Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Syrie : lancement à Paris d’une coalition de partis d’opposants (...)

Syrie : lancement à Paris d’une coalition de partis d’opposants laïcs

samedi 17 septembre 2011, par La Rédaction

Une coalition de partis d’opposition syriens laïques a été officiellement lancée samedi à Paris par une dizaine de formations musulmanes et chrétiennes, arabes et kurdes, qui ont appelé l’ensemble des minorités en Syrie à soutenir la lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Ces formations —assyrienne, syriaque, kurde, sunnite, laïque— ont créé la Coalition des forces laïques et démocratiques syriennes (CFLD), embryon d’une opposition syrienne de l’extérieur, laïque et démocratique, ont-t-ils indiqué à l’AFP.

Leurs membres, venus des Etats-Unis, d’Europe ou du Proche-Orient, sont réunis samedi et dimanche dans un grand hôtel parisien.

"La Syrie de demain doit être pluraliste et pas dominée par les islamistes", a lancé la porte-parole de la coalition Randa Kassis, membre du parti Hadatha. "Nous devons travailler ensemble à faire tomber ce régime (...) qui a torturé, exilé, tué", a-t-elle martelé.

Plus de six mois après le début de la contestation populaire en Syrie, violemment réprimée par les forces armées syriennes, l’opposition syrienne n’a toujours pas réussi à s’unifier.

Elle est divisée entre opposants de tendance islamiste, souvent proche des Frères musulmans, et opposants laïques. Des lignes de fracture existent également entre Kurdes et Arabes, ainsi qu’entre chrétiens et musulmans.

"Laïcs et islamistes n’arrivent pas à se mettre d’accord pour l’instant, c’est un processus lent, mais il y a des éléments des deux côtés qui peuvent réussir à faciliter le dialogue", a estimé Bassam a-Bitar, membre d’Alenfetah, parti basé à Washington. "Il s’agit de montrer qu’il n’y a pas que les islamistes, les fanatiques, il y a nous aussi", a-t-il ajouté.

La CFLD a aussi appelé les minorités syriennes à s’unir contre le régime alors qu’en Syrie, les minorités chrétienne et kurde notamment hésitent à se joindre au mouvement de contestation par peur des représailles du régime et de l’arrivée d’islamistes au pouvoir.

"Nous encourageons les minorités religieuses à participer à la révolution syrienne", a déclaré Bassam a-Bitar. "C’est le moment d’unifier toutes nos forces", a renchéri Randa Kassis, membre du parti Hadatha.

Cette coalition laïque apparaît alors que deux "conseils" de l’opposition ont vu le jour en Turquie.

Le "Conseil national de transition syrien", dirigé par Burhan Ghalioun, une des personnalités les plus en vue de l’opposition en exil, est né fin août à Ankara.

Ce dernier a appelé samedi à Paris les opposants à mettre la "question de la laïcité dans le contexte de la révolution", manière de les appeler à ne pas se tromper d’ennemi et à dialoguer avec les islamistes pour arriver à une opposition unifiée de nature à renverser le régime du président syrien.

Un "Conseil national" s’est de son côté réuni jeudi à Istanbul où il a dévoilé une partie de la liste de ses 140 membres tout en reconnaissant qu’il ne pouvait pas prétendre "représenter" à lui seul la révolution. Les partis laïques estiment que les islamistes sont majoritaires dans cette instances.

La Syrie est secouée depuis le 15 mars par un mouvement de contestation sans précédent, violemment réprimé par les autorités.

Selon le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, 2.600 personnes ont été tuées dans la répression.

***

Des parlementaires russes à Damas

Une délégation de parlementaires russes a entamé samedi une visite en Syrie pour "vérifier" les faits sur le terrain et tenter de lancer un processus de dialogue entre le régime et l’opposition, après six mois de contestation populaire du président Bachar al-Assad.

La délégation russe va rencontrer le président Assad, un allié de Moscou, ainsi que des opposants lors d’une visite de quatre jours, ont indiqué les agences syrienne Sana et russe Interfax.

Selon le représentant spécial du président russe Mikhaïl Marguelov, la délégation doit "éclaircir les faits, afin de voir sur place ce qui se passe vraiment", alors que le régime Assad ne reconnaît pas l’ampleur de la contestation et impute les violences à des "groupes terroristes".

Les médias étrangers ne sont pas autorisés à circuler librement en Syrie.

"La Russie est opposée à toute ingérence extérieure dans les problèmes de la Syrie, et est prête à aider autant qu’elle le peut au dialogue interne, qui doit avoir lieu dans une atmosphère pacifique, sans victimes", a dit le vice-président du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Ilias Oumakhanov.

Aucune précision n’a été donnée sur la date de la rencontre avec le président syrien, ni quelles forces d’opposition la délégation russe comptait rencontrer.

Moscou est opposé au départ de M. Assad et bloque au Conseil de sécurité de l’ONU toute résolution, voulue par les Occidentaux, condamnant la répression meurtrière menée par son régime.

Mercredi, un haut responsable russe avait affirmé que les "organisations terroristes" risqueraient de s’imposer en Syrie si le régime du président Bachar al-Assad tombait.

Le président russe Dmitri Medvedev avait déjà estimé qu’au sein de l’opposition syrienne il y avait des "extrémistes" et des "terroristes", et jugé que des "pressions supplémentaires" sur le régime syrien n’étaient pas nécessaires.

(Samedi, 17 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

« Saga d’été »
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photographies publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-,
dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d'Al Faraby.
 
Présentation et commandes à l'adresse:
http://www.aloufok.net/spip.php?article5242