Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Chronique d’occupation > Heurts violents entre activistes de la paix israéliens et policiers à (...)

Heurts violents entre activistes de la paix israéliens et policiers à proximité du quartier palestinien de Scheik Jarrah

samedi 15 mai 2010, par Efraim Davidi

Des heurts violents ont eu lieu hier l’après-midi (vendredi, le 14 mai) entre des activistes de la paix israéliens et des policiers dans le quartier palestinien de Jérusalem-est de Scheik Jarrah. 15 manifestants ont été arrêtés et deux ont été blessés. Parmi eux : le secrétaire de Jérusalem Hadash. Le Hadash est le Front Démocratique pour la Paix et l’Égalité – le Parti communiste d’Israël.

Environ 500 activistes de paix sont arrivés dans le quartier pour le rassemblement hebdomadaire. Ils ont chanté, “le Fascisme ne passera pas” et “vous ne réussirez pas la mise à mort d’une résistance populaire". Là, environ 100 protestataires se sont installés sur la route menant à la maison, qui a été récemment occupée par quatre familles juives nanties d’une décision judiciaire après l’évacuation des résidents arabes. La police a déclaré la protestation “un rassemblement illégal” et a ordonné aux protestataires assis sur la route de l’évacuer dans les trois minutes. Les activistes ont refusé de partir et ont été évacués de force du secteur. 15 des protestataires ont été arrêtés. Le journaliste de Radio d’Israël Shai Zilber, qui couvrait l’événement, a été aussi retenu. Il a subi plusieurs coups et a été relaché par la police après qu’ils ont découvert qu’il était un journaliste.

Un des manifestants, Dov Khenin membre de la Knesset, un dirigeant du Parti communiste, a dit que “la police utilisait une violence excessive tant contre les manifestants que contre des journalistes. Un grand groupe assis sur le sol sans la moindre attitude réprehensible ou sans action violente et la police a déployé une force excessive”. “Des Centaines de gens étaient venus pour protester contre l’injustice qui avait lieu dans le Scheik Jarrah, aussi bien que pour manifester pour la paix,” a-t-il ajouté. “Une implantation juive dans le coeur d’un quartier arabo-palestinien signifie que l’on veut empêcher un accord futur sur la solution de deux Etats pour deux peuples”.

"Nous nous combattons maintenant pour la paix, mais aussi pour la démocratie dans cette société. ” L’ancien Recteur d’université hébraique de Jerusalem, le Professeur Hanoch Gutfreund, qui a participé au rassemblement, a dit : “je suis un Jerusalemite et j’aime ma ville. Beaucoup de mes amis sont partis et je ne pense pas au départ, donc c’est très important pour moi de voir que les résidents de tout Jérusalem sont traité impartialement. Les résidants de Scheik ont vécu dans leurs maisons depuis les années 1950 et ils sont soumis à l’injustice. C’est la seule raison pour laquelle je suis ici, pas pour n’importe quelle raison politique, pour exprimer ma solidarité avec eux et mon avis sur ce qui leur est fait”.

Un des organisateurs du rassemblement, un membre du Parti communiste d’Israël, a affirmé : “aujourd’hui nous sommes venus pour protester au l’endroit même exactement où la police a permis à des centaines de colons de protester le Jour de Jérusalem. Nous nous sommes assis sur la route en conformité avec la tradition de désobéissance populaire non violente, que chaque civil consciencieux doit adopter quand la loi est utilisée de manière inique par le gouvernement pour commettre le vol et la discrimination. “

* Traduction de Danielle Bleitrach

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2