Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Algérie > Algérie : onze candidats, dont Bouteflika à la présidentielle

Algérie : onze candidats, dont Bouteflika à la présidentielle

mardi 24 février 2009, par La Rédaction

Onze personnes, dont le président algérien Abdelaziz Bouteflika, ont déposé depuis jeudi au Conseil constitutionnel à Alger leurs dossiers de candidature à l’élection présidentielle du 9 avril.
M. Bouteflika, 71 ans, élu en 1999 puis réélu en 2004, qui avait annoncé le 12 février sa candidature comme indépendant pour un troisième quinquennat, a déposé son dossier lundi après-midi.
Les partis de l’Alliance présidentielle et des associations de la société civile ont récolté "4.038.000 signatures de citoyens, soit trois fois plus qu’en 2004, et 11.736 signatures d’élus locaux", en faveur M. Bouteflika, a indiqué un communiqué de la direction de campagne du chef d’Etat, selon l’agence APS.
L’Alliance présidentielle est composée du Front de libération nationale (FLN, nationaliste), du Rassemblement national démocratique (RND, libéral) et du Mouvement de la société pour la paix (MSP, islamique).
Pour faire valider leur candidature, les prétendants doivent recueillir la signature de 600 élus issus de 25 wilayas (départements) sur les 48 que compte le pays, ou celle de 75.000 électeurs votant dans l’une de ces 25 wilayas.
Les candidats avaient jusqu’à lundi minuit pour déposer leur dossier au conseil constitutionnel, qui rendra publique la liste définitive des prétendants dans un délai de dix jours. Dix autres candidats à la présidentielle avaient déjà lundi soir leur dossier au Conseil constitutionnel.
La secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT, gauche), Louisa Hanoune, l’a fait lundi, avec 140.850 signatures de citoyens et 996 d’élus locaux de 47 wilayas, a-t-elle indiqué.
Le même jour, le président du Mouvement El Infitah, Omar Bouacha, l’a imitée faisant état de plus de "75.000 formulaires signés par les citoyens en sus des formulaires signés par les élus" ainsi que Rachid Bouaziz, 42 ans, un indépendant qui se présente pour la première fois.
Mohamed Hadef, président du Mouvement national d’espérance (MNE, nationaliste, Fawzi Rebaine, président de l’AHD 54 (nationaliste) et Loth Bonatiro (indépendant), ont accompli cette formalité dans la soirée, ainsi que Belaïd Mohand Oussaid dit Mohamed Saïd. Candidat de l’opposition islamiste, celui-ci vient de créer le Parti liberté et justice (PJL) qui n’est pas agréé par les autorités.
La veille, le président du Rassemblement algérien (RA), Ali Zeghdoud et le secrétaire général du Mouvement El Islah (islamique), Mohamed Djahid Younsi avaient déposé leur dossier, précédés jeudi dernier par le président du Front national algérien (FNA, nationaliste), Moussa Touati.

L’Algérie compte se doter d’une centrale nucléaire tous les cinq ans à partir de 2020

L’Algérie se dotera d’une centrale nucléaire tous les cinq ans après sa première centrale dont l’acquisition est prévue probablement en 2020, a déclaré mardi le ministre algérien de l’Energie et des Mines.
"Vers 2020, l’Algérie aura probablement sa première centrale nucléaire et nous aurons une centrale tous les cinq ans après", a affirmé Chakib Khellil dans une interview à la radio nationale, reprise par l’agence officielle algérienne APS. Le ministre n’a pas précisé l’identité des constructeurs.
L’Algérie a passé des accords dans le domaine nucléaire avec notamment l’Argentine, la France, La chine et les Etats-Unis. Des négociations sont en cours également avec la Russie et l’Afrique du Sud.
Actuellement, l’Algérie dispose de deux réacteurs, l’un d’une capacité de 3 mégawatts (MW) situé à Draria sur les hauteurs d’Alger et construit par les Argentins en 1984, et l’autre, d’une capacité de 15 MW, construit par les Chinois et installé à Ain Oussera (250 km au sud d’Alger).
Ces deux réacteurs sont régulièrement inspectés par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dont l’Algérie est membre. Un texte de loi prévoyant la création d’une agence étatique de sûreté nucléaire est en cours d’examen au niveau du gouvernement, a précisé le ministre. Selon certaines sources, l’Algérie dispose d’une réserve de 26.000 tonnes d’uranium.

( Mardi, 24 février 2009 - Avec les agences de presse )

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr