Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Irak > Bagdad : la police bloque une manifestation en faveur du journaliste (...)

Bagdad : la police bloque une manifestation en faveur du journaliste Mountazar al-Zeidi

mardi 10 mars 2009, par La Rédaction

Les forces irakiennes de sécurité ont empêché mardi une manifestation dans le centre de Bagdad organisée par les proches et les partisans de Mountazar al-Zeidi, ce journaliste irakien de 30 ans arrêté le 14 décembre dernier pour avoir lancé, sans l’atteindre, sa paire de chaussures au visage de l’ancien président américain George W. Bush.
Un officier de l’armée irakienne a donné ordre au frère d’al-Zeidi, Dargham, de disperser cette manifestation sur la place Firdous parce qu’il n’avait pas eu d’autorisation pour ce rassemblement. Plusieurs dizaines de personnes présentes se sont finalement dispersées dans le calme.
Le 20 février dernier, le procès d’al-Zeidi s’était brièvement ouvert devant la Cour supérieure judiciaire irakienne, avant d’être ajourné. Il doit reprendre ce jeudi.

Au moins 33 morts, dont deux journalistes, dans un attentat suicide

Au moins 33 personnes ont péri mardi dans un attentat suicide visant des chefs de tribus et des responsables militaires irakiens à Abou Ghraib, un ancien bastion de l’insurrection à l’ouest de Bagdad.
L’attaque a eu lieu près de la mairie de la localité d’Abou Ghraib, à 25 km à l’ouest de la capitale irakienne, au passage du groupe de responsables qui sortaient d’une réunion de "réconciliation nationale" et visitaient le marché, a indiqué une source du ministère de l’Intérieur.
Un kamikaze à bord d’une voiture piégée a foncé sur le groupe, tuant 33 personnes et en blessant 46, d’après cette source.
Deux journalistes de la télévision irakienne privée Al-Baghdadiya, Haïdar Hachem et Soheib Adnane, figurent parmi les morts, a indiqué à l’AFP l’un de leurs collègues, Jihad al-Roubaïe.
Un autre journaliste, Ibrahim al-Kateb, de la chaîne publique Al-Iraqiya, a été blessé, selon l’Observatoire irakien de la liberté de la presse, la principale association de défense des journalistes en Irak.
Al-Baghdadiya est la chaîne qui employait Mountazer al-Zaïdi, le journaliste devenu célèbre pour avoir jeté ses chaussures à la tête de l’ex-président américain George W. Bush en décembre à Bagdad.
Selon les derniers chiffres fournis à l’AFP par l’Observatoire irakien de la liberté de la presse, au moins 246 employés de médias, dont 22 étrangers, ont été tués depuis l’invasion américaine de l’Irak en mars 2003.
Abou Ghraib est connue pour sa prison de sinistre réputation, qui avait fermé en 2006 après un scandale impliquant des soldats américains accusés de sévices sur des détenus irakiens.
Depuis, les groupes insurgés et Al-Qaïda y restent très présents malgré la forte présence de l’armée irakienne et des "Sahwa", ces anciens insurgés reconvertis dans la lutte contre leurs anciens compagnons d’armes.
Cette attaque intervient alors que l’armée américaine a annoncé le retrait de 12.000 de ses soldats d’ici septembre, accélérant le désengagement américain d’Irak.
Les autorités irakiennes assurent être prêtes à assurer l’ordre après le retrait des soldats américains, mais des inquiétudes persistent en raison des lacunes des forces de sécurité locales alors que les violences, même si elles ont baissé d’intensité, restent quasi quotidiennes.
Dimanche, un attentat suicide au vélo piégé contre une académie de police à Bagdad a fait 28 morts, en majorité des policiers et des recrues.
Ces dernières attaques sont les plus meurtrières depuis la mi-février et interviennent après deux mois durant lesquels les violences ont atteint leur niveau le plus bas depuis l’invasion de 2003.
Les forces irakiennes de sécurité, police et armée, ainsi que les chefs de tribus qui ont participé à la lutte contre Al-Qaïda, sont la cible privilégiée de l’insurrection et du réseau extrémiste.
Un policier irakien a ainsi été tué encore mardi dans l’explosion d’une bombe qui visait le directeur de la police d’Al-Riyad, à l’ouest de Kirkouk, à 255 km au nord de Bagdad, selon la police.
En outre, à Hamdaniyah, un village chrétien à 25 km au nord-est de Mossoul (nord), un médecin et le fils d’un responsable local ont été tués et six Irakiens blessés dans un attentat à la voiture piégée.

Le retrait britannique d’Irak sera terminé fin juillet

Le départ des 4.000 militaires britanniques encore en poste en Irak débutera fin mars et sera terminé fin juillet, déclare un porte-parole militaire.
Il ne restera alors plus en Irak que quelques centaines de personnels chargés de la formation de la police irakienne, a-t-il précisé.
Londres avait engagé 46.000 soldats en Irak au moment de l’intervention militaire de 2003. Les forces britanniques ont été longtemps responsables du maintien de l’ordre dans le sud du pays autour de Bassorah, avant de céder leurs responsabilités à l’armée irakienne en 2007.
"Le retrait progressif commencera le 31 mars. Nous cesserons nos opérations vers le 31 mai. Fin juillet, toutes les troupes de combat, soit environ 4.000 hommes, devront avoir quitté l’Irak", a déclaré le colonel Dickie Winchester.

( Mardi, 10 mars 2009 - Avec les agences de presse )

<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr