Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Tunisie > Anthropologie du geste de Mohamed Bouazizi

Anthropologie du geste de Mohamed Bouazizi

mercredi 20 avril 2011, par Karim Richard Jbeili

Nous vivons des moments exceptionnels. Le monde arabe, surtout africain, connaît un véritable tsunami révolutionnaire qu’on aurait à peine osé imaginer il y a quelques mois. L’étincelle est venue de ce héros tunisien Mohamed Bouazizi, qui pour défendre ses droits face à la cleptocratie tunisienne, s’est immolé par le feu publiquement.

Il est rare que dans le monde arabe un geste d’une telle envergure n’ait pas une dimension religieuse, anti-impérialiste ou anti-israélienne. On a l’impression qu’il s’agit d’un geste épuré qui a été vidé de toute la complexité habituellement annexée à de tels gestes. On pourrait même dire que pour la première fois dans l’histoire du monde arabe, un geste d’une telle pureté socio-économique a réussi à provoquer un tel raz-de-marée. Deux grandes premières donc : la pureté du geste et l’ampleur de son impact.

L’anthropologie va nous permettre ici de comprendre un certain rapport avec la mort que nous a offert Bouazizi en s’immolant, rapport qui se démarque de celui qui a prévalu durant les vingt dernières années : celui de la ceinture explosive des Islamistes.

La ceinture explosive a ceci de particulier qu’elle ne respecte pas l’intégrité du corps. Elle le disperse en morceaux sur une grande étendue. Sans compter que celui qui se fait exploser ne consent à mourir que s’il emporte avec lui un certain nombre d’ennemis. Sinon l’islam ne l’autoriserait pas à s’enlever la vie. La récompense du suicidé est ailleurs, dans l’autre monde. L’attentat a donc un caractère sacré. Il est offert à la divinité dans la perspective d’une rétribution dans l’au-delà. En mettant tous ces éléments bout à bout, on peut dire qu’il s’agit d’un rapport à la vie, à l’espace, à la mort, qui a toutes les caractéristiques du nomadisme. L’idée de corps en dispersion est une métaphore de la dispersion de la tribu nomade dans de vastes espaces.

L’islamisme se définit par le nomadisme, l’éclatement et la dispersion du corps. Mais il se définit aussi par son refus de jouer le jeu hégélien de l’Occident. Ce jeu philosophique consiste à se soumettre à la force par crainte d’être tué comme Hegel le décrit dans son mythe du maître et de l’esclave.

L’islamiste refuse la crainte de mourir parce qu’il sait que cette crainte reviendrait à reconnaître le maître qu’est l’Occident. Il refuse à l’Occident cette reconnaissance dont il a besoin. Le corps de la femme qui s’offre au regard est aussi une soumission au regard du maître et une reconnaissance de celui-ci. Point n’est besoin pour la femme de mourir pour refuser de jouer le jeu. Il lui suffit de se voiler totalement en se refusant ainsi aux regards du maître occidental, lui refusant du même coup toute reconnaissance.

L’islamisme est une sortie du jeu hégélien occidental. Il a réussi à repérer ce qui pouvait stimuler l’exaspération occidentale. Il se présente comme islamique, ce qui est de bonne guerre mais, en réalité, il est simplement anti-occidental. Il a simplement entrepris d’assurer sa présence face à l’Occident en stimulant chez lui la peur, la rage et l’exaspération. Il n’a d’islamique que le nom.

Le geste de Bouazizi a été compris sur l’arrière-plan islamiste dont il diffère complètement. Contrairement au paradigme précédent qui institue le modèle de l’éclatement, il stimule l’enveloppe corporelle en l’enflammant. Il désigne de ce fait une différence radicale entre intérieur et extérieur. Différence qui a un caractère instituant comme nous allons le voir.

Les mythes fondateurs urbains pointent habituellement cette différence entre l’intérieur et l’extérieur. Les exemples les plus connus étant les mythes liés à la fondation de Carthage, de Thèbes et de Rome.

· Les murailles de Carthage devaient avoir la surface d’une peau de bœuf. On a découpé cette peau en fines lanières qui ont pu ainsi tracer un périmètre suffisamment substantiel.

· La fondation de Thèbes désigne aussi les murailles de la ville, puisque les deux frères ennemis Étéocle et Polynice gisent de part et d’autre de cette muraille. L’un ayant droit à une sépulture et l’autre pas.

· La fondation de Rome désigne aussi la muraille de la cité. Romulus et Remus sont de part et d’autre du sillon qui définit les contours de la cité, l’un mort l’autre pas.

Bouazizi désigne son enceinte corporelle en y mettant le feu. Pas besoin ici du subterfuge des frères ennemis qui gisent de part et d’autre de la muraille pour la désigner. La frontière corporelle est désignée par son inflammation.

Elle implique la responsabilité et le pouvoir dans les strictes limites de cette enveloppe corporelle. Ce corps, jusqu’à présent propriété de Dieu, Bouazizi en prend possession et s’autorise de l’immoler sous sa propre responsabilité.

En immolant son corps, il n’est plus ni musulman, ni chrétien, ni anti-israélien, ni anti-occidental. Il est juste un citoyen qui vient d’entrer à l’intérieur des limites de son corps et d’y prendre le pouvoir.

Tout le monde a compris que toute la Tunisie pouvait se réinstituer à travers le corps de Bouazizi. La Tunisie laïque pouvait ainsi trouver les sources de son inspiration à travers le corps enflammé d’un vendeur de légumes dans sa révolte socio-économique. La Tunisie s’est ainsi refondée par la peau lacérée de Bouazizi comme Carthage au même endroit il y a plus de 2800 ans s’était fondée sur la peau lacérée d’un bœuf.

Le paradigme islamiste fonctionnait en opposition à l’Occident. Depuis le geste de Bouazizi, l’Occident n’a plus sa place dans la formule. L’« hainamoration » de l’Occident a pris fin. Le corps de Bouazizi s’est trouvé identifié à celui de la Tunisie. Et son immolation s’est traduite par une révolution qui a pris le contrôle du pays. La contagion se poursuit et atteint une étendue insoupçonnée.

Il y a six siècles vivait en Tunisie un auteur remarquable nommé Ibn Khakdoun, fondateur de la sociologie. Sa théorie principale est d’expliquer l’histoire des cités en disant que les dynasties royales qui y règnent épuisent leur suc après quatre générations. De façon spontanée les tribus qui nomadisent autour de la cité sentent l’épuisement dynastique et ont alors tendance à envahir la cité pour instaurer une nouvelle dynastie royale qui aura alors la latitude de quatre générations pour gouverner la cité et s’épuiser à cette tâche.

Le paradigme islamiste est essentiellement nomade alors que le paradigme Bouazizi est manifestement citadin puisqu’il désigne la muraille. Tout se passe comme si la nébuleuse islamiste anti-occidentale s’était cristallisée dans une boule de feu sédentaire et citadine, et avait, de ce fait, complètement changé de nature. Le nomade en entrant dans la cité change de vocation pour devenir sédentaire.

Quatre générations de présidents se sont succédés en Égypte : Nasser, Sadate, Moubarak et un quatrième impossible à enfanter. Un vice président qui n’a jamais été nommé, un fils qui ne s’occupe que de ses sous, bref une quatrième génération tellement nulle qu’il a fallu que la troisième génération règne à sa place. Les nomades sont revenus fonder une nouvelle dynastie sur les cendres de la précédente. Ils ont, depuis leur banlieue, convergé vers Midan El Tahrir, la place de la libération.

(Karim Richard Jbeili),
psychologue

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2