Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Début des pouparlers de réconciliation entre factions palestiniennes rivales (...)

Début des pouparlers de réconciliation entre factions palestiniennes rivales au Caire

mardi 10 mars 2009, par La Rédaction

Les rivaux palestiniens se sont retrouvés mardi au Caire avec pour difficile tâche de former d'ici la fin mars un gouvernement d'union face à Israël et lancer la reconstruction de Gaza.
Si cet objectif de gouvernement d'entente nationale est central pour le processus de réconciliation, un consensus restera également ardu à trouver sur la refonte des services de sécurité et l'avenir de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).
Quelques semaines après la meurtrière et dévastatrice guerre de Gaza, une douzaine de factions palestiniennes étaient convenus, le 26 février, d'en finir avec 18 mois de divisions jalonnées de violences.
Le Hamas et le Fatah, les principaux rivaux, sont en conflit ouvert depuis que le mouvement islamiste, vainqueur des législatives de 2006, a délogé de Gaza par la force les fidèles du président Mahmoud Abbas en juin 2007.
Le cycle de réunions lancé mardi, à travers cinq commissions, se déroule sous le patronage égyptien. L'Egypte a échoué jusqu'à présent à arracher une trêve entre Israël et le Hamas, maître de la bande de Gaza.
"J'appelle les groupes palestiniens à assumer pleinement leurs responsabilités, à mettre un terme aux divisions internes et à faire prévaloir l'intérêt national", a lancé au début de la rencontre le chef des renseignements égyptiens, Omar Souleimane.
"Nous sommes réunis aujourd'hui dans le but de réussir. Nous ne devons pas échouer car vous savez bien les conséquences de l'échec", a averti le général Souleimane.
Les cinq commissions qui ont commencé leurs travaux à huis clos portent sur la création d'un gouvernement d'entente, la réconciliation, la refonte des services de sécurité, la réorganisation de l'OLP et la préparation des élections présidentielle et législatives.
"Nous tablons sur dix jours de réunions, avec en ligne de mire, ce qui est le plus difficile, la création du gouvernement de consensus", a déclaré mardi à l'AFP, Azzam el-Ahmad, un négociateur du Fatah.
Selon M. Ahmad, chef du groupe parlementaire du Fatah, "le cabinet pourra comporter des membres du Fatah et du Hamas mais "il doit s'engager à reconnaître les accords déjà conclus" par l'OLP.
Un tel engagement pourrait être interprété comme une reconnaissance, bien qu'indirecte, d'Israël par le Hamas, l'OLP ayant accepté la création un Etat palestinien aux côtés de l'Etat hébreu.
Ne traitant qu'avec l'Autorité palestinienne, la communauté internationale refuse de parler au Hamas tant qu'il ne reconnaît pas Israël et ne renonce pas à la violence, et exclut que l'aide à la reconstruction de Gaza passe par ses mains.
L'OLP, qui regroupe les principaux mouvements nationalistes palestiniens notamment le Fatah, mais pas le Hamas, a formellement renoncé "totalement et absolument à toute forme de terrorisme".
"Sur la question du gouvernement d'entente et son programme, les points de vue ne sont pas éloignés, mais c'est surtout l'unification des services de sécurité qui pose problème", a dit Nabil Chaath, un autre négociateur du Fatah.
Un responsable du Hamas a de nouveau accusé les services de sécurité de M. Abbas de poursuivre les arrestations d'activistes de ce mouvement en Cisjordanie.
"Nous ne signerons aucun accord avant que la question des détenus politiques ne soit réglée", a dit ce responsable qui a requis l'anonymat.
La communauté internationale a promis le 2 mars à Charm el-Cheikh, en Egypte, 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza et la relance de l'économie palestinienne.
Mais outre que ce chiffre, annoncé par l'Egypte, ne cadre pas avec le total des annonces des donateurs, l'aide n'est que virtuelle tant qu'Israël n'a pas levé son blocus de l'enclave de 1,4 million de Palestiniens.
 
Le pape se rendra au Mur des lamentations et au Dôme du Rocher lors de son voyage en Terre Sainte
 
Le plus haut représentant du Vatican en Terre Sainte a annoncé mardi que le pape Benoît XVI visiterait les lieux saints du judaïsme et de l'islam lors de son voyage dans la région, début mai.
Le pape visitera le Dôme du Rocher, sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, un des lieux les plus saints de l'islam, ainsi que le Mur des lamentations voisin, qui est lui le lieu le plus sacré du judaïsme, a précisé le nonce apostolique Antonio Franco.
La visite de Benoît XVI en Terre Sainte, du 8 au 15 mai, sera un pèlerinage religieux et pas du tout une mission politique, a-t-il ajouté.
Le voyage pontifical s'achèvera par une grande messe en Galilée, la région du nord d'Israël où selon la tradition Jésus vécut et prêcha.
 
( Mardi, 10 mars 2009 - Avec les agences de presse )
 
 
<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr