Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Sciences > Les singes raisonnent aussi par analogie

Les singes raisonnent aussi par analogie

lundi 26 septembre 2011, par La Rédaction

Reconnaître les relations entre les relations, c’est le propre de l’analogie. Que se cache-t-il derrière cette capacité ? Est-elle uniquement humaine ? Une étude menée par Joël Fagot du laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/Université de Provence) et Roger Tompson du Franklin & Marshall College (États-Unis) démontre que les singes sont capables de faire des analogies. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Psychological Science.

Une chatte prend soin d’un chaton, un oiseau nourrit des oisillons : si le contexte est différent, ces deux situations sont analogues et nous savons conclure qu’il s’agit de la mère et de son petit dans les deux cas. Longtemps, les chercheurs ont pensé que ce type de raisonnement analogique était impossible sans langage et qu’il serait limité à l’homme ou au mieux aux grands singes à qui l’on aurait appris un langage. Pourtant, deux scientifiques Joël Fagot au Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/Université de Provence) et Roger Thompson au Franklin & Marshall College aux États-Unis viennent de démontrer que les singes pouvaient produire des analogies, sans le langage.

Les deux chercheurs ont mené leur expérience auprès de 29 babouins (Papio papio) d’âges variables, pouvant librement effectuer l’exercice proposé (cela représente un grand nombre d’animaux pour ce type d’expérience). Dans un premier temps, les singes observaient deux formes géométriques sur un écran tactile, par exemple deux carrés. Après avoir touché l’une de ces formes, deux paires de formes apparaissaient sur l’écran, telles que : un triangle et une étoile pour la première paire, et deux ovales identiques pour la seconde paire. Pour réussir l’exercice et être récompensé, l’animal devait toucher la paire représentant la même relation (d’identité ou de différence) que la paire initiale (ici, les deux ovales). En d’autres termes, le singe devait détecter des relations entre relations, le propre de l’analogie. Après un apprentissage intensif de plusieurs milliers d’essais, 6 babouins ont répondu correctement à la tâche, démontrant ainsi une capacité à résoudre des problèmes d’analogie. Plus encore, les chercheurs ont suspendu la tâche pendant près d’un an avant de la proposer de nouveau aux babouins. Les singes ont réappris la tâche bien plus rapidement que lors des premiers entraînements, ce qui montre qu’ils se souviennent de la situation.

Ces travaux prouvent donc que l’analogie est possible sans langage. Mais à quoi cette compétence peut-elle servir chez l’animal ? Particulièrement utile au singe et adaptative, cette capacité pourrait notamment servir au transfert de connaissances d’un domaine à l’autre.

(Cnrs, 23 septembre 2011)

Références :

Generalized Relational Matching by Guinea Baboons (Papio papio) in two by two-item analogy problems – Roger K. R. Thompson et Joël Fagot, Psychological Science, 20 septembre 2011