Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Chronique d’occupation > Arrestation des dirigeants palestiniens de l’intérieur : la déroute d’Israël (...)

Arrestation des dirigeants palestiniens de l’intérieur : la déroute d’Israël !

vendredi 14 mai 2010, par La Rédaction

Le 6 mai dernier, la police sioniste et les services de renseignements ont investi la maison d’Ameer Makhoul, directeur général d’Ittijah (Union des associations civiles arabes) et président du comité de la défense des libertés, situés dans l’Etat sioniste (Palestine occupée en 48), et l’ont arrêté, non sans avoir au préalable mis sa maison à sac, comme tout appareil colonial et répressif. Deux semaines plus tôt, les services répressifs de l’Etat sioniste arrêtaient Omar Saïd, dirigeant et intellectuel palestinien de l’intérieur.
C’est dans un climat policier et sécuritaire intense, tant sur le plan médiatique que politique, que l’Etat sioniste attaque des militants et écrivains palestiniens, dont le combat politique est connu de tous et dont les opinions et les analyses ont fait le tour du monde : l’Etat sioniste est un Etat colonial qui poursuit depuis 1948 une politique d’apartheid ; le peuple palestinien résiste, ainsi que les peuples arabes et leur résistance armée a prouvé son efficacité. Les Palestiniens de l’intérieur sont partie intégrante du peuple palestinien, ils vivent dans leur pays et ne doivent rien à Israël qui les a dépossédés et qui les dépossède encore de leurs terres et de leur terre.
Au-delà de la politique coloniale fasciste sioniste à l’encontre de la direction palestinienne, politique et civile, dont on ne peut espérer autre chose, c’est surtout la déroute de l’Etat d’Israël, de ses appareils sécuritaires, policiers, médiatiques et politiques que ces arrestations dévoilent. Un Etat armé jusqu’au dent, soutenu par les puissances occidentales qui n’hésitent pas à violer toutes les lois internationales et leurs propres principes pour soutenir une colonie de peuplement illégale et illégitime, ne peut plus supporter la présence, les déclarations et les écrits de Palestiniens qu’il a hypocritement considéré comme ses citoyens.
Lieberman, colon russe et ministre, déclare qu’Ameer Makhoul est dangereux parce qu’il n’aime pas le drapeau israélien. Va-t-il faire arrêter un million et demi de Palestiniens de l’intérieur qui n’aiment pas le drapeau israélien ? Depuis des années, Omar Saïd a été maintes fois arrêté et détenu, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Ces récentes années, des dizaines de Palestiniens de l’intérieur, de Galilée ou d’ailleurs, ont été arrêtés, sous le prétexte fallacieux d’espionnage en faveur du Hezbollah, rien que pour justifier une répression implacable contre toute expression politique autonome des Palestiniens de l’intérieur.
Ils le savent et ne se font pas d’illusion, et c’est pourquoi ils ont répondu, répondent et répondront aux responsables sionistes : vos arrestations ne nous font pas peur, nous ne vous craignons pas, nous sommes sûrs de notre droit et nous sommes certains de notre victoire ! Ils ont maintes fois proclamé qu’il n’y aura pas une nouvelle Nakba, que la prison est un honneur et qu’ils poursuivront leur combat jusqu’à la libération ! Ils ont manifesté à Haïfa le lundi 11 mai, et devant la prison Petah Tikva le 13 mai et poursuivront la mobilisation, non seulement pour la libération des dirigeants arrêtés, mais aussi pour la libération de tous les prisonniers et la défense de leurs libertés, pour empêcher la judaïsation de la Galilée et du Naqab, stopper la judaïsation d’al-Quds, riposter à l’apartheid colonial institutionnel et populaire israélien, préserver le caractère arabe des villes côtières dites
« mixtes », poursuivre la liaison avec les peuples arabes et s’organiser dans des structures palestiniennes communes, avec les Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et de l’exil.
En tant que militants en faveur de la libération de la Palestine, notre devoir consiste à soutenir le combat légitime des Palestiniens de l’intérieur qui ont prouvé, tout au long des dix dernières années, qu’ils sont à la pointe du combat contre l’institution sioniste. Leur résistance organisée et admirable ne doit pas être marginalisée par les mouvements de la solidarité !

SOUTENONS LA RESISTANCE DU PEUPLE PALESTINIEN ET DES PEUPLES ARABES CONTRE L’ETAT SIONISTE COLONIAL ET FASCISTE !

Communiqué de l’association Palestine en marche,
Lyon le 12/5/2010

***

L’Union Juive Française pour la Paix se joint aux protestations contre l’arrestation et la détention au secret d’Ameer Makhoul, à Haïfa par les services de sécurité israéliens.

Ameer Makhoul est le directeur général de l’Union des Associations Arabes étabiles en Israël Ittijah, et il préside le Comité populaire pour la défense des libertés politiques.
Comme beaucoup d’associations françaises nous avons eu de nombreuses occasions de rencontrer et de militer avec ce militant exemplaire et inflexible sur les droits humains et les droits des citoyens palestiniens d’Israël.
Son arrestation intervient à un moment où le gouvernement israélien entend étouffer l’activité de toute ONG osant critiquer sa politique par une série de mesures administratives et fiscales.. Depuis l’offensive sur Gaza où de très nombreux palestiniens manifestant leur solidarité avec Gaza avaient été arrétés, emprisonnés,ou assignés à résidence, comme avec les enquêtes harcelantes effectuées sur des associations comme Nouveau Profil, force est de constater que la situation des militants anticolonialistes en Israël a empiré, rendant de moins en moins crédible le caractère « démocratique interne » d’Israël.
Le silence de la « communauté internationale », et pire, l’encouragement que représente pour le gouvernement Nétanyahou la décision d’admettre Israël comme membre de l’OCDE sont un nouveau coup porté à la défense des droits humains.
Or nous le savons bien, il n’y aura pas de paix au Proche Orient sans que soient pleinement reconnus les droits des Palestiniens, qu’ils soient aujourd’hui en Israël, en Cisjordanie, à Gaza, ou qu’ils soient réfugiés à l’étranger et luttent pour faire respecter leur droit au retour.
C’est grâce à des militants comme Ameer Makhoul et des associations comme celles qu’il préside que l’on peut espérer qu’un jour une paix durable s’établisse entre Israéliens et Palestiniens.
L’UJFP assure le camarade Ameer Makhoul de son amitié et de sa pleine solidarité.
L’UJFP attend du Ministre des affaires étrangères français qu’il réponde à l’appel de la Plateforme des ONG pour la Palestine dont elle est membre, et qu’il intervienne pour la libération immédiate d’Ameer Makhoul.

Communiqué de l’UJFP sur l’arrestation de Ameer Makhoul
BN de l’UJFP, 13 mai 2010

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2