Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Flottille pour Gaza : la Turquie expulse l’ambassadeur israélien

Flottille pour Gaza : la Turquie expulse l’ambassadeur israélien

vendredi 2 septembre 2011, par La Rédaction

La Turquie a décidé d’expulser de l’ambassadeur d’Israël à Ankara et de suspendre tous ses accords militaires avec l’Etat hébreu, a annoncé vendredi le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.

"A ce stade, nous prenons les mesures suivantes : les relations entre la Turquie et Israël sont ramenées au niveau de deuxième secrétaire (d’ambassade). Tous les responsables ayant un rang supérieur à celui de deuxième secrétaire, comme l’ambassadeur, rentreront dans leur pays avant mercredi", a déclaré M. Davutoglu.

Ankara a également suspendu l’ensemble de ses accords militaires avec Israël.

La Turquie avait annoncé début septembre qu’elle mettrait en oeuvre son "plan B" de sanctions contre Israël si ce pays s’obtinait à ne pas s’excuser à la suite du raid israélien contre une flottille pour Gaza qui avait coûté la vie à neuf Turcs en 2010.

Cette crise a fait l’objet d’un rapport de l’ONU qui souligne que l’opération de la marine israélienne était "excessive", mais reconnaît la légalité du blocus naval. Israël a déclaré qu’elle accepterait ce rapport avec des "réserves ponctuelles".

***

La Turquie juge le rapport de l’ONU "nul et non avenu"

Le rapport des Nations unies sur le raid israélien contre la flottille de Gaza qui s’était soldé par la mort de neuf Turcs en 2010 est "nul et non avenu", a estimé vendredi le président turc Abdullah Gül.
"Le rapport est nul et non avenu pour nous", a déclaré M. Gül à des journalistes, selon des images diffusées par la télévision turque.

***

Flottille pour Gaza : l’ONU critique Israël mais admet le blocus naval

Le rapport de l’ONU sur le raid meurtrier contre la flottille pour Gaza en 2010 souligne que l’opération de la marine israélienne était "excessive", mais reconnaît la légalité du blocus naval, selon le texte intégral publié jeudi par le New York Times.
Le rapport, qui n’a pas encore été officiellement diffusé, a été bien accueilli côté israélien mais contesté par le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.
"La décision d’Israël de prendre le contrôle des bateaux avec une telle force, à grande distance de la zone du blocus et sans mise en garde préalable, était excessive et déraisonnable", conclut l’enquête onusienne, menée par l’ancien Premier ministre de Nouvelle-Zélande Geoffrey Palmer.
Ce document ajoute néanmoins que la flottille, composée de six bateaux, "a agi de façon imprudente en essayant de forcer le blocus naval" mis en place autour de Gaza.
L’enquête invite Israël à exprimer "une déclaration appropriée de regret" pour ce raid et de verser des dédommagements aux familles des huit Turcs et un Américain d’origine turque tués lors de l’intervention, ainsi qu’aux blessés.
"Israël fait face à une menace réelle contre sa sécurité de la part de groupes militants à Gaza. Le blocus naval a été imposé en tant que mesure de sécurité légitime de façon à empêcher l’entrée d’armes dans Gaza par la mer et sa mise en oeuvre respecte les exigences du droit international", estime le rapport.
Il qualifie cependant "d’inacceptables" les pertes en vies humaines et les blessures qui ont résulté de l’usage de la force par l’armée israélienne.
La Turquie et Israël, en délicatesse depuis l’incident naval du 31 mai 2010, devraient renouer des relations diplomatiques pleines et entières, "raccommodant leurs relations dans l’intérêt de la stabilité au Moyen-Orient", ajoute le rapport.
Einat Wilf, députée à la Knesset et membre de la commission des affaires étrangères et de la défense, s’est félicitée des conclusions du rapport. Le document "exonère clairement Israël sur les questions principales concernant la légalité du blocus, la légalité de l’intervention contre des bateaux dans les eaux internationales et l’existence de violence et de résistance contre les soldats israéliens", a-t-elle déclaré à l’AFP.
Le Hamas a quant à lui jugé le rapport "injuste" et déséquilibré". "Il permettra à l’occupant (israélien) de se soustraire à ses responsabilités", a déclaré à l’AFP un des porte-parole, Sami Abou Zouhri.
Le porte-parole adjoint de l’ONU Eduardo del Buey a annoncé jeudi que le rapport serait soumis au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon "dans les prochains jours".
La publication de ce rapport a déjà été reportée plusieurs fois cette année afin de permettre à Israël et la Turquie de réduire leurs divergences.
Après le raid qui s’était déroulé dans les eaux internationales, la Turquie avait rappelé son ambassadeur à Tel-Aviv et assuré que les relations bilatérales ne seraient "plus jamais les mêmes", tout en exigeant des excuses.
Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a prévenu que si Israël s’obstinait à ne pas s’excuser pour l’abordage, les rapports bilatéraux se détérioreraient davantage.
Israël s’est dit prêt à exprimer ses regrets et à verser des fonds "à titre humanitaire" aux parents des victimes mais a refusé de présenter ses excuses pour ne pas exposer ses soldats à des poursuites judiciaires.

(Vendredi, 02 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2