Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Retour sur "Plomb durci" > Samedi 27 décembre 2008 Avi Benyahou : "L’opération ne fait que (...)

Samedi 27 décembre 2008
Avi Benyahou : "L’opération ne fait que commencer"

lundi 27 décembre 2010, par Al Faraby

Au moins cent vingt Palestiniens ont été tués samedi dans des raids de l’armée de l’air israélienne dans la bande de Gaza, ont indiqué la radio du Hamas et les services d’urgences de ce territoire.
Selon cette radio, sur les 120 morts, 70 ont été tués dans la ville de Gaza et 50 autres dans plusieurs localités et camps de réfugiés de la bande de Gaza.
Plus d’une centaine de personnes ont aussi été blessées dans ces opérations qui ont été lancées vers 11h30 (09h30 GMT), a ajouté la radio.
"Ce n’est que le début d’une opération lancée après une décision du cabinet. Cela peut prendre du temps. Nous n’avons pas fixé de délai et nous agissons en fonction de la situation sur le terrrain", a affirmé le porte-parole militaire Avi Benyahou à la radio militaire.
Le général Tawfik Jaber, chef de la police du Hamas, a été tué dans ces opérations qui ont tout particulièrement visé le quartier général de la police du Hamas dans la ville de Gaza, selon les sources palestiniennes.
Dans un communiqué, le Hamas a appelé son bras armé, les brigades Ezzedine al-Kassam, à "mettre tous les moyens en oeuvre pour empêcher les sionistes de dormir".
L’armée de l’air israélienne a procèdé à une attaque massive contre des installations du Hamas à Gaza à la suite d’une recrudescence des tirs de roquettes contre le sud d’Israël des mois de relative accalmie.
Selon un journaliste de l’AFP, l’aviation a israélienne a lancé des dizaines de raids simultanés contre les installations du Hamas dans toute la bande de Gaza.
Fawzi Baroum, porte-parole du Hamas, a affirmé à la radio du mouvement, que ces opérations israéliennes étaient "un complot orchestré" après la rencontre jeudi entre le président égyptien Hosni Moubarak et la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni.
Il a accusé l’Egypte d’avoir donné son feu-vert à Israël pour lancer ces opérations dont les dirigeants israéliens avaient brandi la menace depuis plusieurs jours.
"Ca suffit ! la situation va changer", avait martelé Livni, à l’issue de son entretien avec Moubarak, en commentant l’escalade de la violence depuis l’expiration, le 19 décembre, d’une trêve de six mois entre le Hamas et Israël, négociée par l’entremise de l’Egypte.
L’armée a confirmé avoir lancé samedi des attaques aériennes massives contre la bande de Gaza, a indiqué un porte-parole militaire israélien.
"Notre aviation est intervenue massivement samedi contre les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza pour stopper les attaques terroristes de ces dernières semaines contre les agglomérations civiles israéliennes", a affirmé à l’AFP ce porte-parole.
"Nous avons prévenu la population civile de la bande de Gaza de nos attaques, et le Hamas qui s’abrite au sein de cette population est le seul responsable de la situation", a-t-il ajouté.
L’opération "’ne fait que commencer", a affirmé un porte-parole militaire israélien, Avi Benyahou, à la radio militaire.
Selon la radio militaire israélienne, des infrastructures militaires du Hamas ont été particulièrement visées dans ces attaques.
Ces raids sont intervenus en riposte aux tirs de roquettes palestiniennes contre le sud de Gaza ces derniers jours et s’appuient sur un vaste consensus en Israël.
Le Premier ministre Ehud Olmert avait annoncé en fin de semaine qu’il tiendrait des "consultations sur la sécurité" ce dimanche.

L’Union européenne, les Etats-Unis, l’ONU et la Russie ont appelé samedi à l’arrêt des bombardements israéliens sur Gaza, tout en exhortant le Hamas à cesser ses tirs de roquettes sur l’Etat hébreu.
La Maison Blanche a toutefois réservé au Hamas l’essentiel de ses critiques, estimant que c’était à lui de mettre un terme aux frappes israéliennes en cessant ses propres tirs de roquettes sur Israël.
"Ces gens ne sont rien d’autre que des voyous et Israël défend son peuple contre les terroristes comme le Hamas", a déclaré Gordon Johndroe, un porte-parole de la Maison Blanche.
Les Etats-Unis "tiennent le Hamas pour responsable de la violation du cessez-le-feu et du regain de violences à Gaza", avait souligné auparavant la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice.

Khaled Mechaal, chef politique du Hamas en exil à Damas, a lancé un appel à une nouvelle intifada (soulèvement) contre Israël après ses raids aériens dans la bande de Gaza, qui ont causé la mort de 208 Palestiniens.
"Je vous appelle (Palestiniens) à effectuer une troisième intifada", a-t-il dit lors d’une interview à la chaîne de télévision Al Djazira.
Il a préconisé une "intifada militaire contre l’ennemi sioniste" et "une intifada pacifique sur le plan intérieur" - allusion apparente à la lutte pour le pouvoir qui oppose le Hamas au président palestinien Mahmoud Abbas, dont le gouvernement est installé en Cisjordanie occupée.

Dans un message adressé aux Palestiniens, le chef du gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza affirme que l’enclave ne cédera jamais à Israël, quelle que soit la force employée contre le territoire.
"Nous ne quitterons pas notre terre, nous ne brandirons pas de drapeaux blancs et nous ne nous agenouillerons que devant Dieu", écrit Ismaïl Haniyeh dans cette lettre aux Palestiniens publiée par un site internet pro-Hamas. Des bombardements israéliens ont fait 205 morts samedi à Gaza.
"Il y a du sang partout, il y a des blessés et des martyrs dans chaque maison et dans chaque rue. Gaza est aujourd’hui décorée de sang (...) Il y aura peut-être d’autres martyrs et d’autres blessés, mais Gaza ne sera jamais brisée et ne se rendra jamais", ajoute Haniyeh.

Des dirigeants arabes ont condamné samedi les frappes israéliennes sur la Bande de Gaza, qui ont fait au moins 155 morts dont environ 140 membres du Hamas, selon des sources palestiniennes. La Ligue arabe se réunira au Caire dimanche.
Les chefs de la diplomatie de la Ligue gagnaient la capitale égyptienne en toute urgence samedi, selon le secrétaire général de l’organisation, Amr Moussa.
L’Egypte a convoqué l’ambassadeur israélien, et la présidence a publié un communiqué appelant au retour à la trêve Hamas-Israël ainsi qu’à la réconciliation palestinienne, entre le Mouvement de la résistance islamique qui contrôle la Bande de Gaza depuis juin 2007 et le Fatah du président Mahmoud Abbas qui ne tient plus que la Cisjordanie.

Le premier ambassadeur des Etats-Unis en Libye depuis 36 ans est arrivé à Tripoli.
Gene Cretz, diplomate de carrière, a notamment été en poste à Tel Aviv, Damas, Le Caire, Islamabad, New Delhi et Pékin.
Il a déclaré qu’il s’efforcerait de renforcer les liens entre Tripoli et Washington et que les affaires et le tourisme figureraient parmi les secteurs prioritaires où la coopération serait à développer.

Quatorze personnes ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir projeté des attaques terroristes à Manama, la capitale du Bahreïn, a annoncé samedi le ministre de l’Intérieur du pays.
Cheik Rachid ben Abdoulla Al Khalifa a déclaré aux journalistes que les personnes arrêtées avaient été formées au maniement des armes et des explosifs en Syrie et prévoyaient d’attaquer des rues commerciales, la zone diplomatique et des boîtes de nuit à Manama le 17 décembre, jour de la fête nationale.

Par Al Faraby
Lundi, 27 décembre 2010

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2