Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Des experts de l’Onu jugent illégal le blocus de Gaza

Des experts de l’Onu jugent illégal le blocus de Gaza

mardi 13 septembre 2011, par La Rédaction

Un groupe d’experts des Nations unies a estimé mardi que le blocus de la bande de Gaza par Israël constituait une violation du droit international, contredisant ainsi un autre rapport de l’Onu qui avait jugé légal le blocus de l’enclave palestinienne.
Des commandos israéliens sont intervenus le 31 mai 2010 pour arraisonner un navire, le Mavi Marmara, faisant partie d’une flottille qui tentait de rallier la bande de Gaza pour y apporter de l’aide humanitaire.
Lors de l’assaut, neuf militants turcs pro-palestiniens avaient été tués.
Le rapport Palmer de l’Onu avait jugé "excessive et déraisonnable" cette intervention militaire mais avait considéré légal le blocus imposé par Israël contre la bande de Gaza.
Un groupe de cinq experts indépendants, spécialistes des droits de l’homme, a en revanche estimé que le blocus constituait "une violation flagrante des droits de l’homme (...)".
Il juge aussi que le rapport Palmer a été influencé par la volonté de ne pas envenimer les relations entre la Turquie et Israël.
Parmi les cinq membres du groupe placés sous l’autorité du Conseil des droits de l’homme de l’Onu figurent notamment Richard Falk, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires occupés, et Olivier de Schutter, rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation.
En septembre 2010, un rapport de la mission d’enquête du Conseil de l’Onu pour les droits de l’homme avait déjà jugé que l’armée israélienne avait fait preuve "d’une violence incroyable et absolument superflue" lors du raid.

***

Palestiniens à l’ONU : nouvelle mission des émissaires américains

Des émissaires de l’administration Obama vont retourner au Proche-Orient dans le cadre des efforts américains pour dissuader les Palestiniens de présenter un projet d’adhésion à l’ONU de leur Etat, a annoncé mardi la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.
"Je renvoie dans la région dans les prochains jours David Hale (l’émissaire américain pour le Proche-Orient) et (le conseiller spécial du président américain Barack Obama) Dennis Ross", a-t-elle déclaré lors d’un point de presse.
Les deux diplomates, a-t-elle précisé, rencontreront le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas. MM. Hale et Ross étaient déjà dans la région la semaine dernière.
Les deux émissaires doivent s’envoler de Washington mardi soir pour deux jours, a précisé la porte-parole Victoria Nuland. Ils ont aussi d’ores et déjà prévu de s’entretenir avec des responsables européens à New York à leur retour.
La secrétaire d’Etat a dit multiplier elle-même les contacts pour tenter d’empêcher que le président Abbas présente sa demande à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU dans une semaine, sans doute le 20 septembre.
"Nous ne voulons négliger aucune démarche dans notre effort pour ramener les parties aux négociations", a insisté la porte-parole.
Mme Clinton doit ainsi s’entretenir avec le président Abbas "dans les deux jours à venir". Elle a parlé lundi après-midi avec Catherine Ashton, la représentante diplomatique de l’Union européenne, et mardi matin avec Tony Blair, le représentant du Quartette.
L’une des pistes envisagées serait, en effet, une déclaration du Quartette pour le Proche-Orient (USA, Russie, ONU, UE) présentant une alternative claire à la voie des Nations unies. Mais cette perspective paraît s’éloigner alors que la Russie, pourtant membre du Quartette, a décidé de soutenir la démarche palestinienne à New York.
Les Palestiniens ont choisi de s’adresser directement à l’ONU en raison du blocage des négociations avec Israël depuis près d’un an. Les Etats-Unis comptent bloquer par leur veto une éventuelle démarche au Conseil de sécurité.
"Quoi qu’il se produise ou pas à l’ONU, cela ne provoquera pas, le lendemain, le genre de changement que les Etats-Unis souhaitent voir", à savoir une solution à deux Etats, a plaidé Mme Clinton : "Les négociations directes entre les parties sont le seul moyen d’arriver à une solution durable. C’est une voie qui passe par Jérusalem et Ramallah, pas par New York".

(Mardi, 13 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

"Saga d'été"
 
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photos publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-, dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d’Al Faraby.
(...)