Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Chronique d’occupation > Aseel Abu Aleil, Aseel Ashaar et Noor Alarada, trois jeunes palestiniennes (...)

Aseel Abu Aleil, Aseel Ashaar et Noor Alarada, trois jeunes palestiniennes récompensées pour leur invention

vendredi 21 mai 2010, par La Rédaction

Trois jeunes filles palestiniennes de 14 ans scolarisées dans une école gérée par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) ont reçu ce week-end un prix aux Etats-Unis pour leur invention d’une canne pour aveugles.
Mardi 18 mai, elles ont été reçues par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, au siège de l’ONU à New York.
« Ces élèves ont montré le potentiel énorme des filles et des garçons palestiniens », s’est félicité le Commissaire général adjoint de l’UNRWA, Margot Ellis. « Je m’interroge de ce qu’il adviendrait si notre système éducatif n’était pas au beau milieu d’une crise ».
Originaires d’un camp à Naplouse géré par l’UNRWA, Aseel Abu Aleil, Aseel Ashaar et Noor Alarada ont inventé une canne pour aveugle qui ’bipe’ à chaque trou dans le sol ou à chaque obstacle. C’est en regardant sa tante aveugle et les difficultés quotidiennes de son oncle pour se déplacer dans les rues de Naplouse, qu’une des jeunes filles entreprit d’inventer une canne pour les aider.
Poussées par leur enseignante, Jameela Khaled, les filles ont installé deux capteurs infrarouges sur la canne qui permettent à la fois de détecter les obstacles devant mais également les trous ou les marches par la mise en place d’un capteur sur la pointe de la canne.
« Même si plusieurs types de cannes ’lasers’ existaient depuis le début des années 1970, l’invention des filles résout un des défauts fondamental des modèles précédents par la détection des trous dans le sol », a dit le Directeur de la Fédération des aveugles américains, Mark Uslan.
L’enseignante et les trois filles ont envoyé leur projet afin de concourir à la Foire internationale des sciences et techniques Intel qui est l’un des concours de science les plus prestigieux du monde. Chaque année, plus de 1.500 collèges y participent.
Après avoir reçu samedi leur prix à San Jose, en Californie, les jeunes filles ont été reçues mardi par le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à New York.
« C’est une histoire du Moyen-Orient sur le pouvoir de l’esprit et non celui de la guerre. Ces jeunes filles ne guident pas seulement les aveugles, elles sont en train d’aider le monde à voir », a déclaré Ban Ki-moon lors de sa rencontre avec les trois lauréates. « Un petit investissement dans l’éducation, particulièrement pour les jeunes filles, peut avoir de grands résultats. Maintenant j’espère qu’elles vont inventer leur chemin pour nous aider à trouver la voie de la paix durable », a-t-il ajouté.
« Ces jeunes filles sont la preuve vivante de ce que je répète chaque jour. Si vous autonomisez les femmes et les filles, il n’y a rien que nous ne pouvons pas réaliser », a dit le Secrétaire général. « Ces brillantes filles sont les inventeurs du présent et les faiseurs de paix de demain. Elles ont montré que tous les obstacles peuvent être surmontés, juste en ayant de la créativité, de l’engagement, et dans leur cas, beaucoup de charisme », a-t-il conclu.
L’UNRWA aide plus de 4,7 millions de palestiniens refugiés en Jordanie, au Liban, en Syrie et sur les Territoires occupés en fournissant les besoins de santé, d’éducation et de protection de base. Depuis les années 1960, la Mission gère le plus grand système scolaire du Moyen-Orient en soutenant presque 700 écoles.
« Malheureusement de sévères contraintes financières menacent la qualité de l’éducation aux jeunes refugiés palestiniens comme ces filles de Naplouse », a déploré Margot Ellis.

(Siège de l’ONU à New York, mardi 18 mai 2010)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2