Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Bachar el-Assad lève l’état d’urgence en Syrie

Bachar el-Assad lève l’état d’urgence en Syrie

jeudi 21 avril 2011, par La Rédaction

Le président Assad a promulgué jeudi des décrets levant l’état d’urgence et allégeant le dispositif sécuritaire en Syrie, où des opposants ont lancé sur Facebook des appels à de nouvelles manifestations vendredi contre le régime. Bachar el-Assad a promulgué trois décrets, approuvant la levée de l’état d’urgence en vigueur dans le pays depuis 48 ans, l’abolition de la Cour de sûreté de l’État, une juridiction d’exception, et un changement de la réglementation concernant les manifestations, a annoncé la télévision syrienne. Le gouvernement avait adopté mardi des projets de loi approuvant ces mesures pour tenter de calmer un mouvement de contestation inédit qui a éclaté le 15 mars.
La fin de l’état d’urgence, en vigueur depuis l’arrivée au pouvoir du parti Baas en mars 1963, est l’une des principales revendications des contestataires, avec la libération des prisonniers politiques. Bachar el-Assad avait promis samedi qu’il serait levé dans une semaine maximum. Mais les opposants ont estimé que ces mesures n’allaient pas arrêter la répression. Après la levée de l’état d’urgence, "les détenus politiques et de conscience doivent être libérés, les opposants en exil autorisés à rentrer, les arrestations doivent être bannies et les manifestations autorisées, mais (les autorités) ne vont pas appliquer la loi", ont assuré des opposants sur Facebook, avant la promulgation des décrets.
Un groupe a lancé, via ce réseau social, un appel à manifester pour une journée baptisée "Vendredi saint", coïncidant avec le jour commémorant la Passion du Christ, qui s’annonce comme une journée-test de la détermination de l’opposition. "Vendredi saint, 22 avril 2011, un seul coeur, une seule main, un seul objectif", ont indiqué les organisateurs sur une page où l’on voit un clocher d’église entre deux minarets. Jeudi, quelque 150 étudiants ont organisé un sit-in dans la ville de Hassaké, à 600 km au nord-est de Damas, en solidarité avec les manifestants dans les autres régions syriennes, selon un témoin et un militant des droits de l’homme. Les manifestants se sont rassemblés près de la faculté des lettres à Hassaké, scandant des slogans "pour la liberté et l’unité nationale" et contre le racisme, a dit le militant. Ils ont affirmé leur solidarité avec les villes de Deraa (sud), où a commencé la contestation contre le régime, de Banias (nord-ouest), Homs (centre) et Douma, près de la capitale, qui ont connu de violentes manifestations.
Mardi, les autorités avaient prévenu qu’elles n’accepteraient aucune nouvelle manifestation "sous n’importe quel slogan". Elles accusent des "gangs armés criminels" d’être à l’origine de la contestation, et le ministère de l’Interieur a promis de mater une "rébellion armée de groupes salafistes". Mais, selon les experts, même si les islamistes participent au mouvement de protestation, ils n’en sont ni à l’initiative ni à la tête. "Ils sont certainement présents mais ne le dirigent pas, car cette manifestation populaire ne s’appuie pas sur les anciens partis politiques", selon Rime Allaf, chercheuse syrienne au Chatham House de Londres.
Le président Assad a nommé un nouveau gouverneur à Homs, à 160 km au nord de Damas, où des violences ont eu lieu, en remplacement de l’ancien gouverneur limogé le 7 avril, a annoncé l’agence officielle Sana.
Mercredi soir, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a fait part de la "vive inquiétude" que lui inspire la situation à Homs, où des manifestants ont été tués, et a demandé au gouvernement syrien d’engager un "réel processus politique". Huit manifestants ont été tués lors de la dispersion d’un sit-in qui s’est prolongé dans la nuit de mardi à mercredi à Homs pour réclamer le départ du président Assad, selon un militant des droits de l’homme.

(Jeudi, 21 avril 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2