Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Tunisie > Tunis dénonce une "manipulation" des troubles de Sidi Bouzid

Tunis dénonce une "manipulation" des troubles de Sidi Bouzid

mardi 21 décembre 2010, par La Rédaction

Les autorités tunisiennes ont dénoncé mardi une "manipulation" et une "instrumentalisation à des desseins politiques malsains" des troubles de ces derniers jours dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest) à la suite d’une tentative de suicide d’un jeune vendeur ambulant qui s’est immolé par le feu devant le gouvernorat (préfecture).
Cet acte de "désespoir" a donné lieu à des accrochages entre la police et des habitants en colère, causant des dégâts matériels et plusieurs blessés parmi les forces de l’ordre. De nombreux manifestants ont été interpellés.
Un communiqué transmis à l’Associated Press en attribue la cause à la persistance du vendeur ambulant qui "exerçait son activité commerciale dans un lieu non autorisé", dans son "refus de se conformer aux règlements".
Diplômé de l’université, Mohamed Bouazizi, 26 ans, a tenté de mettre fin à ses jours en s’aspergeant d’essence et en y mettant le feu après la saisie de sa marchandise, des fruits et légumes, par des agents municipaux. Selon une source de l’opposition, c’était le seul moyen de subsistance du jeune homme et de sa famille ; dont il était l’unique soutien.
Transféré au centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous, près de Tunis, il se trouve dans "un état critique".
Tout en "regrettant ce douloureux incident", les autorités "s’indignent des tentatives de certaines parties d’instrumentaliser" ce qu’elles qualifient d’"incident isolé", en allusion notamment au Parti démocratique progressiste (PDP).
Pour cette formation de l’opposition légale, la multiplication de tels incidents dans plusieurs régions du pays illustre un état "d’injustice sociale" et de "fort mécontentement" qui appelle une "révision des choix économiques et sociaux et l’ouverture des domaines de la libre expression pour tous les Tunisiens".
Le gouvernement les accuse de "dévier (l’incident) de son véritable contexte et de l’exploiter à des desseins politiques malsains". Il s’insurge contre la volonté d’en faire "dans un objectif de manipulation et de provocation, une affaire de droits de l’Homme et de libertés".

(Mardi, 21 décembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2