Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Égypte > Égypte : l’armée étend la loi sur l’état d’urgence

Égypte : l’armée étend la loi sur l’état d’urgence

lundi 12 septembre 2011, par La Rédaction

Le champ de la loi sur l’état d’urgence va être élargi en Égypte après l’attaque contre l’ambassade d’Israël et les affrontements meurtriers avec les forces de l’ordre vendredi au Caire, a déclaré lundi un membre du conseil militaire qui dirige le pays. Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) a adopté un décret après cette "rupture de la sécurité publique" pour faire en sorte que la loi sur l’état d’urgence puisse s’appliquer aux grèves et à la "diffusion de fausses rumeurs", a déclaré le général Mamdouh Chahine, cité par l’agence officielle Mena.

La loi sur l’état d’urgence, en vigueur depuis trente ans en Égypte, prévoit des dispositions policières et judiciaires hors du droit commun, en particulier le recours à des tribunaux d’exception et des restrictions aux libertés publiques. L’ancien président Hosni Moubarak avait décidé l’an dernier de la renouveler pour deux ans tout en s’engageant à en limiter l’application à la lutte antiterroriste et au trafic de drogue. La loi pourra désormais concerner aussi les "perturbations du trafic", a rapporté la Mena, une disposition qui pourrait s’appliquer aux manifestations qui se déroulent au Caire et ailleurs dans le pays depuis la chute de Hosni Moubarak le 11 février sous la pression de la rue.

"Faire face au hooliganisme"

"Élargir le champ des crimes passibles de relever de la loi d’urgence en plus du terrorisme et de la drogue résulte de la situation sécuritaire que traverse le pays et des atteintes à l’ordre public", a déclaré le général Chahine. Il a mis l’accent sur la "nécessité de faire face au hooliganisme et à tout ce qui menace la sécurité de l’Égypte et porte atteinte à sa réputation à l’étranger". La loi sur l’état d’urgence est régulièrement dénoncée par les organisations de défense des droits de l’homme, et les mouvements issus de la révolte contre Hosni Moubarak réclament son abrogation.

Les militaires avaient promis il y a quelques mois que cette loi serait levée avant les élections législatives prévues à l’automne. Vendredi soir, trois personnes ont été tuées et un millier d’autres blessées dans les affrontements avec les forces de l’ordre qui ont accompagné l’attaque sans précédent contre l’immeuble abritant la mission diplomatique israélienne au Caire, dont une partie des archives a été déversée dans la rue. Le pouvoir avait déjà déclaré après ces événements qu’il entendait utiliser toutes les dispositions de la loi d’urgence pour assurer l’ordre. Le ministre de l’Information Oussama Heikal avait estimé samedi que les "circonstances exceptionnelles exigent des mesures juridiques décisives".

Pour Hossam Baghat, directeur d’une ONG (l’Initiative égyptienne pour les droits de la personne), "il s’agit d’une catastrophe pour les droits de l’homme". "Cela ne revient pas seulement à renier la promesse de lever la loi, cela fait ressurgir l’un des pires aspects de l’ère Moubarak", a-t-il déclaré. Pour Heba Morayef, représentante au Caire de l’organisation Human Rights Watch (HRW), la mesure est "inutile, beaucoup trop large et disproportionnée". Essam el-Erian, vice-président de l’influent mouvement des Frères musulmans, a rappelé la promesse des militaires de lever l’état d’urgence avant les élections. "Cela veut dire soit que les élections auront lieu sous état d’urgence, soit qu’elles seront reportées", a-t-il estimé.

(Lundi, 12 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

"Saga d'été"
 
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photos publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-, dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d’Al Faraby.
(...)