Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Larissa Sansour, trop palestinienne pour Lacoste ?

Larissa Sansour, trop palestinienne pour Lacoste ?

vendredi 6 janvier 2012, par La Rédaction

Larissa Sansour a été sélectionnée pour le Prix Lacoste Elysée. La photographe se plaint d’avoir été ensuite écartée pour un travail jugé trop propalestinien par Lacoste.

Le Musée de l’Elysée (Lausanne en Suisse) interrompt le Prix Lacoste Elysée 2011, suite à « la volonté du partenaire privé d’exclure Larissa Sansour, l’une des candidates du concours », a communiqué l’institution lausannoise. « Nous réaffirmons notre soutien à Larissa Sansour pour la qualité artistique de son travail et son engagement. Le Musée de l’Elysée lui a d’ores et déjà proposé de montrer au musée la série de photos « Nation Estate » soumise par cette dernière dans le cadre du concours. Depuis 25 ans, le Musée de l’Elysée défend avec force les artistes, leurs œuvres, la liberté artistique et la liberté d’expression. » Le communiqué du musée, tombé hier soir (21 décembre 2011), met un terme à une semaine durant laquelle il a recherché une solution avec l’artiste refusée par Lacoste. Explications.

Elle avait carte blanche

Larissa Sansour, photographe palestinienne vivant à Londres, faisait partie jusqu’au mercredi 14 décembre du groupe des huit artistes nominés à la deuxième édition du Prix Lacoste Elysée 2011. Ce prix, doté de 25000 euros, est organisé par le Musée de l’Elysée de Lausanne en partenariat avec la marque de vêtements au crocodile. Invitée cet automne à participer au concours, elle avait reçu, comme les sept autres nominés, une bourse individuelle de 4000 euros. Le Musée de l’Elysée leur donnait carte blanche pour développer un projet autour du thème « La joie de vivre ».

Tout semblait aller pour le mieux pour Larissa Sansour qui travaillait sur son projet, baptisé « Nation Estate » : une représentantion de la naissance d’un État palestinien imaginaire réduit à un seul et immense gratte-ciel. L’artiste avait fourni les trois photographies demandées par le musée. Jusqu’au 12 décembre, le site internet du musée présentait encore son nom parmi les nominés.

Son nom rayé de la liste

Il y a dix jours, tout bascule. Larissa Sansour reçoit un appel de Sam Stourdzé, le directeur du Musée de l’Elysée. Il lui annonce que Lacoste ne souhaite plus qu’elle participe au concours et lui signifie sa mise à l’écart du prix, selon les desiderata des responsables de Lacoste. Ceux-ci ont trouvé son travail exagérément propalestinien. Le nom de l’artiste disparaît de la liste des nominés sur le site internet.

Soren Lind, collaborateur et chargé de communication de Larissa Sansour, confirme qu’à aucun moment un responsable de Lacoste n’a pris contact avec l’artiste ni son équipe. D’après Soren Lind, Sam Stourdzé a fait plusieurs fois part à Larissa Sansour de son regret de la voir écartée du Prix Lacoste Elysée et a proposé une issue constructive à ce problème de censure. Ravie du travail effectué avec le musée, Larissa Sansour a toutefois exprimé à son tour le regret de ne pas voir la direction du musée prendre la défense de son travail et de sa nomination, vu que c’est le musée qui l’avait invitée à participer.

Puis, suite à son exclusion, l’artiste s’est vu proposer par Philippe Hufschmid, le responsable du développement du musée, d’harmoniser la communication autour de l’affaire : le Musée de l’Elysée proposait à l’artiste de signer un communiqué affirmant qu’elle se retirait volontairement du Prix Lacoste Elysée 2011 pour se consacrer à d’autres priorités. Une déclaration que Larissa Sansour a catégoriquement refusé de signer. Afin de mettre en valeur le travail de Larissa Sansour, Sam Stourdzé a ensuite proposé à l’artiste d’exposer les photographies de « Nation Estate » au sein du Musée de l’Elysée, dans un cadre différent. Une opportunité accueillie de manière positive par l’artiste, qui nous a toutefois précisé par écrit que « toute collaboration future avec le Musée de l’Elysée ne peut en aucun cas être soumise à la condition de réduire la censure de Lacoste au silence ».

Lacoste réfute une raison politique

Lacoste a décidé « d’annuler une fois pour toutes sa participationà l’événement et tout soutien au Prix de l’Elysée » suite à l’affaire qui touche le Prix Lacoste Elysée 2011. La marque française nie dans son communiqué de presse, tombé après celui du musée, que l’exclusion de Larissa Sansour est d’ordre politique. D’après Lacoste, « après avoir reçu les œuvres des nominés, le Musée de l’Elysée et Lacoste ont eu l’impression que le travail de l’artiste ne s’inscrivait pas dans le thème « La joie de vivre ». Cette explication diverge de celle du Musée de l’Elysée. Ce dernier explique que l’interruption du prix réside dans « la volonté du partenaire privé d’exclure Larissa Sansour » et ne donne pas les motifs de l’interruption.

(22 décembre 2011 - David MarÍn - La Liberté)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2