Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Libye > Libye : les rebelles annoncent des succès et recrutent l’ex-numéro 2 de (...)

Libye : les rebelles annoncent des succès et recrutent l’ex-numéro 2 de Kadhafi

samedi 20 août 2011, par La Rédaction

Les rebelles ont annoncé des succès majeurs, avec la prise de contrôle de Zliten et de Zawiyah qui les rapproche de Tripoli, et la fuite d’Abdessalem Jalloud, ancien numéro 2 du régime, qui a rejoint la rébellion.
Dans la nuit de vendredi à samedi, le colonel Ahmed Omar Bani, porte-parole militaire de la rébellion, a annoncé à l’AFP que M. Jalloud avait "quitté Tripoli et rejoint la rébellion".
"Le commandant Jalloud a réussi à fuir Tripoli avec sa famille et il est arrivé vendredi dans la ville de Zenten", quartier général des rebelles du djebel Nefoussa, au sud-ouest de la capitale, a affirmé une autre source rebelle ayant requis l’anonymat.
M. Jalloud s’est ensuite "rendu en voiture à Benghazi hier soir (vendredi)", a déclaré samedi Juma Ibrahim, un porte-parole rebelle à Zenten.
Abdessalem Jalloud, l’un des principaux officiers ayant participé au coup d’Etat qui a porté Mouammar Kadhafi au pouvoir en 1969, a longtemps été considéré comme le numéro deux du régime, avant d’être discrètement mis à l’écart à partir de 1990.
Premier ministre avant d’hériter de plusieurs portefeuilles ministériels, M. Jalloud, toujours populaire en Libye, s’était retiré de la vie politique après des différends avec le "Guide" libyen.
Sur le plan militaire, les rebelles ont annoncé vendredi avoir pris Zliten et Zawiyah. Des journalistes de l’AFP sur place ont confirmé les progrès à Zawiyah, à 40 km à l’ouest de Tripoli, mais il n’a pas été possible d’obtenir d’information indépendante sur Zliten, à 150 km à l’est de la capitale.
Après une offensive lancée vendredi à l’aube, la ville côtière de Zliten "est maintenant sous le contrôle de nos combattants", a affirmé vendredi à l’AFP un responsable rebelle, rapportant toutefois des combats toujours en cours contre des poches de résistance.
Il a aussi annoncé la capture du colonel Omrane Ali Ben Salim, chef des renseignements pour Zliten, "responsable de la chasse" des militants anti-Kadhafi.
Venus de l’enclave de Misrata, à une cinquantaine de kilomètres plus à l’est, les rebelles tentaient depuis des semaines de s’emparer de cette ville de 200.000 habitants. Ils ont annoncé dans un communiqué avoir tué une quarantaine de soldats et capturé 12 mercenaires.
A Zawiyah, la ville est "libérée", ont déclaré d’autres rebelles tout en prenant possession du dernier grand bâtiment tenu par les pro-Kadhafi, l’hôpital, immense bâtisse ornée de portraits du "Guide" et de drapeaux verts, couleur du régime.
Armés de fusils, les combattants avaient auparavant pris d’assaut la place centrale de la ville, où sévissaient des tireurs embusqués, la laissant jonchée de véhicules calcinés ou renversés et d’armes abandonnées.
Mais l’atout principal de Zawiyah reste sa raffinerie, unique source d’approvisionnement de la capitale en essence, gazole et gaz, selon un journaliste de l’AFP.
Sa prise jeudi va provoquer "une grave crise" dans Tripoli, a déclaré un responsable de la structure, Mohamed el-Hallouj. D’autant plus que les rebelles ont coupé la route vers la frontière tunisienne, voie d’approvisionnement vitale pour le régime.
Des milliers de Tripolitains, qui subissaient déjà de longues coupures d’électricité, tentent désormais de fuir le bastion du régime.
Dans le même temps, l’Otan a annoncé samedi avoir détruit la veille 14 objectifs militaires dans les environs de la capitale.
Selon un journaliste de l’AFP, une résidence du chef des renseignements du régime, Abdallah Senoussi, objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale pour des crimes contre l’humanité commis depuis le début de la révolte mi-février, a été bombardée. Mais il n’a pas été possible de savoir si M. Senoussi se trouvait sur place au moment des frappes.
L’ONG de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch a par ailleurs annoncé samedi avoir envoyé une équipe à Tripoli et dans les régions tenues par le régime dans l’Ouest pour visiter "des sites bombardés par l’Otan où des civils auraient été tués et deux prisons à Tripoli".
Vendredi soir, des heurts ont opposé à Brasilia partisans et opposants au colonel Kadhafi devant l’ambassade libyenne.

(Samedi, 20 août 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2