Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Les Etats-Unis envisagent un retour à des discussions de paix indirectes (...)

Les Etats-Unis envisagent un retour à des discussions de paix indirectes entre Israéliens et Palestiniens

mardi 7 décembre 2010, par La Rédaction

Les Etats-Unis envisagent un retour à des discussions de paix indirectes entre Israéliens et Palestiniens après l’échec de la reprise de négociations directes, ont rapporté mardi deux responsables américains sous le sceau de l’anonymat.
Les discussions de paix entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide des Américains ont repris en septembre mais elles se sont interrompues quelques semaines plus tard, à l’expiration d’un moratoire sur les constructions dans les colonies juives de Cisjordanie que les Israéliens ont refusé de proroger.
Un responsable américain a déclaré que des négociateurs israéliens et palestiniens se rendraient la semaine prochaine à Washington pour consulter l’administration Obama sur la manière de débloquer les discussions de paix "au cours de cette deuxième phase".
A Jérusalem, un diplomate américain de haut rang a déclaré mardi que Washington n’allait plus chercher à imposer un gel des constructions dans les colonies juives afin de relancer les négociations de paix.
"Nous sommes parvenus à la conclusion que l’heure n’était plus à la relance des négociations directes par le renouvellement du moratoire", a-t-il dit à des journalistes, sous le sceau de l’anonymat.
Il a précisé que Washington allait maintenant s’efforcer de rechercher un accord sur les questions de la sécurité et des frontières.
Un des responsables a expliqué qu’il y avait trois raisons soutenant la décision de l’administration Obama d’abandonner ses efforts en faveur d’un nouveau moratoire.
La première est que si Israël a envisagé de proroger le moratoire en Cisjordanie, il exclut le gel des constructions à Jérusalem-Est, condition exigée par les Palestiniens.
La deuxième raison est que le moratoire de 90 jours, un temps envisagé, paraît trop court pour enregistrer des progrès significatifs et que le risque est de se retrouver au point de départ trois mois plus tard.
La troisième raison concerne des inquiétudes à propos des mesures incitatives proposées par les Etats-Unis à Israël en échange d’une résolution seulement temporaire. Des sources israéliennes ont indiqué que ces mesures comprenaient la livraison de 20 chasseurs furtifs F-35 pour une valeur de trois milliards de dollars.
Les Palestiniens n’ont pas réagi dans l’immédiat, mais un haut responsable à Ramallah a déclaré la semaine dernière que les efforts américains de relance des négociations sur la création d’un Etat palestinien dans les territoires capturés par Israël en 1967 semblaient dans l’impasse.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a laissé entendre vendredi dans une interview à la télévision qu’en l’absence d’un accord sur la création d’un Etat, il dissoudrait l’Autorité palestinienne, forme limitée d’autonomie mise en place dans le cadre de l’accord intérimaire de 1993.
La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a démenti vendredi que les discussions israélo-palestiniennes soient au bord de l’échec et elle a ajouté que Washington oeuvrait activement à leur relance.

(Mardi, 07 décembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2