Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Israël : Peres presse les Européens de cesser tout contact avec le (...)

Israël : Peres presse les Européens de cesser tout contact avec le Hamas

mardi 24 février 2009, par La Rédaction

Le président israélien Shimon Peres a appelé mardi les Européens à "cesser de manifester la moindre compréhension" et tout soutien au Hamas, lors d'une rencontre avec le président du Parlement européen Hans-Gert Pöttering.
"Les Européens doivent comprendre que le Hamas est une organisation terroriste dangereuse et meurtrière et cesser immédiatement de manifester à son égard la moindre compréhension et (tout) soutien, car cette attitude empêche la poursuite du processus de paix et trompe la population palestinienne", a déclaré M. Peres, selon un communiqué de la présidence israélienne.
"Israël luttera et continuera à mener la lutte contre le terrorisme, tout en n'empêchant pas l'envoi de nourriture et de médicaments dans la bande de Gaza", a assuré M. Peres.
"Le seul problème, c'est que le Hamas a pris le contrôle de façon sauvage d'une partie de l'aide (aux Palestiniens) pour ses propres besoins," a-t-il ajouté.
Le président israélien répondait aux inquiétudes exprimées par M. Pöttering sur la situation humanitaire dans la bande de Gaza à la suite d'une visite la veille dans cette région, théâtre d'une opération militaire israélienne qui a fait plus de 1.300 morts palestiniens et de gros dégâts matériels du 27 décembre au 18 janvier.
Par ailleurs, Hans-Gert Pöttering a invité M. Peres à venir s'exprimer devant le Parlement européen à Strasbourg, sans préciser la date, a poursuivi le communiqué.
Le Hamas fait partie de la liste des organisations terroristes établie par l'Union européenne. Mais des responsables israéliens se sont inquiétés récemment d'un possible rapprochement entre les Européens et les islamistes, qui contrôlent la bande de Gaza depuis juin 2007.
 
Le Hamas dénonce "certains" responsables du Fatah
 
Un des principaux dirigeants du Hamas, Mahmoud Zahar, dénonce l'hostilité de "certains" dirigeants du Fatah soutenus par les Etats-Unis au dialogue de réconciliation entre factions palestiniennes qui doit s'engager mercredi au Caire.
"Il y a des gens qui ne veulent pas que ce dialogue ait lieu parce qu'ils perdraient leurs postes et leurs privilèges", a déclaré à Reuters Zahar, membre de l'aile radicale du mouvement intégriste palestinien qui contrôle Gaza.
Zahar a dénoncé également une vague d'arrestations durant la semaine passée de dizaines de membres du Hamas en Cisjordanie, qui est administrée par l'Autorité autonome palestinienne dominée par le Fatah du président Mahmoud Abbas. "Ces questions-là ne facilitent pas le dialogue", a-t-il souligné.
Selon Zahar, qui fut ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement formé par le Hamas après sa victoire aux élections législatives palestiniennes de janvier 2006, des agences de renseignement américaines alimentent la tension entre le Fatah et le Hamas en Cisjordanie.
Zahar a par ailleurs rejeté les protestations du Fatah contre l'arrestation de ses membres à Gaza. A ses yeux, il ne s'agit nullement de "prisonniers politiques", comme le mouvement d'Abbas les prétend, mais de collaborateurs qui auraient avoué avoir fourni à Israël des informations sur les combattants du Hamas, leur armement et leurs positions durant la crise de Gaza, le mois dernier.
Zahar a précisé que le Hamas avait demandé aux autorités égyptiennes de laisser entrer à Gaza un millier de conteneurs susceptibles de servir d'habitations provisoires pour les nombreux Gazaouis déplacés lors des trois semaines d'offensive israélienne à Gaza.
Un groupe d'ingénieurs du Hamas est arrivé lundi au Caire pour négocier l'achat de ces conteneurs.
Le Hamas a également demandé à l'Egypte de faire pression sur Israël pour qu'il lève son blocus sur le bois, le verre, l'aluminium, l'acier et le matériel électrique destinés à la reconstruction de Gaza.
Israël bloque l'importation de ces matériaux à Gaza en arguant qu'ils pourraient servir au réarmement du mouvement islamiste et à la fortification de ses positions.
Zahar a enfin rejeté l'appel des Etats-Unis et d'Israël en faveur d'un arrêt des flux d'armes et d'argent vers Gaza. "C'est notre droit de tout importer, armes et argent. Nous ne nous engagerons auprès de personne à ce sujet", a-t-il dit, rejetant ainsi l'une des conditions de l'Etat juif à la levée de son blocus de l'étroite bande côtière peuplée d'un million et demi de Palestiniens.
 
Les Etats-Unis aideront Gaza à hauteur de 900 millions de dollars
 
Les Etats-Unis vont donner plus de 900 millions de dollars pour la reconstruction de Gaza, a indiqué lundi un responsable américain, avant une conférence des donateurs à laquelle participera la secrétaire d'Etat Hillary Clinton la semaine prochaine.
Mme Clinton visitera Israël et la Cisjordanie début mars, ont précisé des responsables israéliens et palestiniens. Elle a déclaré en Asie qu'elle serait le 2 mars à la conférence internationale des donateurs au Caire.
L'aide sera humanitaire et les sommes destinées à la reconstruction du territoire dévasté par l'offensive israélienne contre le Hamas le mois dernier seront confiées à l'Autorité Palestinienne, a précisé un diplomate
 
Trêve: Olmert nomme deux responsables pour négocier avec l'Egypte
 
Le Premier ministre israélien sortant Ehud Olmert a nommé deux responsables pour remplacer Amos Gilad, qu'il a suspendu de ses fonctions de principal négociateur avec l'Egypte sur une trêve à Gaza, a indiqué mardi la radio publique.
Ces deux responsables sont Shalom Turjeman, conseiller de M. Olmert, et le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure, Youval Diskin, qui sera chargé du dossier de la contrebande d'armes passant par des tunnels entre l'Egypte et la bande de Gaza, a ajouté la radio.
Interrogé par l'AFP, Mark Regev, porte-parole de M. Olmert, s'est refusé à confirmer ces informations en affirmant "qu'aucune décision officielle" n'avait été prise.
Selon le bureau du Premier ministre cité par les médias, la mise à l'écart du général de réserve Amos Gilad "n'aura pas d'effet sur les efforts entrepris en vue d'obtenir la libération de Gilad Shalit", soldat israélien enlevé en juin 2006 et détenu par les islamistes palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza.
Lundi un responsable au bureau du Premier ministre avait indiqué que M. Olmert avait décidé de "suspendre Amos Gilad de ses fonctions de négociateur avec l'Egypte, car il ne jouit plus de sa confiance", à la suite d'une interview accordée la semaine dernière au quotidien Maariv.
Dans ces déclarations, M. Gilad, conseiller pour les affaires politiques du ministère de la Défense, avait dénoncé la décision de M. Olmert de lier la conclusion d'un accord sur une trêve dans la bande de Gaza et l'ouverture des passages entre Israël et Gaza à la libération de Shalit.
"Je ne comprends ce qu'ils (au bureau de M. Olmert) tentent de faire. Insulter les Egyptiens? Nous les avons déjà insultés. C'est de la folie, c'est de la pure folie. L'Egypte est notre dernière alliée dans la région", avait expliqué Amos Gilad.
 
( Mardi, 24 février 2009 - Avec les agences de presse )
 
 
<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr