Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Retour sur "Plomb durci" > Jeudi 25 décembre 2008 Tzipi Livni : "ça suffit ! la situation va (...)

Jeudi 25 décembre 2008
Tzipi Livni : "ça suffit ! la situation va changer"

samedi 25 décembre 2010, par Al Faraby

La ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a promis jeudi des représailles contre le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.
"Ca suffit ! la situation va changer", a déclaré Mme Livni, à l’issue d’un entretien avec le président égyptien, Hosni Moubarak, à propos de la situation dans la bande de Gaza qui connaît un regain de violences depuis l’expiration le 19 décembre d’une trêve de six mois entre le Hamas et Israël négociée par l’Egypte.
"Malheureusement (...) le Hamas contrôle la bande de Gaza, et il a décidé de cibler Israël, cela doit être stoppé et c’est ce que nous allons faire", a-t-elle prévenu.
La ministre israélienne a qualifié "l’escalade d’hier (mercredi) d’intolérable".
Un porte-parole militaire israélien avait auparavant fait état des tirs de 84 roquettes et obus de mortier mercredi de la bande de Gaza, sans faire de blessé mais causant des dommages matériels.
Trois résistants du Hamas avaient été tués à Gaza après la fin de la trêve.
Jeudi, une douzaine d’obus ont été tirés en direction d’Israël sans faire de blessé, a indiqué une source militaire israélienne. Un obus de mortier est tombé sans exploser sur le terminal d’Erez.
"Le Hamas doit comprendre que notre aspiration à la paix ne veut pas dire qu’Israël acceptera cette situation plus longtemps", a insisté Mme Livni, estimant que "la situation dans la bande de Gaza est devenue un obstacle pour la création d’un Etat palestinien".
Selon elle, "l’emprise du Hamas sur la bande de Gaza n’est pas seulement un problème israélien. Nous comprenons les besoins de l’Egypte, ce que nous faisons est une expression des besoins de la région", a dit Mme Livni.
Son homologue égyptien, Ahmad Aboul-Gheit, a lui appelé à la retenue et assuré que Le Caire poursuivrait ses efforts en vue d’une accalmie.
"L’Egypte a clarifié qu’Israël devait montrer de la retenue mais Israël a également clarifié que les tirs de roquettes devaient s’arrêter", a dit le chef de la diplomatie égyptienne.
"Le président Moubarak a dit clairement qu’il ne devait pas y avoir de punition collective", a-t-il souligné.
Il a assuré que "l’Egypte allait poursuivre ses efforts tant que les (deux) parties l’accepteront", exprimant cependant la crainte qu’elle ne puisse "les convaincre de revenir à la trêve alors qu’il y a un tel affrontement".
Les dirigeants israéliens avaient réaffirmé la veille leur intention de frapper le Hamas.
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, Yigal Palmor, n’a toutefois pas écarté un retour au calme, si les tirs cessent totalement.
"L’objectif prioritaire est de parvenir à une trêve durable" par l’intermédiaire de l’Egypte, qui exclurait totalement "des tirs occasionnels" contre Israël, a-t-il déclaré à l’AFP.
"Si cela s’avère impossible, toutes les autres options seront examinées avec franchise" avec l’Egypte, a ajouté ce haut responsable en allusion à de possibles opérations israéliennes.
Il a souligné la "nécessité d’associer l’Egypte", limitrophe de la bande de Gaza, aux tentatives de ramener le calme, alors que selon lui la situation est devenue "extrêmement sérieuse".
Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, qui jusque-là s’était montré réticent, a menacé mercredi soir de faire payer au Hamas "le prix fort" pour les tirs de roquettes.
Il est revenu à la charge jeudi devant son parti, affirmant que "le temps des paroles en l’air était passé".
"Le cabinet a donné son feu vert à des opérations", titrait jeudi le quotidien Maariv, estimant qu’Israël était "entraîné contre son gré" dans une escalade militaire aux résultats incertains.

Le chef du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), Ahmed Saadat, a été condamné jeudi à trente ans de prison par un tribunal militaire israélien, qui l’a jugé coupable des actions de son mouvement.
"Ahmed Saadat est coupable (...) en raison de sa position et de ses actions au sein du mouvement terroriste", le FPLP, indique un communiqué de l’armée israélienne à l’AFP.
"Considérant le statut de l’accusé au sein de cette organisation terroriste, considérant les actions mises en place pour développer les structures militaires du mouvement et considérant que (...) les militaires (de l’organisation) étaient sous son commandement, le tribunal le condamne à 30 ans de prison ferme", conclut le communiqué.

Le Patriarche latin de Jérusalem a adressé un message de paix mercredi dans son homélie prononcée à l’occasion de la Messe de Minuit à Bethléem, en Cisjordanie.
"La paix est un droit pour tous les hommes : c’est également la solution à tous les conflits et à tous les différends. La guerre ne produit pas la paix, et la sécurité", a dit Mgr Fouad Twal à l’Eglise franciscaine Sainte Catherine qui jouxte la grotte, où Jésus est né selon la tradition chrétienne.

Des soldats libanais ont découvert et démantelé jeudi huit roquettes prêtes à être lancées sur le nord d’Israël, rapporte-t-on dans les milieux de la sécurité libanaise.
Ces roquettes Grad et Katioucha se trouvaient à proximité du village de Teir Harfa, immédiatement au nord de la frontière israélienne, a-t-on précisé de même source.
On ignore qui les avait installées dans un secteur contrôlé par la Force intérimaire de l’Onu au Liban (Finul) et par l’armée du pays.

Décédé mercredi à l’âge de 78 ans, Harold Pinter, lauréat du prix Nobel de littérature 2005 et auteur de pièces grinçantes sur la société britannique, était considéré comme l’un des plus grands dramaturges contemporains occidentaux.
Dans les dernières années de sa vie, il avait quelque peu ralenti son rythme de production littéraire pour mieux donner de la voix dans le champ politique, devenant ainsi l’un des critiques les plus virulents de l’intervention anglo-américaine en Irak de 2003.

Une voiture piégée a explosé jeudi matin devant un restaurant d’un quartier chiite de Bagdad, faisant au moins deux morts et 13 blessés, a annoncé la police irakienne.
Selon un policier qui a requis l’anonymat, la bombe a explosé devant cet établissement fréquenté par la police et des ouvriers du bâtiment dans le quartier de Shula. Deux policiers figurent parmi les blessés.
On ne dispose pour l’heure d’aucune autre précision.

Par Al Faraby
Samedi, 25 décembre 2010

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2