée dans les rues de Bagdad.
Peu avant l’annonce des résultats, deux bombes ont explosé dans un restaurant à Khalis, à 80 kilomètres au nord de Bagdad, faisant 40 morts et des dizaines de blessés.
A Bagdad, la situation sécuritaire était décrite comme "stable" par le général Qassim al-Moussaoui, porte-parole du centre de commandement des opérations dans la capitale. "Nous ne prévoyons pas de renforcer la sécurité ni d’instaurer un couvre-feu à Bagdad ou dans d’autres zones après l’annonce des résultats", a-t-il précisé.
Ces derniers jours, de nombreux conseillers de M. Al-Maliki ont averti que les chiites, majoritaires dans le pays, pourraient recourir à la violence dans le cas où les résultats leur apparaîtraient douteux. D’autres ont également mis en garde contre un risque de relance des violences intercommunautaires entre chiites et sunnites, si ces derniers se sentent écartés du pouvoir.
La liste qui obtiendra le plus de sièges se verra confier la tâche de désigner le Premier ministre et le nouveau gouvernement. Des résultats serrés devraient donner lieu à de difficiles tractations, qui pourraient créer des tensions dans le pays et compliquer les efforts des Etats-Unis pour accélérer le retrait de leurs troupes. Le contingent américain doit passer de 95.000 à 50.000 d’ici la fin août, et l’ensemble des troupes américaines devront avoir quitté l’Irak d’ici fin 2011.
M. Al-Maliki, qui brigue un deuxième mandat de quatre ans, a cherché à apparaître au-dessus des clivages communautaires, se présentant comme un nationaliste qui a aidé à stabiliser l’Irak. Sa coalition dominée par les chiites comprend également des sunnites et des Kurdes. Mais le soutien du Premier ministre à l’exclusion de 440 candidats pour leurs liens présumés avec l’ancien Parti Baas de Saddam Hussein a écorné son image chez les sunnites, qui se sont sentis visés par cette interdiction.
De nombreux sunnites ont apporté leur soutien à Ayad Allaoui, un chiite modéré, dont la liste Iraqiya réunit chiites et sunnites sur des bases non confessionnelles. La rhétorique anti-iranienne de l’ex-Premier ministre (2004-2005) a séduit les sunnites, qui redoutent l’influence de Téhéran sur le pays.
Faute d’une majorité claire, des mois de négociations pourraient être nécessaires pour former le gouvernement. Les Kurdes, qui devraient l’emporter dans les trois régions constituant leur région autonome, et les partisans de l’imam Moqtada al-Sadr devraient se retrouver en position de "faiseurs de roi".
Pour être définitifs, les résultats devront être ratifiés par la Cour suprême.

(Vendredi, 26 mars 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr