Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Libye > Le Premier ministre turc Erdogan attendu en Libye

Le Premier ministre turc Erdogan attendu en Libye

vendredi 16 septembre 2011, par La Rédaction

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est attendu vendredi en Libye, au lendemain de la visite de Nicolas Sarkozy et de David Cameron dans le pays, tandis que les combats font rage à Syrte, bastion kadhafiste. Le chef du gouvernement turc, en visite en Afrique du Nord pour défendre l’influence d’Ankara dans la région, va tenter à son tour de récolter les dividendes économiques et politiques de la situation en Libye. Ankara a également prêté main-forte aux insurgés libyens pour chasser du pouvoir Muammar Kadhafi.
La Turquie, dont les contrats s’élevaient à une quinzaine de milliards de dollars en Libye, a toutefois soutenu du bout des doigts la campagne aérienne de l’Otan et a tardé à reconnaître le Conseil national de transition libyen (CNT). Un bateau turc a cependant joué un rôle-clé lors de l’évacuation des populations civiles durant le siège de Misrata, sur la côte méditerranéenne, et Ankara a récemment apporté au CNT 300 millions de dollars en liquide, en prêts et en aide de toute sorte.
Sur le terrain militaire, les forces du Conseil national de transition (CNT) ont lancé jeudi un assaut à Syrte, ville natale de Muammar Kadhafi, où elles essuient des tirs nourris des partisans de l’ancien "guide" libyen. "Ils sont maintenant entrés dans la ville. Il y a eu une poussée coordonnée à partir du sud, de l’est, de l’ouest et du littoral. Je ne sais pas exactement jusqu’où ils ont réussi à pénétrer", a déclaré Abdoulrahman Bousine, porte-parole du CNT. "Ils essuient des tirs intenses. Le problème tient en particulier aux tireurs embusqués", a-t-il ajouté.
Le porte-parole de Muammar Kadhafi, Ibrahim Moussa, rapporte que des milliers de partisans du "guide" sont à Syrte. "Nous vous disons qu’il va y avoir demain (vendredi) de terribles attaques de l’Otan et de leurs agents sur le terrain contre les villes qui résistent de Syrte, Bani Walid et Sebha", a déclaré jeudi soir Moussa Ibrahim à la télévision syrienne Arraï. Cette chaîne de télévision a indiqué que seize personnes ont péri à Syrte, dont des femmes et des enfants, après des frappes de l’Otan. Selon cette même source, les kadhafistes ont détruit un navire de guerre de l’Alliance atlantique et plusieurs véhicules. Ces informations n’ont pas été confirmées de source indépendante.
À Bani Walid, dernière poche de résistance des pro-Kadhafi avec Syrte et Sebha, les habitants tentaient toujours de fuir la ville avant le déclenchement de l’offensive par les forces du CNT. Certains auraient été pris au piège et retenus par des hommes armés.
Jeudi, Nicolas Sarkozy a pris des accents gaulliens pour plaider pour une Libye unie et affirmer que Muammar Kadhafi et ses proches devraient rendre des comptes. La brève visite en Libye du président français, accompagné du Premier ministre britannique David Cameron, a culminé à Benghazi, berceau de la révolte libyenne, où les deux hommes, en pointe dans la coalition internationale contre le régime du "guide" déchu, ont été accueillis par une foule en liesse estimée à 1 500 personnes. "Amis de Benghazi, nous vous demandons une chose, nous croyons dans la Libye unie, pas dans la Libye divisée", a lancé un Nicolas Sarkozy exalté à un auditoire conquis, sur la plus grande place de la ville, rebaptisée place de la Liberté.
Un peu plus tôt, à Tripoli, le chef de l’État avait appelé les pays qui accueillent des anciens responsables libyens recherchés par la justice à travailler avec les instances internationales "pour qu’ils rendent des comptes". Nicolas Sarkozy a par ailleurs assuré qu’il n’y avait eu aucun accord entre les nouvelles autorités libyennes et la France pour le partage des richesses de la Libye et que la France ne demandait aucune "préférence". Premiers dirigeants occidentaux de haut rang à se rendre dans le pays depuis la chute de Tripoli, il y a trois semaines, le président français et le Premier ministre britannique ont été les principaux animateurs de la coalition internationale qui est intervenue en soutien des insurgés il y a six mois.
La Cour pénale internationale de La Haye a lancé des mandats d’arrêt internationaux contre l’ancien dirigeant libyen, qui n’a pas été vu en public depuis juin, et certains de ses proches.

