Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Qatar > Le Qatar se dote du premier musée d’art moderne arabe

Le Qatar se dote du premier musée d’art moderne arabe

jeudi 10 février 2011, par La Rédaction

Après s’être doté du plus grand musée d’art islamique de la région, le Qatar vient d’inaugurer le premier musée consacré à l’art moderne arabe, dans le cadre de la politique culturelle ambitieuse de ce petit Etat gazier.
Abritant près de 6.500 pièces, "Mathaf" (musée, en arabe) est la première institution à rassembler les oeuvres des grands maîtres arabes, jusqu’ici éparpillées entre les collections des particuliers et quelques musées nationaux.
Mathaf, qui a ouvert ses portes le 30 décembre 2010, s’enorgueillit d’abriter la plus grande collection de peintures et de sculptures arabes.
La plupart des oeuvres étaient la propriété d’un membre de la famille régnante du Qatar, cheikh Hassan Al Thani. Il a fait don de sa collection à la Fondation du Qatar et à l’Autorité des musées du Qatar, qui ont bâti Mathaf, a indiqué à l’AFP la directrice du musée, Wassan Khoudayri.
Le musée a pour sa part acquis des centaines d’oeuvres au prix fort. Ainsi, des oeuvres vendues à des prix jamais égalés pour des maîtres arabes contemporains, lors d’enchères organisées par les prestigieuses maisons Christie’s ou Bonham à Dubaï, à des acheteurs dont l’identité n’avait jamais été révélée se retrouvent sur les murs du musée.
Parmi ces tableaux figure une toile du maître égyptien Mahmoud Saïd (1897-1964), "Les chadoufs", représentant des paysans égyptiens tirant l’eau du Nil. Le tableau s’était vendu en avril 2010 à Dubaï à 2,43 millions de dollars, l’un des prix les plus élevés jamais atteints par une peinture d’un artiste arabe.
"Il est impossible d’exposer en même temps toutes les oeuvres que nous possédons", a expliqué la directrice de Mathaf qui organisera régulièrement des expositions thématiques.
"Nous voulons que l’art moderne arabe soit reconnu au niveau international", a-t-elle ajouté.
La première exposition organisée par le musée regroupe des oeuvres des plus grands noms arabes du XXe siècle, dont l’Egyptien Mahmoud Saïd, le Syrien Fateh al-Moudarrès, les Libanais Paul Guiragossian et Chafiq Abboud, et les Irakiens Diaa Azzaoui et Jawad Salim.
Mathaf est installé dans une école de la banlieue de Doha rénovée par l’architecte français Jean-François Bodin, qui l’a dotée d’une façade cubique en métal et en verre et en a aménagé l’intérieur.
"Il n’y avait aucun musée consacré à l’art moderne arabe dans cette partie du monde", souligne Nada Chaboutt, conseillère artistique du musée, qui déplore le fait que les Arabes "soient toujours en marge de la modernité, même dans le domaine artistique". Mathaf tente dans une première étape "de découvrir et d’archiver" les artistes modernes et contemporains arabes, avant d’élargir son activité", ajoute Mme Chaboutt pour qui la création du musée s’inscrit "dans le cadre du processus de changement culturel en cours au Qatar".
Ce richissime petit pays de moins de deux millions d’habitants tente de s’imposer comme pôle culturel dans la région du Golfe.
Il a déjà ouvert en novembre 2008 un Musée d’art islamique, riche d’une collection décrite comme l’une des plus prestigieuses au monde. Construit sur une île artificielle au large de la Corniche de Doha, il rassemble 800 objets d’art et d’histoire collectés sur trois continents, d’Espagne jusqu’en Inde, et illustrant la civilisation musulmane, du VIIe au XIXe siècle après JC. Le bâtiment a été conçu par l’Américain d’origine chinoise, Ieoh Ming Pei, architecte de la Pyramide du Louvre.
Pour sa part, l’architecte français Jean Nouvel a été chargé du projet du Musée national du Qatar. L’établissement pourrait être terminé en 2013 et évoquera une rose des sables.

(Jeudi, 10 février 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2