Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Égypte > L’armée égyptienne évacue les manifestants de la place Tahrir

L’armée égyptienne évacue les manifestants de la place Tahrir

mercredi 13 avril 2011, par La Rédaction

Des soldats et des policiers égyptiens sont intervenus mardi sur la place Tahrir, dans le centre du Caire, pour en évacuer les manifestants qui l’occupaient depuis cinq jours en réclamant un gouvernement civil et un jugement rapide de responsables du régime précédent.
Un photographe de Reuters a vu des centaines de soldats se déployer au milieu de la place et des véhicules militaires à chacun de ses accès, que les manifestants avaient fermés à la circulation au moyen de barbelés.
Des centaines de milliers de personnes s’étaient massées vendredi place Tahrir. Il s’agissait d’un des plus grands rassemblements observés à cet endroit depuis l’éviction du président Hosni Moubarak il y a deux mois.
Des centaines de manifestants s’y trouvaient encore samedi aux premières heures.

***

Moubarak hospitalisé à Charm el Cheikh

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak a été hospitalisé mardi dans une unité de soins intensifs après avoir été victime d’une "crise cardiaque" pendant un interrogatoire sur la mort de manifestants et sur le détournement de fonds publics a rapporté la télévision publique.
Elle a indiqué que l’ancien "raïs", âgé de 82 ans, avait été admis mardi dans un hôpital de Charm el Cheikh, ville du sud du Sinaï où il est assigné à résidence depuis son renversement le 11 février.
Hosni Moubarak a reçu ce week-end de la justice une citation à comparaître devant un tribunal du Caire.
Selon la chaîne de télévision Al Arabia, Moubarak a été interrogé par le procureur du Sud-Sinaï.
Ses deux fils, Alaa et Gamal, ont aussi été interrogés, dit-on de source judiciaire.
L’ancien président était sorti dimanche de son silence pour rejeter en bloc les accusations de corruption portées contre sa famille et lui.
"Je ferai respecter mon droit légal à défendre ma réputation ainsi que celle de ma famille", a-t-il dit dans une déclaration enregistrée diffusée par la chaîne de télévision Al Arabia.
Hosni Moubarak a dit que les informations qu’il avait transmises au parquet égyptien montreraient qu’il ne possède ni avoirs financiers, ni biens immobiliers à l’étranger et que les détails fournis sur les comptes en banque de ses fils montreraient qu’ils n’ont réalisé aucun profit illégal.
Le journal Al Ahram rapportait mardi que Moubarak avait été convoqué pour interrogatoire par un tribunal du Caire et que des dispositions de sécurité étaient mises en place.
Selon le journal, qui cite le ministre de l’Intérieur, Mansour el Essawy, Moubarak devait témoigner sur des accusations portées contre lui dans un tribunal de la banlieue est du Caire.
Le journal n’a pas précisé la nature des accusations.
Moubarak a eu plusieurs problèmes de santé ces dernières années et il s’est rendu en mars 2010 en Allemagne pour y être opéré de la vésicule biliaire.
Plusieurs pays ont gelé les avoirs de Moubarak et de certains de ses proches depuis qu’il a été contraint à la démission. La famille de Moubarak et certains alliés politiques ont été interdits de déplacement pendant que le parquet égyptien enquête sur les accusations portées contre eux.

***

Les deux fils Moubarak en détention provisoire

Les deux fils de l’ex-président égyptien Hosni Moubarak ont été placés en détention dans le cadre de l’enquête sur l’usage de la violence contre les manifestants pendant le soulèvement de janvier et février, a annoncé, mercredi 13 avrik, la télévision d’Etat. ’Il a été de décider d’emprisonner Gamal et Alaa pour quinze jours pour les besoins de l’enquête.’
Ils sont accusés d’avoir incité à tirer sur les manifestants pendant la révolte populaire du 25 janvier au 11 février, jusqu’à la démission sous la pression de leur père. Près de 800 personnes sont mortes pendant le soulèvement. Selon une source de sécurité, les fils de M. Moubarak étaient en route pour la prison de Tora, au Caire, depuis Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, où ils étaient interrogés.
De son côté, l’ancien président égyptien Hosni Moubarak était toujours hospitalisé mercredi matin à Charm el-Cheikh après avoir été victime d’une alerte cardiaque pendant un interrogatoire sur la mort de manifestants et le détournement de fonds publics. Mais, mardi dans la soirée, le directeur de l’hôpital précisait sur l’antenne d’Al Arabia que l’encien raïs était en assez bonne santé pour répondre aux questions des enquêteurs.
Sortant de son silence, l’ancien président a rejeté en bloc les accusations de corruption portées contre sa famille et lui. ’Je ferai respecter mon droit légal à défendre ma réputation ainsi que celle de ma famille’, a-t-il dit dans une déclaration enregistrée diffusée par Al Arabia.
Hosni Moubarak a dit que les informations qu’il avait transmises au parquet égyptien montreraient qu’il ne possède ni avoirs financiers, ni biens immobiliers à l’étranger et que les détails fournis sur les comptes en banque de ses fils montreraient qu’ils n’ont réalisé aucun profit illégal.

***

Hosni Moubarak placé en détention pour 15 jours

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak a été placé en détention pour 15 jours, a annoncé mercredi le porte-parole du parquet, peu après une mesure similaire visant ses deux fils dans le cadre d’une enquête sur l’usage de la violence contre des manifestants.

(Mercredi, 13 avril 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2