Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) > Sahara occidental Stop au massacre ! Autodétermination !

Sahara occidental
Stop au massacre ! Autodétermination !

mercredi 10 novembre 2010, par La Rédaction

Lundi 8 novembre, le jour même de l’ouverture du 5ème round de négociations à Washington entre le Front Polisario et le Maroc sous l’égide des Nations unies, les autorités marocaines ont lancé leurs policiers, leurs militaires et leurs colons armés contre la population sahraouie.
Le "campement de l’indépendance" de Gdeim Izik, installé dans le désert près d’El Aaiun par plus de 20.000 Sahraouis protestant contre la répression et la dégradation de leurs conditions de vie et de travail, a été encerclé puis incendié et détruit, les Sahraouis tabassés et pourchassés. Dans le même temps, les manifestations pacifiques de solidarité dans les villes sahraouies ont été réprimées avec une extrême violence : matraquages et tirs à balles réelles ont fait 11 morts, des centaines de blessés et des dizaines de disparus. Ce bilan n’est malheureusement que provisoire. Des centaines de Sahraouis ont été arrêtés. Ennaama Asfari, militant sahraoui des droits de l’homme et co-président au CORELSO, a été tabassé et arrêté le soir du 7 novembre.
Des journalistes et parlementaires étrangers (Willy Meyer, parlementaire européen espagnol, et Jean-Paul Lecoq, député français) ont été interdits de pénétrer au Sahara occidental et refoulés.
La communauté internationale doit réagir à cette nouvelle provocation du Maroc qui célèbre à sa façon le 35ème anniversaire de la "Marche Verte" qui avait entraîné l’exode de dizaines de milliers de Sahraouis vers les camps de réfugiés de Tindouf et conduit à l’occupation puis à la colonisation du Sahara occidental.
Nous condamnons la violente intervention des forces policières et militaires marocaines contre la population sahraouie et nous appelons à

Rassemblement de soutien à la lutte du peuple sahraoui
Mercredi 10 novembre à 17h00 place du Trocadéro

pour exiger du gouvernement français, de l’Union européenne et des Nations unies d’agir pour :
. l’arrêt des massacres de la population sahraouie des territoires occupés et le respect des droits de l’homme au Sahara occidental
. la libération des prisonniers sahraouis
. l’organisation rapide du référendum d’autodétermination qui est le seul moyen de trouver une solution juste et définitive au conflit du Sahara occidental dans le respect du droit international et dans l’intérêt des peuples de la région

Signataires : ACCA, AFASPA, AFAPREDESA, APSO, ARAC, ASEI, Association des Amis de la RASD, Association des Sahraouis en France, CLSPS, CORELSO, DROIT SOLIDARITE, Mouvement de la paix, MRAP, Plateforme de solidarité avec le peuple du Sahara occidental, SURVIE
Avec le soutien de : Les Verts, NPA, PCF, CGT, Union syndicale Solidaires

***

Plusieurs dizaines d’arrestations au Sahara occidental

Les autorités marocaines ont annoncé mercredi l’arrestation de 163 personnes après le démantèlement du camp de contestataires Gdeim Izik, dressé près de Lâayoune, au Sahara occidental, et démenti des informations sur la disparition d’un indépendantiste sahraoui.
Certains militants proches du Polisario sur place ont annoncé qu’un activiste proche de ce mouvement, Annâama Asfari, 40 ans, a disparu ’depuis la veille’ de l’assaut donné lundi par les forces de l’ordre marocaines pour démanteler le camp. ’M. Asfari a été arrêté dimanche, la veille de l’attaque, par la police marocaine alors qu’il était chez l’un de ses amis à Lâayoune. Depuis ce jour, on n’a pas de nouvelles de lui’, selon Elghalia Djimi, vice-présidente de l’Association sahraouie contre les violations des droits de l’homme (ASVDH).
Le Front Polisario a pour sa part affirmé mardi dans un communiqué reçu par l’AFP à Alger que 11 personnes ont été tuées, 723 blessées et 159 sont portées disparues après l’intervention des forces marocaines. Les autorités marocaines ont annoncé mardi soir la mort de trois personnes, portant à neuf le nombre des victimes, dont huit parmi les forces de l’ordre. Le parquet de Lâayoune avait annoncé dans un communiqué ’la mort d’une’ personne, un fonctionnaire à l’Office chérifien des phosphates (OCP), dans la nuit de lundi à mardi.

(Mercredi, 10 novembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2