Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Syrie : l’Union européenne soutient l’opposition

Syrie : l’Union européenne soutient l’opposition

lundi 10 octobre 2011, par La Rédaction

L’Union européenne (UE) a salué, lundi, la création du Conseil national syrien (CNS) regroupant la majorité des courants de l’opposition au président syrien Bachar el-Assad. Lancé officiellement le 2 octobre à Istanbul, le CNS réunit pour la première fois la majeure partie des courants politiques, comptant notamment dans ses rangs les Comités locaux de coordination (LCC) qui chapeautent les manifestations sur le terrain, les libéraux, la confrérie des Frères musulmans interdite de longue date en Syrie, ainsi que des partis kurdes et assyriens.
Dimanche, les violences à travers le pays ont encore fait 31 morts, a annoncé, lundi, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). L’UE s’apprête à renforcer les sanctions contre le régime et a salué "les efforts de la population syrienne pour établir une plate-forme de l’opposition unie et appelle la communauté internationale à faire de même. La création du CNS constitue un pas positif", affirme un projet de document qui doit être approuvé par les ministres européens des Affaires étrangères.
Environ 90 représentants de plusieurs groupes d’opposition, dont des membres du CNS, se sont réunis près de Stockholm samedi et dimanche sous les auspices du Centre international Olof Palme. Une délégation du CNS est attendue en outre à Moscou en octobre.
Le représentant du Kremlin pour les crises dans le monde arabe, Mikhaïl Marguelov, a reçu de son côté lundi une délégation présentée comme étant une branche "modérée" de l’opposition. La délégation, que d’autres opposants syriens accusent d’être des proches du régime d’Assad, est conduite par un chef du parti communiste syrien, Qadri Jamil.
"Nous sommes prêts à organiser une table ronde pour que les représentants de l’opposition et du pouvoir puissent se mettre d’accord, à Moscou ou ailleurs", a déclaré Mikhaïl Marguelov, dont le pays est un allié de longue date de Damas. La Russie s’est par ailleurs dite prête à proposer au Conseil de sécurité de l’ONU, avec la Chine, un projet de résolution plus "équilibré" que celui sur lequel Moscou et Pékin ont mis leur veto la semaine dernière.
"Nous proposons d’adopter une résolution équilibrée qui condamnera les violences des deux côtés", celles du régime et celles de l’opposition, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans une interview à l’hebdomadaire Profil. "Dans le même temps, il faut que nous demandions à Assad de poursuivre les réformes qu’il a déjà engagées", a-t-il ajouté.

***

Plein succès du "raffut pour Rafah"

Le Forum des femmes "pour Rafah", qui s’est tenu dimanche après-midi dans le grand auditorium du palais des congrès à Paris, a été un plein succès. Le clou : le jour même du premier tour de la primaire socialiste, la présence de Martine Aubry, environnée d’une nuée de journalistes, photographes, cameramen, et son discours, salué par une ovation debout.
Seul orateur masculin, Alexandre Adler, éditorialiste du Figaro, essayiste aux vues transversales, présenta l’histoire de la Syrie et son avenir possible sous un jour original ; Blandine Kriegel, philosophe de l’État de droit, qui fut aussi une proche conseillère de Jacques Chirac, rappela les luttes de libération des femmes ; Cynthia Fleury, philosophe d’une génération antérieure, prolongea les thèses de son récent essai sur la fin du courage à propos de la démocratie et des femmes.
Faisant halte au Forum au milieu de sa campagne pro-Hollande, Aurélie Filippetti expliqua le rôle de vecteur de laïcité que pourraient jouer les femmes au Moyen-Orient. Très active pour la libération de Rafah, la productrice Fabienne Servan-Schreiber montra comment la fiction touche au réel. Animatrice de la fameuse association Ni putes ni soumises, Sihem Habchi retrouva les accents de Fadela Amara pour faire vibrer les thèmes de l’émancipation des femmes musulmanes. Valérie Toranian, de Elle, enthousiasma le public en lui donnant un aperçu des vues citoyennes de la rédaction du célèbre magazine féminin.
D’autre part, après Judith Miller, fille de Lacan, présidente du Champ freudien, on entendit Agnès Aflalo, Aurélie Pfauwadel, Clotilde Leguil, Carole Dewambrechies La Sagna, Deborah Gutermann, Dominique Miller, Flory Kruger, et Lilia Mahjoub. Fouzia Liget présenta devant Martine Aubry son itinéraire analytique de fille d’immigrés marocains, trouvant dans son analyse les voies de son émancipation par rapport à la tradition arabo-musulmane, et à la fois celles de sa réconciliation avec l’islam. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, le docteur Dalil Boubakeur, envoya un message demandant que tout soit "fait pour obtenir la libération d’une consoeur qui n’a aucunement mérité le sort qui lui est fait". "Je m’associe pleinement au mouvement engagé pour son retour à son activité normale et à sa famille."
Au début du Forum, Julia Kristeva avait posé à ma demande les fondements de la problématique avec un ample exposé théorique original, partant d’une lecture généreuse des écrits de Rafah Nached pour tracer, en intégrant des concepts de Lacan, les perspectives de la psychanalyse au XXIe siècle.
La conclusion revint aux responsables de l’Association mondiale de psychanalyse (Eric Laurent, Graciela Brodsky, Leonardo Gorostiza) et de l’École de la cause freudienne (Jean-Daniel Matet).
L’ensemble du forum fut présidé, avec moi-même, par Isabelle Durant, vice-présidente (Verts) du Parlement européen, qui expliqua avec fougue les raisons de son engagement pour la libération de Rafah, tant au Parlement que dans l’opinion.
Parmi les assesseurs étaient représentées, avec l’EuroFédération de psychanalyse (Gil Caroz), les revues La Règle du jeu (Maria de França), Le Diable probablement (Anaëlle Lebovits-Quenehen) et Lacan Quotidien (Anne Poumellec, Eve Miller-Rose, Kristell Jeannot).

***

La menace syrienne envers l’Europe, les États-Unis et Israël

Le grand mufti de Syrie, cheikh Ahmad Badreddine Hassoun, la plus haute autorité religieuse du pays, a menacé l’Europe, les États-Unis et Israël d’attentats-suicides si la Syrie était attaquée. "Dès le premier obus tiré, les fils de la Syrie et du Liban deviendront des combattants qui mèneront des attentats-suicides sur la terre d’Europe et de Palestine", a déclaré le mufti dans un discours dont un enregistrement vidéo est disponible sur YouTube.
"Je dis à l’Europe et aux États-Unis : nous allons préparer des fedayin (combattants) si vous pilonnez la Syrie, car désormais c’est oeil pour oeil et dent pour dent", a prévenu le dignitaire religieux. "N’approchez pas de nos pays, je vous en prie, car nos pays sont des terres de lumière", a-t-il ajouté à l’adresse des puissances occidentales. Le 2 octobre, le fils du grand mufti, Saria Hassoune, avait été tué "par les tirs d’un groupe terroriste armé" sur la voiture dans laquelle il circulait, selon l’agence officielle Sana. Un professeur d’histoire qui se trouvait à bord avait également trouvé la mort.
Selon des militants des droits de l’homme, Saria Hassoune a succombé après avoir été blessé lors d’une tentative d’assassinat menée par des inconnus au nord de la ville de Saraqeb, dans le nord-ouest de la Syrie.
Le régime syrien est secoué depuis la mi-mars par un mouvement de contestation sans précédent. Sa répression a déjà fait, selon l’ONU, plus de 2 900 morts dans le pays, où les autorités ne reconnaissent pas l’ampleur du mouvement et attribuent les violences à des "bandes armées". Lundi, des responsables de différents groupes opposés au régime de Bachar el-Assad, réunis en Suède pendant le week-end, ont réclamé unanimement des observateurs internationaux en Syrie, tout en se prononçant généralement contre une intervention militaire étrangère.

(Lundi, 10 octobre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2