Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Irak > L’Irak espère relancer son agriculture moribonde

L’Irak espère relancer son agriculture moribonde

samedi 28 février 2009, par La Rédaction

L’Irak, autrefois grenier à blé du Moyen-Orient, devrait relancer son agriculture alors qu’une forte baisse des revenus pétroliers menace ses efforts de reconstruction, estiment des responsables.
Le secteur agricole reste la deuxième industrie du pays après le pétrole, mais après des années d’abandon, de sanctions internationales et d’investissements insuffisants, il ne représente plus que 8% du PIB.
L’Irak, dont les exploitations agricoles suscitaient la jalousie des pays voisins dans les années 1950, en est aujourd’hui réduit à importer la majeure partie de ses besoins alimentaires.
Le manque de systèmes d’irrigation, de semences adaptées et d’équipements modernes pèse sur les exploitants, dont la main d’oeuvre a fondu face à l’exode rural. La productivité pâtit de la forte salinité des sols, et le chaos qui a suivi l’invasion de 2003 n’a fait qu’aggraver la situation.
Pire, l’Irak et son ancien "croissant fertile" niché entre Tigre et Euphrate subissent actuellement une grave sécheresse dont pâtissent fortement les cultures de blé et d’orge.
Les Nations unies viennent de placer l’Irak sur la liste des pays qui auront besoin d’une aide alimentaire en 2009.
Le gouvernement du Premier ministre Nouri al Maliki doit cependant surmonter tous ces obstacles pour relancer le secteur agricole, afin que la croissance économique du pays dépende moins de l’industrie pétrolière.
L’autre enjeu d’une telle relance serait de réduire l’insurrection persistante en Irak, qui a largement profité du fort taux de chômage des jeunes Irakiens pour recruter des combattants.
Le gouvernement est conscient que les progrès enregistrés depuis un an dans le pays dépendent du retour de la prospérité, et plaide pour une diversification de l’économie.
Le fait que presque toute l’économie repose sur le pétrole semblait une bénédiction l’été dernier, lorsque le prix du baril atteignait les 147 dollars. A présent que les cours oscillent autour de 40 dollars, la recherche d’autres sources de revenus devient une urgence.
"Les reculs majeurs subis par les secteurs agricole et industriel nous ont rendus dépendants au pétrole et au gaz", a reconnu Maliki vendredi.
L’Irak a déjà réduit son budget 2009 de 63 à 49 milliards d’euros en raison de la baisse des prix du pétrole, et les parlementaires envisagent encore une réduction de 3,4 milliards d’euros supplémentaires.
Le Premier ministre a lancé un plan d’investissement de 158 millions d’euros destiné à relancer le secteur agricole. Le gouvernement subventionne les ventes de semences ainsi que les éleveurs et les producteurs de dattes.
Des investissements bien plus importants seront toutefois nécessaires pour l’acquisition de systèmes d’arrosage, de réfrigération et de cultures capables de résister à la sécheresse.
"La majeure partie du secteur agricole fonctionne mal, voire pas du tout", constate Jon Melhus, conseiller en agriculture au sein de l’équipe américaine de reconstruction de la province de Maysan, dans le sud-est du pays.
"Le manque d’éducation et de services essentiels, notamment l’électricité, l’irrigation et les systèmes de drainage modernes, le transport, tout cela limite fortement la compétitivité de l’Irak."
Abdel Hussein al Saidi, le gouverneur adjoint de la province de Maysan, a demandé l’aide de Bagdad. Tout comme les autorités de la plupart des autres provinces du pays.
"L’agriculture est la base du développement du pays entier. Tout repose sur elle", estime-t-il.
Mais vu le manque de ressources, l’espoir d’en faire rapidement un moteur de croissance risque de s’avérer vain.
"La réduction des budgets face à la baisse du prix du pétrole, la corruption, l’inefficacité bureaucratique, tout cela crée un immense défi", prévient Dan Foote, responsable de la reconstruction de Maysan.

( Samedi, 28 février 2009 - Avec les agences de presse )

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr