Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Mahmoud Abbas maintient son projet devant Ban Ki-moon

Mahmoud Abbas maintient son projet devant Ban Ki-moon

lundi 19 septembre 2011, par La Rédaction

Mahmoud Abbas a déclaré lundi à Ban Ki-moon qu’il comptait mettre à exécution son projet de demande de reconnaissance à part entière d’un Etat palestinien par les Nations unies, une démarche susceptible d’après les Etats-Unis et Israël de déboucher sur une catastrophe.
Le président de l’Autorité palestinienne a rencontré le secrétaire général de l’Onu au siège new-yorkais de l’organisation. Il a réitéré son intention de demander cette semaine un vote du Conseil de sécurité sur cette question explosive, et ce malgré la certitude d’un veto américain, a dit son porte-parole, Nabil Abou Rdaineh.
Le secrétaire général, par qui doit passer toute requête de la sorte, a répondu à son interlocuteur qu’il "ferait son devoir conformément à la charte des Nations unies". Selon son porte-parole, Martin Nesirky, il a invité Israéliens et Palestiniens à retourner à la table de négociation "dans le cadre d’une formule légitime et équilibrée".
Auparavant, Mahmoud Abbas avait jugé "infernale" la situation après sa décision de demander la reconnaissance d’un Etat palestinien par l’Onu.
Le président palestinien a en outre indiqué que les Etats-Unis et l’Union européenne prévoyaient une "situation difficile" après le dépôt de la reconnaissance vendredi prochain.
"Jusqu’à quel point, nous le saurons bientôt", a déclaré le chef de l’Autorité palestinienne à des journalistes à bord de l’avion qui le conduisait aux Etats-Unis.
Face à l’impasse des négociations de paix avec Israël, l’Autorité palestinienne, qui dispose actuellement d’un statut d’observateur aux Nations unies, entend demander la reconnaissance d’un Etat dans les frontières de 1967 avant la guerre des Six-Jours, et l’occupation par Israël de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est.
L’octroi d’une reconnaissance d’Etat de droit requiert l’approbation du Conseil de sécurité de l’Onu mais les Etats-Unis, alliés d’Israël, ont fait savoir qu’ils feraient usage de leur droit de veto à toute résolution en ce sens.
Les Etats-Unis et Israël souhaitent limiter le processus de paix à un dialogue bilatéral mais ce dialogue a échoué, a fait remarquer Mahmoud Abbas, qui s’est dit déterminé à demander une reconnaissance pleine et entière d’un Etat palestinien. "Nous avons décidé de prendre cette mesure et c’est devenu l’enfer."
Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a estimé lundi que le statu quo entre Israël et la Palestine n’était ni acceptable ni tenable et comportait un risque d’explosion de violence.
Le chef de la diplomatie française devait rencontrer Mahmoud Abbas lundi pour discuter "de la stratégie" du président de l’Autorité palestinienne.
Pour sa part, William Hague a déclaré que la Grande-Bretagne, comme d’autres Etats membres de l’UE, restait attachée à une solution dite des deux Etats pour deux peuples. "Nous (...) retenons notre position sur la manière dont nous voterons sur toute résolution qui pourrait être soumise à l’AG de l’Onu pour pouvoir exercer de fortes pressions sur les deux parties en vue d’un retour à la table de négociation", a déclaré sur Sky News le secrétaire au Foreign Office.
Les négociations directes entre Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui avaient été relancées le 2 septembre 2010, ont été interrompues quelques semaines plus tard, à l’expiration d’un moratoire de la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée.
Les Palestiniens estiment que le développement de nouvelles colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est minent les chances de création d’un Etat palestinien réunissant ces territoires et la bande de Gaza.
L’Autorité palestinienne, qui tient Israël pour responsable de l’échec du processus de paix, affirme que la demande d’adhésion d’un Etat à l’Onu permettrait une reprise des négociations avec l’Etat hébreu.
Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche qu’il s’attendait à ce que cette demande soit rejetée par l’Onu en raison de l’opposition des Etats-Unis.
"Leur tentative de devenir un membre régulier de l’Onu, cette tentative échouera", a-t-il dit lors du conseil des ministres hebdomadaire.
"Je crois qu’à la fin (...), après tout ce qui se sera passé aux Nations unies, les Palestiniens reprendront raison, je l’espère, et abandonneront ces manoeuvres d’évitement des négociations pour venir s’asseoir à la table des discussions."
Plusieurs membres du gouvernement israélien ont appelé à des mesures de représailles contre les Palestiniens pour protester contre l’initiative qui vise selon eux à accroître l’isolement de l’Etat hébreu. Certains élus américains ont pour leur part annoncé leur intention de réduire l’aide financière américaine de 500 millions de dollars par an aux Palestiniens.
Rien n’est sorti des dernières discussions avec les médiateurs occidentaux qui tentent de dissuader les Palestiniens de déposer une demande d’adhésion à l’Onu, a fait savoir Mahmoud Abbas. Les négociations restent "mon premier choix mais sur quelles bases ?, a-t-il dit.

(Lundi, 19 septembre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2
 

***

« Saga d’été »
Ce recueil, de cinquante quatre pages, regroupe tous les textes et photographies publiés sur "Al-Oufok", site du -Mouvement démocratique arabe-,
dans le cadre de sa rubrique estivale (juillet, août 2011) intitulée "Cartes postales...", sous la signature d'Al Faraby.
 
Présentation et commandes à l'adresse:
http://www.aloufok.net/spip.php?article5242