Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Libye > Libye : le "bureau exécutif" du CNT limogé, pause dans les combats

Libye : le "bureau exécutif" du CNT limogé, pause dans les combats

mardi 9 août 2011, par La Rédaction

Le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion libyenne, a limogé lundi son "bureau exécutif", l’équivalent de son gouvernement, dix jours après l’assassinat du général Younès, alors que sur le terrain une pause était observée.
"Le président du CNT (Moustapha Abdeljalil), a suspendu le bureau exécutif", a indiqué lundi soir à l’AFP Mohammed el-Kish, un porte-parole de la rébellion. Un autre porte-parole rebelle, Shamsiddin Abdulmolah, également interrogé par l’AFP, a confirmé l’information sur le limogeage de l’exécutif.
Mahmoud Jibril (qui dirige actuellement cet exécutif) aura la charge de restructurer son équipe, "certains ne reviendront sûrement pas", a précisé M. Kish. Sous l’autorité du CNT et de son président, le bureau exécutif est composé d’une quinzaine de membres.
Cette décision intervient après l’assassinat le 28 juillet dans des conditions mystérieuses du chef d’état-major de la rébellion, le général Abdel Fatah Younès. Depuis, de nombreuses spéculations ont provoqué des divisions au sein de la rébellion et les critiques se sont accentuées contre le CNT.
Rallié à la rébellion après avoir été un pilier du régime de Mouammar Kadhafi, le général Younès avait été tué après avoir été rappelé du front pour un interrogatoire à Benghazi.
Sur le terrain, la situation a été relativement calme lundi avec les rebelles défendant leurs positions à l’est de Tripoli face à une offensive des forces du régime de Kadhafi. Sur l’autre front, les rebelles gardaient le contrôle de Bir Ghanam, verrou stratégique à 80 km au sud-ouest de la capitale.
Dans la nuit de dimanche à lundi, l’assaut des forces pro-Kadhafi sur les positions de la rébellion à l’est de Zliten, poste le plus avancé des insurgés à environ 120 km de la capitale libyenne, "avait fait quatre tués et 40 blessés dans nos rangs", selon un porte-parole militaire rebelle, Abdul Wahab Melitan.
Venus de l’enclave de Misrata, 50 km plus à l’est, les rebelles tentent depuis plus d’une semaine de s’emparer de cette ville de 200.000 habitants, verrou sur la route de Tripoli.
L’Alliance atlantique a mené huit frappes sur Zliten au cours des dernières 24 heures, sur les 59 menées dans tout le pays.
Parmi les forces de l’Alliance atlantique, le porte-avions nucléaire français Charles-de-Gaulle, parti pour la Libye le 20 mars, va rentrer à son port d’attache de Toulon vendredi, a-t-on appris auprès des autorités françaises.
A Brega, à 800 km à l’est de Tripoli, les rebelles ont affirmé que "peu de soldats" restaient sur la ligne de front. "Les tirs et bombardements en provenance des lignes ennemies ont considérablement baissé", a assuré un porte-parole militaire Mohamed Zawawi, y voyant le signe d’un retrait en cours des forces pro-Kadhafi.
Sur le front ouest, après que les forces loyales eurent annoncé avoir repris aux rebelles la localité de Bir Ghanam, un correspondant de l’AFP a constaté que cette ville était toujours dans les mains des insurgés.
Le contrôle de Bir Ghanam marque une nouvelle avancée vers la périphérie de Tripoli des rebelles —majoritairement berbères— venus des montagnes du djebel Nefoussa frontalières de la Tunisie et qui menacent désormais très sérieusement le colonel Kadhafi sur son flanc sud-ouest.

***

Libye : le régime accuse l’Otan d’avoir tué 85 civils près de Zliten
Le régime libyen a accusé mardi l’Otan d’avoir tué 85 civils à Majer, un village au sud de Zliten (ouest), ville disputée à 150 km à l’est de Tripoli, dans des raids menés lundi soir.
"Le village a été attaqué pour permettre aux rebelles d’entrer à Zliten par le sud", a indiqué un porte-parole du régime, Moussa Ibrahim, à un groupe de journalistes emmené sur place.
Selon lui, les victimes sont 33 enfants, 32 femmes et 20 hommes et sont issues de douze familles.
"Après les trois premières bombes tombées vers 23H00 (21H00 GMT) les habitants ont couru vers les maisons bombardées pour sauver leurs proches. Ils ont été frappés par trois autres bombes", a indiqué M. Ibrahim dénonçant un "massacre" dans ce village situé à une dizaine de km de Zliten.
Dimanche, les rebelles avaient annoncé avoir adopté une "position défensive" sur une ligne de front de Zliten pour contenir une contre-attaque des forces pro-Kadhafi à l’est de cette localité.
Venus de l’enclave de Misrata, à une cinquantaine de kilomètres plus à l’est, les rebelles tentent depuis plus d’une semaine de s’emparer de cette ville de 200.000 habitants.

(Mardi, 09 août 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2