Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Irak > Irak : dans les processions pour Achoura, les chiites dénoncent la (...)

Irak : dans les processions pour Achoura, les chiites dénoncent la corruption

mercredi 15 décembre 2010, par La Rédaction

Des centaines de milliers de chiites ont commencé mercredi dans la ville sainte irakienne de Kerbala les cérémonies de repentance à l’occasion des cérémonies de deuil d’Achoura, certains dénonçant dans les processions la corruption massive qui frappe l’Irak.
"Dites nous combien de voleurs ont été déférés devant la commission d’intégrité (...) nous n’avons pas peur de nous exprimer et nous dénoncerons publiquement ces loups", scandaient des pèlerins.
Les processions, sous les couleurs de drapeaux noirs, verts ou rouges, symbolisant le deuil, l’islam et le sang versé, se déroulent autour des mausolées de l’imam Hussein et de son demi-frère Abbas, dans le centre de Kerbala, située à 110 km au sud de Bagdad.
"Commission d’intégrité, faites votre devoir, dénoncez tous les voleurs qui se sont emparés des richesses de l’Irak. Ne nous trahissez pas. Dénoncez les coupables quelle que soit leur position et brisez leur le cou", chante un autre groupe.
Le commission d’intégrité a été créée à l’initiative du pro-consul américain Paul Bremmer en janvier 2004 et figure dans la Constitution du pays en 2005. Selon Transparency International, l’Irak est le 4è pays le plus corrompu au monde sur une liste de 178 Etats.
Depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, les cérémonies d’Achoura sont devenues l’occasion pour les fidèles chiites d’exprimer leur mécontentement sur des aspects de la vie quotidienne.
Pour Hamed Miri, qui est en charge d’une procession venant du quartier d’Abassaiya à Kerbala, "Saddam nous baillonnait, maintenant les responsables nous laissent parler mais se bouchent les oreilles pour ne pas nous entendre".
Ce sentiment est partagé par Haidar Aziz, 30 ans, venu de la province voisine de Babylone.
"J’espère que les politiciens irakiens s’inspireront de l’imam Hussein. Il a combattu la corruption et était au service des gens", dit-il faisant allusion aux coupures d’électricité, à la pauvreté des infrastructures et des services de santé, sept après la chute du régime de l’ancien dictateur sunnite et l’arrivée au pouvoir de dirigeants chiites.
A Kerbala, près de 28.000 soldats et policiers ont été déployés et peuvent être appuyés au besoin par 7.000 éléments supplémentaires.
Des détecteurs, des chiens, des scanners, mais aussi des policières pour fouiller les femmes, passent au crible les deux millions de visiteurs, dont 100.000 étrangers.
Les forces irakiennes protègent seules pour la première fois cette cérémonie ce qui est un réel test, un an avant le départ programmé des 50.000 derniers soldats américains.
Ce pèlerinage, qui marque symboliquement le schisme entre les deux principales communautés musulmanes, les chiites et les sunnites, est chaque année la cible d’attaques d’insurgés sunnites.
Depuis dimanche, à Bagdad et dans la province de Diyala, des kamikazes et des bombes ont tué selon un nouveau bilan 17 participants à des processions marquant le prélude à l’Achoura et 55 autres ont été blessés.
En Iran, un attentat suicide -non revendiqué dans l’immédiat- a visé mercredi une procession de fidèles chiites à Chabahar faisant 38 morts et plusieurs dizaines de blessées.
Durant les dix premiers jours du mois lunaire de Moharram, mais surtout lors de la grande cérémonie prévue vendredi, les chiites se flagellent en signe de repentance pour ne pas avoir prêté main-forte à Hussein, petit-fils de Mahomet et fils d’Ali.
Hussein a été tué en 680 par les troupes du calife omeyyade Yazid lors d’une bataille dans le désert de Kerbala. Il s’agissait d’un conflit pour le leadership des musulmans, 48 ans après la mort du fondateur de l’islam.

(Mercredi, 15 décembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2