Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Israël suspend les transferts de taxes aux Palestiniens

Israël suspend les transferts de taxes aux Palestiniens

dimanche 1er mai 2011, par La Rédaction

Israël a annoncé dimanche la suspension d’un transfert de fonds à l’Autorité palestinienne. Le ministre des finances israélien, Youval Steinitz, a déclaré avoir ordonné le report d’une rencontre prévue dimanche et consacrée au transfert de taxes dues à l’Autorité palestinienne et prélevées par Israël. "J’ai ordonné le report de cette rencontre avec des Palestiniens, au cours de laquelle nous devions faire le point sur des fonds que nous transférons à l’Autorité palestinienne en vertu de nos accords", a déclaré M. Steinitz à la radio militaire.
Durant cette rencontre, les experts des deux camps devaient entériner le transfert à l’Autorité palestinienne d’une tranche de 300 millions de shekels (59,6 millions d’euros), selon le quotidien Yediot Aharonot. "Nous prélevons ces taxes pour les Palestiniens. Le président Abou Mazen [Mahmoud Abbas] et [le premier ministre palestinien] Salam Fayyad doivent prouver que ces fonds ne vont pas alimenter une caisse commune dans le gouvernement qu’ils veulent former avec le Hamas", a argué M. Steinitz.
En vertu des auxiliaires économiques des accords d’Oslo (1993), Israël reverse à l’Autorité palestinienne des taxes qu’il prélève pour le compte de cette dernière sur des marchandises transitant via les ports et aéroports israéliens. Ces fonds, qui atteignent de 3,5 à 5 milliards de shekels (700 millions à un milliard d’euros) par an, représentent les deux tiers du budget annuel de l’Autorité palestinienne.
"Il n’est pas question pour nous qu’une caisse commune [palestinienne] puisse financer les activités terroristes du Hamas, notamment ses achats de roquettes, et nous voulons qu’il soit établi qu’il y aura deux caisses séparées", a insisté M. Steinitz. Selon le Yediot Aharonot, le ministre des finances a pris sa décision après avoir procédé à des consultations avec le premier ministre Benjamin Netanyahu.
Le Fatah, principal parti de l’Autorité palestinienne, et le mouvement Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, s’apprêtent à signer mardi un accord de réconciliation nationale au Caire. Cet accord, applaudi par les Palestiniens, est vivement critiqué par les dirigeants israéliens. Le Hamas, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, est considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne. L’accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas prévoit notamment la création d’un gouvernement de transition formé par des technocrates des deux bords jusqu’à la tenue d’ici un an d’élections présidentielle et législatives simultanées.

(Dimanche, 1er mai 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2