Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Liban > Enquête Hariri : Saad Hariri rejette les déclarations de l’ayatollah (...)

Enquête Hariri : Saad Hariri rejette les déclarations de l’ayatollah Khamenei

mardi 21 décembre 2010, par La Rédaction

Le camp du Premier ministre libanais Saad Hariri a rejeté mardi les propos du guide suprême iranien l’ayatollah Ali Khamenei contestant toute légitimité au Tribunal spécial pour le Liban (TSL) chargé d’enquêter sur l’assassinat de l’ancien dirigeant Rafic Hariri.
"C’est la position de l’Iran", a déclaré Saad Hariri, fils de Rafic, lors d’une conférence de presse. "Nous n’avons que du respect pour l’ayatollah Khamenei, et nous respectons toutes ses opinions, qu’il est libre d’avoir", a-t-il ajouté.
"Nous au Liban avons nos propres opinions sur le tribunal, en tant que gouvernement", a poursuivi le Premier ministre. "Il est évident que chacun a sa propre opinion sur le sujet, mais quand il s’agit de résolutions internationales, ce sont des résolutions internationales", a-t-il précisé.
Les membres de son parti se sont montrés nettement moins conciliants.
"Il semble que les déclarations de l’ayatollah Khamenei soient destinées à compromettre le calme au Liban et dans le monde arabe", a déclaré à l’AFP le député Ammar Houry, membre du Courant du Futur de Saad Hariri.
"Les déclarations de Khamenei indiquent que (l’Iran) couvre certaines positions politiques locales (...) ou au moins le Hezbollah", a ajouté Jamal al-Jarrah, un autre député du même parti.
Lundi à Téhéran, l’ayatollah Khamenei a déclaré que le TSL était "aux ordres" et que toute décision qu’il adopterait serait donc "nulle et non avenue".
Le TSL, chargé d’identifier et de juger les assassins de Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais tué en 2005 dans un attentat à Beyrouth, a annoncé le 9 décembre qu’un acte d’accusation, au contenu confidentiel, serait déposé "très, très bientôt".
L’Iran est le principal soutien du Hezbollah, le plus puissant mouvement militaire au Liban, qui s’attend à faire partie des accusés mais estime que le TSL est "à la solde d’Israël".
Le mouvement a mis en garde contre toute tentative d’arrestation de ses membres, ce qui fait craindre une instabilité et un effondrement du gouvernement d’union dans le petit pays méditerranéen multiconfessionnel.

(Mardi, 21 décembre 2010 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2