Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Dialogues > Langue de bois

Langue de bois

lundi 9 mai 2011, par Al Faraby

"Dis-moi..."
"quoi ?"
"j’ai une question... mais je crains qu’elle ne soit pas importante"
"c’est pas grave, pose toujours"
"que signifie l’expression -langue de bois- ?"
"t’as tort"
"pourquoi ?"
"bien au contraire... vue son utilité, elle est de la plus haute importance"
"à quoi est-elle utile ?"
"la langue de bois sert à exprimer le politiquement correct... prenons un exemple"
"oui... oui..."
"l’Italie va fournir des armes aux insurgés libyens pour les aider à se défendre face aux forces fidèles au dirigeant Mouammar Kadhafi"
"eeuuuhhh... et ça serait quoi le politiquement -incorrect- ?"
"profitant de la rébellion du peuple libyen contre le régime de Kadhafi qu’elle a soutenu, l’Italie tente de reconquérir le terrain perdu"
"quel terrain ?"
"de 1911 à 1943, la Libye était une colonie italienne"
"t’en as beaucoup d’exemples de langue de bois ?"
"à la pelle... pratiquement tout ce qui s’écrit dans les journaux ou se dit à la radio et la télé"
"...!?"

Al Faraby
Lundi, 09 mai 2011

En 1911, le Royaume d’Italie déclare la guerre à l’Empire ottoman. Son principal but est de conquérir les territoires nord-africains des ottomans, dans le but de bâtir un empire colonial. Les troupes italiennes débarquent ainsi à Tripoli le 5 octobre. Elles se heurtent à une vive résistance turque, notamment menée par Mustafa Kemal. Néanmoins, le 18 octobre 1912, le traité de Lausanne (aussi dit traité d’Ouchy), met fin à la guerre italo-turque en accordant aux Italiens la Cyrénaïque et la Tripolitaine, qui forment le territoire de la Libye italienne.
En 1920, le futur roi de Libye Sidi Muhammad Idris al-Mahdi al-Sanussi est reconnu émir de Cyrénaïque par l’Italie ; il s’enfuit en Égypte trois ans plus tard. Jusqu’en 1931, une résistance armée incarnée par Omar al-Mokhtar continue de s’opposer à l’occupation italienne. Sa pendaison le 16 septembre 1931 marque la fin du mouvement.
Le 24 janvier 1932, Benito Mussolini annonce l’occupation militaire de toute la Libye. Deux ans plus tard, la Cyrénaïque et la Tripolitaine sont unies administrativement en une seule province, nommée Libye, en référence à l’antiquité romaine. Italo Balbo en est nommé gouverneur général. Une route est mise en place à travers le désert de Syrte afin de relier la colonie d’ouest en est ; elle est achevée en 1937. Une importante population italienne s’installe, en particulier à Benghazi et à Tripoli. Dans le même temps, Mussolini cherche à gagner les tribus arabes. Un système de citoyenneté limité est ainsi mis en place.
Le 13 septembre 1940, dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, les troupes italiennes stationnées en Libye attaquent le territoire du Royaume d’Égypte où stationnent les troupes britanniques. Elles sont repoussées et reculent jusqu’en Tripolitaine, avant d’être secourues le 14 février 1941 par un corps expéditionnaire de l’armée allemande, l’Afrika Korps, dirigé par le général Erwin Rommel. Les armées de l’Axe regagnent du terrain jusqu’à menacer de conquérir l’Égypte ; une contre-offensive menée par le général Bernard Montgomery les oblige toutefois à battre à nouveau en retraite. En février 1943, toute la Libye italienne est occupée par les troupes alliées, soldats britanniques et Forces françaises libres.
À l’issue de la guerre, la France et le Royaume-Uni se partagent l’occupation du pays : Tripolitaine et Cyrénaïque sous contrôle britannique, Fezzan sous contrôle français.
L’Italie renonce officiellement à la Libye en 1947 par le traité de Paris.Le 21 novembre 1949 l’ONU se prononce en faveur d’un État indépendant incluant les trois provinces libyennes. Un an plus tard, l’émir Muhammad Idris al-Sanussi est désigné comme roi. Le 25 novembre, la première Assemblée nationale libyenne se réunit et le 7 octobre 1951 une constitution est promulguée.

***

L’Italie a réfuté tout accord de livraison d’armes aux rebelles.
"Il n’existe pas d’accord pour leur fournir des armes", a déclaré à l’agence Reuters le porte-parole du ministère italien des Affaires étrangères.
Le porte-parole italien s’est borné à indiquer que son pays n’a offert à la rébellion que "du matériel d’autodéfense" comme convenu lors de la rencontre en avril à Doha du "groupe de contact" sur la Libye.

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2