Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Palestiniens à l’ONU : une "diversion" qui ne résoudrait rien, selon (...)

Palestiniens à l’ONU : une "diversion" qui ne résoudrait rien, selon Obama

mardi 13 septembre 2011, par La Rédaction

La tentative des Palestiniens d’obtenir la reconnaissance de leur Etat aux Nations unies la semaine prochaine constitue une "diversion" qui ne résoudra pas le problème du conflit au Proche-Orient, a affirmé lundi le président américain Barack Obama.
La direction palestinienne a confirmé son intention de présenter cette demande d’adhésion aux Nations unies pendant la session annuelle de l’Assemblée générale à New York le 20 septembre. Mais les Etats-Unis ont indiqué qu’ils opposeraient leur veto à cette initiative au Conseil de sécurité.
La démarche palestinienne "est une diversion (qui) ne résout pas le problème. Cette question ne sera résolue que si les Israéliens et les Palestiniens se mettent d’accord", a affirmé M. Obama dans un entretien accordé à plusieurs journalistes hispanophones, dont un de l’AFP.
"Ce qui va se passer à New York pourrait attirer l’attention des médias, mais cela ne va pas changer ce qui se passe sur le terrain tant que les Israéliens et les Palestiniens ne négocient pas. C’est notre position, et elle n’a pas changé", a souligné le président.
"Les Palestiniens estiment qu’ils peuvent se doter de moyens de pression en obtenant une reconnaissance aux Nations unies. Leur intention, je crois, est de passer par l’Assemblée générale. Nous (les Etats-Unis, NDLR) n’avons qu’un vote à l’Assemblée générale. Il y a de toute évidence beaucoup de pays qui sont prêts à soutenir les Palestiniens, selon ce que sera la résolution", a observé M. Obama.
"C’est très différent d’aller au Conseil de sécurité (...) j’ai déjà dit en public que si (cette question) était présentée au Conseil de sécurité, nous nous y opposerions avec force", a-t-il rappelé.
"A l’Assemblée générale, nous avons moins d’influence sur le processus. Nous allons continuer à parler à toutes les parties concernées pour faire en sorte que toute action qui se déroule à New York puisse déboucher sur un redémarrage des négociations", a encore affirmé le président.
"Nous soutiendrons tout ce qui aidera à créer des négociations directes, nous nous opposerons à tout ce qui les empêchera de se dérouler", a-t-il résumé.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé dimanche que les Palestiniens étaient déterminés à présenter cette demande à l’ONU, malgré les "menaces" américaines de suspendre leur aide financière.

***

Soutien de la Ligue arabe

Les Etats membres de la Ligue arabe soutiendront la reconnaissance d’un Etat palestinien devant les Nations unies la semaine prochaine malgré l’opposition des Etats-Unis, a indiqué le Premier ministre du Qatar, lundi.
La Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères Catherine Ashton a indiqué plus tôt dans la journée que les Européens n’avaient pas encore arrêté de position quant au projet des Palestiniens.
Ashton se trouvait au Caire pour des entretiens avec des dirigeants à l’occasion d’une réunion des ministres arabes des Affaires étrangères sur cette question.
Les dirigeants palestiniens ont décidé de demander à l’Onu une reconnaissance pleine et entière d’un Etat après des années de négociations avec Israël. Cette entité serait constituée de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est.
Pour l’instant, les Palestiniens disposent d’un statut d’observateur aux Nations unies. L’octroi d’une reconnaissance d’Etat de droit exige l’approbation du Conseil de sécurité mais les Etats-Unis, alliés d’Israël, ont fait savoir qu’ils feront usage de leur droit de véto à toute résolution en ce sens.
"Les pays arabes ont décidé de présenter aux Nations unies une demande de reconnaissance d’un Etat palestinien de plein droit avec comme capitale Jérusalem-Est", a dit le Premier ministre qatari, cheikh Hamad bin Jassim al Thani, président de la commission de soutien à la candidature palestinienne.
"Lors de cette réunion, nous allons examiner les mesures qui ont été prises pour se présenter aux Nations unies", a-t-il déclaré avant le début d’une réunion à huis clos.
Des diplomates ont expliqué ne pas savoir ce que les Palestiniens vont faire exactement lors de l’ouverture de l’Assemblée générale de l’Onu le 19 septembre. Ils pourraient tenter d’obtenir un statut de "non membre" qui n’a besoin que d’une majorité simple des 193 pays membres.
Pour Catherine Ashton qui s’est entretenue avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Mohamed Kamel Amr au Caire, "il n’y a pas de résolution sur la table pour l’instant, donc il n’y a pas de position" européenne.
"L’Union européenne est très claire sur le fait que les progrès passent par la négociation", a-t-elle ajouté. "Nous souhaitons parvenir à un règlement juste et équitable, nous souhaitons voir le peuple palestinien et le peuple israélien vivre côte-à-côte en paix et en sécurité et je ferai tout ce qui est possible pour contribuer à y parvenir", a-t-elle dit.
Les pays de l’UE sont divisés au sujet du projet des Palestiniens.

(Mardi, 13 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

"Saga d'été"
 
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photos publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-, dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d’Al Faraby.
(...)