Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Égypte > Egypte : le PND devrait contrôler 80% environ des 518 sièges du futur (...)

Egypte : le PND devrait contrôler 80% environ des 518 sièges du futur parlement

lundi 6 décembre 2010, par La Rédaction

Le Parti national démocrate (PND) du président Hosni Moubarak a triomphé en Egypte aux élections législatives de dimanche, dont les Frères musulmans boycottaient le second tour.
Selon des résultats cités lundi par les médias égyptiens, le PND devrait contrôler 80% environ des 518 sièges du futur parlement, contre 70% dans l’assemblée sortante. Le quotidien public Al Akhbar annonce 418 sièges au total pour le PND ; un site internet public avance lui un total de 423 élus.
Le parti Tagammu, formation classée à gauche qui a fait élire cinq de ses candidats - un au premier tour le 28 novembre, quatre au second tour, dimanche -, devient le premier parti d’opposition au parlement.
Les Frères musulmans, qui représentaient un cinquième des sièges dans le parlement sortant, ont décidé de se retirer de la course entre les deux tours. Le parti libéral Wafd, deuxième formation de l’opposition dans la précédente législature, a également jeté le gant.
L’opposition égyptienne et des observateurs indépendants ont dénoncé pratiques de bourrage des urnes, intimidation des électeurs et autres manoeuvres faussant le scrutin, au premier tour comme au second.
"Les législatives 2010 sont certainement les élections les plus illégitimes de l’histoire récente de l’Egypte et nul ne peut les prendre au sérieux", affirme Shadi Hamid, analyste au Brookings Doha Centre.
La plupart des élus sans l’étiquette du PND, dit-il, sont liés au pouvoir et les véritables députés d’opposition ne devraient représenter que 1% de la future assemblée.
Les violations ayant émaillé ces élections ramènent l’Egypte au moins quinze ans en arrière, assure la Coalition indépendante pour l’observation des élections qui appelle Hosni Moubarak à dissoudre le nouveau parlement et tenir de nouvelles élections supervisées par un organisme budgétaire indépendant à même de faire respecter des règles minimales de transparence et d’équité.
Les autorités se sont engagées à examiner les plaintes mais ont souligné que ces fraudes présumées n’altéraient pas le résultat global des élections.
Dans certaines circonscriptions, les candidats encore en lice dimanche appartenaient tous au parti au pouvoir.
Des incidents ont été signalés au Caire et dans la région du Delta du Nil. Dans une circonscription du nord du Sinaï, plusieurs centaines de personnes ont manifesté.
Dans tous ces cas, il semblerait que des rivalités entre membres rivaux du PND soient à l’origine de ces incidents.
Pour des analystes, ces législatives et leur déroulement démontrent que le gouvernement a voulu se débarrasser des voix les plus critiques de l’opposition afin de préparer au mieux l’élection présidentielle de 2011.
Une question entoure ce futur scrutin : on ignore si Hosni Moubarak, âgé de 82 ans, briguera un nouveau mandat ou pas.

(Lundi 06 décembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2