Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Syrie : les opposants poursuivent les manifestations et dénoncent la (...)

Syrie : les opposants poursuivent les manifestations et dénoncent la répression

mercredi 4 mai 2011, par La Rédaction

Appel d’une jeune femme Syrienne lancée à la société civile internationale plus particulièrement aux organisations de droits de l’homme en Europe pour venir en aide à la population de Daraa (Syrie)
(En arabe)

Accès à l’appel : www.aloufok.net/deraa.htm

***

Les opposants au régime en Syrie se sont engagés à poursuivre leur "révolution" en menant des manifestations à travers le pays, au moment où l’armée continuait mercredi d’encercler plusieurs foyers de la contestation, selon des militants.
"Nous poursuivrons notre révolution et nos manifestations pacifiques à travers la Syrie jusqu’à ce que nos revendications de liberté soient entendues", ont affirmé dans un communiqué publié mardi les comités de coordination des manifestations dans plusieurs villes du pays.
Celles-ci incluent notamment les villes assiégées de Deraa (sud), épicentre de la contestation et de Banias (nord-ouest) ainsi que la ville industrielle de Homs (centre), troisième ville du pays.
Les militants ont dénoncé la répression que le régime mène depuis des semaines et les récentes arrestations massives parmi les opposants au régime du président Bachar al-Assad. Au moins 500 personnes sont arrêtées par jour, selon le communiqué, dont l’AFP a obtenu une copie.
Par ailleurs, une manifestation a été organisée mardi à Alep (350 km au nord de Damas), deuxième ville du pays et l’une des rares régions à être relativement épargnée par la contestation, lancée le 15 mars dans la foulée des révoltes arabes.
Selon les militants, plusieurs centaines de personnes ont participé cette manifestation dispersée par les services de sécurité.

***

La justice syrienne inculpe des centaines de manifestants
Des centaines de Syriens arrêtés ces derniers jours par les forces de sécurité ont été inculpés de "dégradation du prestige de l’Etat", une charge passible de trois années de prison, a déclaré mardi l’Observatoire syrien des droits de l’homme.
"Les arrestations massives se poursuivent dans tout le pays en violation des droits de l’homme et des conventions internationales", a ajouté le directeur de l’organisation indépendante, Rami Abdelrahman.
D’autres ONG rapportent que de nombreux jeunes hommes adultes ont été violemment battus dans le cadre de ces rafles qui touchent également femmes, adolescents et personnes âgées.
Les forces de sécurité syriennes ont tué au moins 560 civils depuis le début des manifestations contre le régime du président Bachar al Assad, le 18 mars, estiment les défenseurs des droits de l’homme.
La campagne d’interpellations des derniers jours semble destinée à empêcher de nouvelles manifestations vendredi, jour des prières et seul moment où les Syriens sont autorisés à se rassembler en masse, même si les policiers ont empêché des milliers de personnes de se rendre dans les mosquées la semaine dernière.
"Ils dressent des barrages partout pour prévenir le mouvement.
Vendredi sera un nouveau test. Assad a décidé d’employer la violence. Il n’a pas tiré les leçons des révolutions tunisienne et égyptienne", a déclaré un responsable d’un pays arabe à Reuters.
Une semaine après un assaut lancé contre Deraa, le berceau de la contestation dans le sud du pays, les forces de sécurité se sont déployées mardi dans la ville côtière de Banias, prenant le contrôle d’un nouveau centre urbain où des manifestants rejettent le régime de Bachard al Assad.
Un millier de personnes ont toutefois défilé dans le quartier sunnite de la ville, au sud du marché principal, portant des pains en symbole de leur solidarité avec les habitants de Deraa, a déclaré un militant des droits qui a fourni des photos de la manifestation.
Une petite manifestation d’étudiants a eu lieu à l’université d’Alep et plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Kamichli, dans l’Est à majorité kurde du pays.

***

Godard, Binoche, Deneuve soutiennent la lutte du peuple syrien
De nombreuses personnalités du cinéma ont joint leurs noms à une déclaration publiée cette semaine par des réalisateurs syriens pour dénoncer la violence de la répression en Syrie.
"Nous appelons tous les réalisateurs du monde à contribuer à l’arrêt du bain de sang (...) en exprimant leur solidarité avec le peuple syrien et ses rêves de justice, d’égalité et de liberté", écrivent les cinéastes syriens dans ce texte diffusé sur le réseau social Facebook.
Parmi eux figurent Mohammad Alas et Osama Mohammad, qui ont collaboré avec le défunt réalisateur Omar Amiralay, mort en février, sur des films traitant de problèmes sociaux ou politiques.
Le réalisateur Nabil Maleh, dont les films se penchent sur la marginalisation économique et sociale, a également apposé son nom.
Ils ont été rejoints par les réalisateurs Costa-Gavras et Jean-Luc Godard ou encore les actrices Catherine Deneuve et Juliette Binoche.
Les organisations de défense des droits de l’homme estiment à au moins 560 le nombre de civils tués depuis le début de la répression du mouvement de contestation contre le président Bachar al Assad à la mi-mars.

***

Paris appelle ses ressortissants à quitter la Syrie
Le ministère des Affaires étrangères a recommandé mercredi aux Français dont la présence en Syrie n’est pas indispensable de quitter provisoirement le pays par des moyens de transport commerciaux.
"Bien que les ressortissants étrangers ne soient pas jusqu’à présent directement menacés, les autorités françaises renouvellent leur conseil de différer tous les projets de voyage vers la Syrie et (...) recommandent aux Français dont la présence dans le pays n’est pas indispensable de quitter provisoirement la Syrie par des moyens de transport commerciaux", indique le ministère sur son site internet "Conseils aux voyageurs".
Les tour-opérateurs français ont décidé de prolonger jusqu’au dimanche 15 la suspension des départs vers la Syrie, en proie à des manifestations contre le régime du président Bachar el-Assad. Selon l’organisation de défense des droits de l’homme Insan, qui a évoqué un bilan de 632 morts, 2 843 personnes ont été arrêtées depuis un mois et demi en Syrie. Amnesty International a parlé de 542 morts, un chiffre qui pourrait être, selon elle, plus élevé.

(Mercredi, 04 mai 2011 - Avec les agences de presse)

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2