***

Le porte-parole de Kadhafi dénonce la visite de Sarkozy et Cameron

Moussa Ibrahim, le porte-parole du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi a dénoncé la visite éclair jeudi de Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye, les accusant de vouloir "transformer la Libye en fief de l’Occident".
"La France tente de renforcer ses agents (en Libye) et la Grande-Bretagne à favoriser des figures politiques qui lui sont alliées, face à ceux qui tournent autour des Etats-Unis et du Qatar", afin de "transformer la Libye en fief pour l’Occident", a déclaré M. Ibrahim.
"La visite inaugure un projet de colonisation en Libye et constitue l’annonce officielle du début de son application", a-t-il poursuivi dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d’une intervention par téléphone sur la chaîne Arraï basée en Syrie et qui diffuse également régulièrement des messages du dirigeant déchu.
Moussa Ibrahim a en outre accusé le président français et le Premier ministre britannique de "se dépêcher de récolter les fruits de la chute de Tripoli (...) car ils craignent évidemment l’arrivée de l’Amérique et d’autres Etats pour prendre leur part du gâteau".
"Ils parlent à présent de la reconstruction de la Libye pour des centaines de milliards de dollars (...) ils la détruisent et la reconstruisent avec l’argent des Libyens", a-t-il dénoncé. "Ils se sont dépêchés de venir à Tripoli pour conclure des accords secrets avec les collaborateurs et les traîtres et mettre la main sur le pétrole et les investissements sous prétexte de la reconstruction", a dit M. Ibrahim sans préciser d’où il parlait.
MM. Sarkozy et Cameron, premiers dirigeants occidentaux à venir en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, ont été accueillis en héros jeudi dans ce pays.
Le président français a affirmé lors de cette visite que Mouammar Kadhafi, en fuite depuis le 23 août, était encore "un danger" et qu’il y avait donc "un travail à terminer", le Premier ministre britannique promettant d’aider à sa traque.
"Nous avons dit également au CNT (Conseil national de transition) que c’est aux Libyens de construire l’avenir, ce n’est pas à nous", a d’autre part affirmé M. Sarkozy. "Vous avez voulu la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique, la France, la Grande Bretagne et l’Europe seront aux côtés du peuple libyen", a-t-il encore dit.

***

Lourdes pertes des forces pro-CNT dans la bataille de Syrte

Les forces pro-CNT ont indiqué vendredi avoir essuyé de lourdes pertes dans la bataille pour le contrôle de Syrte avec au moins 11 morts et 34 blessés, tandis que de nouvelles brigades progressaient vendredi vers ce bastion de Mouammar Kadhafi, à 360 km à l’est de la capitale.
"Premiers chiffres : 11 martyrs et 34 blessés," a indiqué le Conseil militaire de Misrata, la grande ville rebelle située au nord-ouest de Syrte, dans un communiqué, faisant état de la capture de 40 combattants pro-Kadhafi.
Vendredi, de nouvelles brigades du Conseil national de transition (CNT) se dirigeaient toutefois vers la ville méditerranéenne depuis l’ouest et le sud.
"La plupart des brigades sont à environ 20 km au sud de Syrte, dans les villages de Jaraf et Egbeba", a indiqué à l’AFP Sadiq Faytouri, responsable logistique de la Brigade Qabra, interrogé au point de ravitaillement côtier de Hassan, à 60 km à l’ouest de Syrte. "Nous nous attendons encore à des combats avec les kadhafistes mais nous espérons prendre le contrôle total de Syrte aujourd’hui. Il y a aussi des kadhafistes cachés à Wadi Jaraf, à une trentaine de km de Syrte", a dit vendredi à l’AFP Salah al-Areg, un combattant de la Brigade al-Wadi.
Les hommes du CNT, aidés dans leur avancée par les frappes de l’Otan, enterraient vendredi matin quatre kadhafistes tués dans ces bombardements, a constaté une journaliste de l’AFP. "Hier, l’Otan bombardait devant nous, en progressant, on a trouvé ces corps", a déclaré vendredi à l’AFP un combattant, Khalid al-Juder.
Selon le Conseil militaire de Misrata, ses combattants ont lancé l’assaut sur trois fronts jeudi contre Syrte, un des derniers bastions du colonel Kadhafi. "Nos révolutionnaires sont entrés à Syrte aujourd’hui (jeudi) par trois axes principaux", avait affirmé jeudi le Conseil militaire de Misrata.
Le Conseil militaire a ensuite affirmé que "les révolutionnaires de Misrata avaient atteint le centre-ville de Syrte", "contrôlaient désormais les entrées à la ville et commençaient à passer au peigne fin" le secteur pour débusquer les pro-Kadhafi. Jeudi matin, un convoi, de 900 véhicules selon le Conseil militaire, était parti de Misrata vers l’est en longeant la côte avant de se diviser pour encercler Syrte sur trois fronts.
Jeudi soir, Moussa Ibrahim, porte-parole du dirigeant déchu, a assuré que les forces pro-Kadhafi étaient "très bien préparées" et déterminées à "résister jusqu’à la victoire".
"Nous poursuivons notre résistance jusqu’à la victoire, la récupération de la Libye et sa libération totale de ce projet de colonisation. La bataille est loin d’être finie, nous avons toujours la capacité de résister et de vaincre", a-t-il dit lors d’une intervention par téléphone sur la chaîne Arraï basée en Syrie et qui diffuse régulièrement des messages de Mouammar Kadhafi.
"Il y aura des attaques de l’Otan sur les villes qui résistent, Syrte, Bani Walid et Sebha, (...) sur plusieurs fronts et plusieurs axes, mais nous nous sommes très bien préparés sur ces axes et nous allons repousser cette agression", a-t-il promis.

(Vendredi, 16 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

« Saga d’été »
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photographies publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-,
dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d'Al Faraby.
 
Présentation et commandes à l'adresse:
http://www.aloufok.net/spip.php?article5242