Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Liban > Liban : Nicolas Sarkozy monte au front pour calmer le jeu

Liban : Nicolas Sarkozy monte au front pour calmer le jeu

lundi 15 novembre 2010, par Georges Malbrunot

Le ballet s’ouvre lundi matin par le général Michel Aoun, allié du Hezbollah et de la Syrie, qui, pour la première fois, a les honneurs d’être reçu à l’Élysée. Son opposant, Saad Hariri, le premier ministre sunnite soutenu par l’Occident et l’Arabie saoudite, devrait lui emboîter le pas, au cours de la semaine, avant d’autres dirigeants chrétiens, Amine Gemayel et Samir Geagea. On ignore si un membre du Hezbollah (chiite) sera reçu par le président de la République, qui s’est entretenu, il y a quinze jours, avec Nabi Berry, le président du Parlement et membre influent de la communauté chiite.
« Il est urgent de calmer le jeu », prévient-on au Quai d’Orsay, où l’on s’inquiète des tensions croissantes à l’approche de la publication de l’acte d’accusation par le Tribunal spécial sur le Liban (TSL), en charge de l’enquête sur l’assassinat de Rafik Hariri, en février 2005 à Beyrouth. Dans la ligne de mire de la justice internationale, le Hezbollah exige du gouvernement Hariri fils qu’il « cesse » de coopérer avec le TSL. Jeudi, son chef, Hassan Nasrallah, a même menacé de « couper la main » de toute personne qui arrêterait des membres de son parti. Plusieurs d’entre eux pourraient, en effet, être accusés par le TSL.
Soucieux d’éviter que le Liban ne bascule de nouveau dans la violence, Sarkozy rappellera à ses hôtes que le « Tribunal a été créé par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qu’il est indépendant, et qu’on doit le laisser travailler », estime un diplomate.
Ce message de fermeté sera transmis lundi à Michel Aoun. Mais après Nabi Berry, il y a quinze jours, le fougueux général va rappeler aux Français que l’enquête Hariri a été entachée à ses débuts par « les aveux bidons » de « faux témoins », qui avaient chargé alors la Syrie, puissance occupante au moment de l’assassinat de Hariri.
Alors qu’en coulisses, l’Arabie saoudite et la Syrie cherchent, eux aussi, à convaincre leurs alliés libanais de parvenir à un compromis, la France veut contribuer à l’apaisement. « On va demander à Aoun et au Hezbollah d’encaisser gentiment les conclusions du TSL, qui ne sont jamais que des mises en examen avec présomption d’innocence », souligne un bon connaisseur du Liban. D’autant que la mise en accusation des responsables présumés de l’attentat pourrait être gardée secrète. Bref, comme le rappelait récemment l’ambassadeur de France au Liban, Denis Piéton, cet acte d’accusation tant redouté ne sera pas « la fin du monde ». C’est aussi ce qu’a dit Bernard Kouchner, début novembre, lorsqu’il a rencontré à Beyrouth Ammar Moussawi, chargé des affaires internationales au Hezbollah. « Nous continuerons de discuter avec vous, après l’acte d’accusation », lui a assuré le ministre des Affaires étrangères, selon ses propos rapportés par la presse libanaise. Le problème, ajoute un diplomate arabe à Paris, c’est qu’en refusant tout compromis, le Hezbollah s’est placé dans une impasse. « Il rejette à la fois le Tribunal et l’acte d’accusation. On ne peut pas le suivre sur ce chemin-là », assure cette source. (Par Georges Malbrunot du Figaro)

(Lundi, 15 janvier 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2