Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Yémen > Yémen : Les pays du Golfe soumettent un plan de transition à Saleh

Yémen : Les pays du Golfe soumettent un plan de transition à Saleh

jeudi 21 avril 2011, par La Rédaction

Une nouvelle médiation tentait jeudi de débloquer la crise politique au Yémen alors que les protestataires ont appelé à de nouvelles manifestations pour un "vendredi de la dernière chance" afin d’obtenir le départ du chef de l’État, Ali Abdallah Saleh. Fortement contesté dans la rue depuis janvier, Ali Abdallah Saleh s’est vu offrir la possibilité de démissionner dans un délai de 30 jours avec la garantie de ne pas être poursuivi en justice, a affirmé jeudi un haut responsable de l’opposition, Hassan Zayd. Citant les tractations en cours pour une sortie de crise, Hassan Zayd a fait état d’une proposition prévoyant "la démission du président Saleh et la promulgation d’une loi d’amnistie", lui offrant des garanties qu’il ne sera pas inquiété après son départ du pouvoir. "Cette offre n’attend que l’accord du président", a ajouté Hassan Zayd, membre d’une délégation de l’opposition qui a eu, dimanche à Riyad, des consultations avec les ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe (CCG), engagés dans une médiation dans la crise yéménite.
Le secrétaire général du CCG, Abdellatif al-Zayani, a eu jeudi de nouveaux contacts avec le régime et l’opposition à Sanaa pour tenter de débloquer la médiation, entamée début avril. Une visite samedi à Sanaa du ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, dont le pays préside le CCG, annoncée jeudi par un responsable yéménite n’a pas été confirmée à Abou Dhabi. Au pouvoir depuis 32 ans, Ali Abdallah Saleh a répété mercredi qu’il allait continuer à "résister" et qu’il ne céderait le pouvoir que dans le cadre de la Constitution. "Que ceux qui veulent parvenir au pouvoir s’en remettent au verdict des urnes", a-t-il dit, alors que son mandat court jusqu’en 2013. Face à l’intransigeance du chef de l’État, les protestataires, qui campent depuis la mi-février sur la place du Changement à Sanaa avec le soutien de l’opposition, ont appelé à une nouvelle journée de mobilisation, baptisée "vendredi de la dernière chance". Le parti présidentiel a prévu des contre-manifestations pour un "vendredi de la réconciliation".
S’il accepte l’offre d’un départ avec garanties, le président Saleh devra céder ses prérogatives à son vice-président pour une période de 30 jours, au terme de laquelle il présente formellement sa démission de la magistrature suprême, a expliqué Hassan Zayd, secrétaire général du parti islamiste Al-Haq. Le vice-président assurera ensuite la présidence par intérim pendant deux mois, une période qui devra être couronnée par des élections pour le choix d’un nouveau président, a-t-il encore dit en citant une contribution américaine à ce plan.

(Jeudi, 21 avril 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2