Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Chronique d’occupation > Cisjordanie : Expulsion massive en vue

Cisjordanie : Expulsion massive en vue

lundi 12 avril 2010, par La Rédaction

C’est le Centre Hamoked, une ONG israélienne de défense des droits de l’homme, qui a donné l’alerte, reprise par le quotidien israélien Haaretz. Un décret militaire israélien doit entrer en vigueur mardi, qui établit de nouvelles règles de séjour en Cisjordanie. S’il est appliqué à la lettre, il permettrait d’expulser des dizaines de milliers de Palestiniens qui vivent dans le territoire, dénonce l’ONG.
Depuis la deuxième Intifada en 2000, l’Etat hébreu impose un contrôle strict de la population palestinienne, interdisant la circulation entre la bande de Gaza et la Cisjordanie. En octobre 2003, le commandement militaire israélien a rendu obligatoire l’obtention d’un « permis de résident permanent » pour séjourner en Cisjordanie. Mais de nombreux Palestiniens qui y vivent n’ont pas ce sésame. Certains ont perdu leur statut de résident, à la suite par exemple d’un long séjour en-dehors de l’enclave. D’autres sont de nationalité étrangère et ont épousé un Palestinien de Cisjordanie. Ceux-là pourraient donc être renvoyés vers leur pays d’origine. La plupart, enfin, viennent de Gaza où ils pourraient être reconduits. Ils sont venus s’installer en Cisjordanie, où la vie est relativement plus facile, mais leurs papiers fournis par Israël les identifient toujours comme Gazaouis.
Jusqu’à présent, les tribunaux civils israéliens empêchaient en général l’expulsion de ces Palestiniens sans permis. Mais le nouveau décret, signé par le commandant israélien des forces de Cisjordanie, change la donne. Désormais, ils pourront être jugés en tant « qu’infiltrés » devant des tribunaux militaires. En droit israélien, le terme d’« infiltré » désigne originellement une personne entrée illégalement en Israël via des pays classés comme ennemis de l’Etat (Jordanie, Egypte, Liban et Syrie). Outre l’expulsion, ils risquent des peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison et 7.500 shekels (1.500 euros) d’amende.
L’armée israélienne a confirmé que des « amendements à l’ordre visant à empêcher des infiltrations » ont bien été publiés. Toutefois la Jordanie voisine, dont près de la moitié de la population est d’origine palestinienne, a affirmé lundi avoir reçu des assurances de l’Etat hébreu que la nouvelle législation ne conduirait pas à l’expulsion de Palestiniens séjournant en Cisjordanie. Le ministre de l’Information Nabil Sharif, a exprimé le « refus et la condamnation par la Jordanie de toute mesure unilatérale de la part d’Israël dans les territoires palestiniens, soulignant le droit des Palestiniens à résider où ils veulent sur leur sol national ».
De son côté, la France s’est dite « très préoccupée » par la décision d’Israël « de modifier les règles d’expulsion des ressortissants Palestiniens séjournant en Cisjordanie ». Le ministère des Affaires étrangères a appelé lundi « les autorités israéliennes, conformément au droit international, à respecter la liberté de résidence des Palestiniens en Cisjordanie et à leur permettre de circuler librement au sein des Territoires palestiniens ».

(Lundi, 12 avril 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr