Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Libye > Décès de Kadhafi - L’ONU demande une enquête

Décès de Kadhafi - L’ONU demande une enquête

vendredi 21 octobre 2011, par La Rédaction

Le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a demandé, vendredi, la mise sur pied d’une enquête sur les circonstances entourant la mort de l’ex-Guide Muammar Kadhafi.
"À propos de la mort de Kadhafi hier (jeudi), les circonstances ne sont toujours pas claires. Nous estimons qu’une enquête est nécessaire", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, se référant aux vidéos qui ont été publiées jeudi par les médias. "Il devrait y avoir une enquête compte tenu de ce que nous avons vu hier (jeudi)", a-t-il insisté. Ainsi, il a estimé que les "deux vidéos" de la mort de Kadhafi étaient "très inquiétantes". Il n’a toutefois pas indiqué qui devait se charger de mener l’enquête, rappelant que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU avait mandaté cette année une commission d’experts pour faire la lumière sur les violences en Libye.
Rupert Colville a estimé que la mort de Kadhafi mettait "un terme à huit mois d’extrême violence et de souffrances pour le peuple libyen". "Une ère commence en Libye qui devrait répondre aux aspirations du peuple", notamment en matière de droits de l’homme, a-t-il ajouté.
L’ex-leader, 69 ans, en fuite depuis la chute de Tripoli fin août, a été capturé vivant jeudi dans sa région d’origine, près de la ville de Syrte (360 km à l’est de Tripoli), et a été tué par balle peu après, dans des circonstances encore floues. Il est le premier dirigeant arabe à avoir été tué depuis le début du "printemps arabe", une succession de soulèvements contestant des régimes autoritaires en Tunisie, en Égypte, en Libye, en Syrie, au Yémen et à Bahreïn.

***

Longuet : les nouveaux dirigeants libyens "nous doivent beaucoup"
Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a déclaré vendredi dans un entretien au Monde que la France entendait jouer un rôle de "partenaire principal" auprès la Libye, dont les nouveaux dirigeants "savent qu’ils nous doivent beaucoup".
La France "va s’efforcer de jouer le rôle d’un partenaire principal, dans un pays dont les dirigeants savent qu’ils nous doivent beaucoup", assure le ministre, en jugeant notamment que Paris n’a pas eu "d’engagement tardif, médiocre, incertain" et n’a "rien à (se) faire pardonner".

(Vendredi, 21 octobre 2011 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2