Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Sciences > La langue maternelle est... paternelle

La langue maternelle est... paternelle

mardi 20 septembre 2011, par La Rédaction

Les hommes auraient eu, depuis toujours, le dernier mot. C’est ce qu’ont démontré des chercheurs de l’université de Cambridge dans une étude basée sur l’analyse de données génétiques et de flux migratoires. D’après Colin Renfrew et Peter Foster, qui ont dirigé la recherche publiée dans Science, les mutations linguistiques sont un phénomène dans lequel les hommes jouent un rôle déterminant : quand un homme arrive, c’est sa langue qui s’impose.

Pour en arriver là et reconstituer le mode de transmission de la langue, les chercheurs ont examiné des marqueurs génétiques spécifiques à chaque sexe dans de nombreuses communautés à travers le monde. L’étude s’est attachée à suivre la transmission à la descendance du chromosome Y chez les hommes et de l’ADN mitochondrial chez les femmes. Avec cette conclusion : la transmission du langage est liée au sexe.

Pour pister ces marqueurs, Renfrew et Foster ont décortiqué les anciennes migrations polynésiennes vers les territoires de la Mélanésie. Le long de la côte de Nouvelle-Guinée, les populations nouvellement installées parlaient, soit la langue d’origine, soit celle de la destination. En y regardant de plus près, les études génétiques ont montré que l’ADN féminin était une fois sur deux indépendant de la langue parlée. En revanche, le chromosome Y était, quant à lui, détecté presque exclusivement dans les lieux où le polynésien, la langue nouvelle donc, était parlé, alors qu’il était pratiquement absent des territoires où le mélanésien continuait d’être parlé. Mais ce n’est pas tout : ils ont aussi montré que les flux migratoires étaient essentiellement masculins. Et qu’importe que les hommes migrants se soient en général mariés à des femmes "locales" : c’est bien la langue de l’homme qui a supplanté celle de la femme.

Selon Peter Forster, la recherche met ni plus ni moins en question l’une des expressions les plus utilisées pour décrire la langue natale : "Dans toutes les langues, la notion de langue maternelle est fermement ancrée dans l’imaginaire populaire. C’est peut-être la raison pour laquelle, depuis de nombreuses années, le rôle des pères, ou plus précisément celui des hommes à succès, n’a pas été reconnu par les généticiens." Et pourtant, à le croire, les femmes préhistoriques ont rapidement adopté la langue des hommes immigrés, surtout si "les nouveaux arrivants étaient des combattants courageux et des agriculteurs, ce qui leur garantissait un statut plus élevé". La langue maternelle est à l’origine... paternelle !

(Mardi, 20 septembre 2011 - Avec les agences de presse)