Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Liban > La honte

La honte

vendredi 3 avril 2009, par Mhammad Zbib

- 28,6% des libanais vivent sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 4 dollars par jour.
- 51,9% des familles libanaises ont un revenu mensuel insuffisant pour satisfaire leurs besoins fondamentaux de consommation.
- 30,9% des résidents au Liban sont confrontés à des privations de toute sorte, notamment ceux vivant hors des villes.
- 51% de la population ne bénéficient d'aucune couverture santé permanente.
- 75% des travailleurs ne bénéficient d'aucun régime de retraite et d'aucune protection sociale.
- 40% des salariés ne sont pas déclarés et ne sont pas protégés par les lois sur le travail, les salaires et la sécurité.
- 45% des acteurs économiques n'occupent aucune fonction au Liban.
- 35% des libanais en âge de travailler quittent le pays à la recherche d'un emploi à l'étranger.
- 0,05% de la population possèdent 34 milliards de dollars, soit 45% des dépôts bancaires.
- La dette de l'Etat s'élève à 60 milliards de dollars. En rapport avec le PNB, elle est la plus importante au monde.
- 90% des impôts et des taxes servent à financer les intérêts au bénéfice des plus riches.
- Entre 1993 et 2008, les résidents ont déboursé 38 milliards de dollars au service de la dette générale, soit en moyenne 9500 dollars par individu.
- 50% des libanais consomment l'équivalent de 20% de la facture générale de la consommation nationale, tandis que 20% d'entre eux en consomment 50%.
- La facture générale à la consommation atteint les 102% du PNB (On consomme plus qu'on produit).
- Le déficit commercial du Liban est de 12,8 milliards de dollars. Les exportations, de l'ordre de 3,4 milliards de dollars ne couvrent que 20% des importations, qui sont à 16,2 milliards de dollars.
- L'électricité est assurée seulement 8 heures par jour.
- 70% des libanais ne bénéficient d'aucun service de communication en raison de leurs coûts élevés.
- 50% du coût du baril d'essence sont payés sous forme de taxes ou d'impôts sans que cela ne bénéficie à la mise en place d'un réseau de transports en commun.
- 66,66% des produits et des services locaux dépendent d'un monopole.
- Seulement 16% des déplacés (suite aux différentes agressions) sont revenus chez eux, sachant que 1,6 milliard de dollars ont été versés en indemnisations, dont 65% aux occupants illégaux.
- Les accords de Paris 3 ont fixé la TVA à 15%, avec blocage des salaires, démantèlement de la sécurité sociale, privatisation des compagnies du téléphone et de l'électricité.
 
Toutes ces données sont officielles à 100% et figurent dans différents rapports gouvernementaux. Elles ne traduisent qu'une partie de la réalité économique, financière et sociale du Liban après 16 ans d'hégémonie "Haririenne" sur les décisions politiques et économiques.
Le pays est à la veille d'élections législatives et quelques politiciens n'hésitent pas à prévenir les citoyens de leur vote pour certaines forces politiques pouvant entraîner le chaos. Comme s'il en existait de plus grand que celui que nous venons de révéler...  et à considérer que tout ceci ne représente, en fait, qu'un acquis qu'il revient de défendre.
 
Traduit par Al Faraby
 
( Jeudi, 02 avril 2009 )
 
 
 
<FONT face=Arial color=#ff0000>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 
***
 
<FONT face=Arial size=2>Participez à la liste de Diffusion
<FONT color=#ff0000 size=4>" Assawra "
S’inscrire en envoyant un message à :
<A href="mailto:assawra-subscribe@yahoogroupes.fr">assawra-subscribe@yahoogroupes.fr