Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Les Palestiniens bientôt plus nombreux que les Israéliens ?

Les Palestiniens bientôt plus nombreux que les Israéliens ?

mardi 10 janvier 2012, par La Rédaction

A chaque fin d’année, les Bureaux des statistiques israélien et palestinien publient leur état des lieux démographiques. Le premier à ouvrir le feu en décembre 2011 a été le Bureau palestinien qui a annoncé une population de 4,23 millions en Cisjordanie et à Gaza, 1,37 million en Israël et 4,99 millions dans les pays arabes voisins, soit un total de 11,22 millions de Palestiniens.
Quelques jours plus tard, le Bureau israélien a publié ses chiffres, selon lesquels 7,83 millions de personnes vivent en Israël dont 5,9 millions de Juifs. Un chiffre total qui inclut 270 000 Palestiniens de Jérusalem-Est (ce qui explique sans doute le différentiel entre le 1,6 million d’Arabes israéliens selon Israël, et le 1,3 avancé par le Bureau palestinien).
Si on additionne dans le premier cas Palestiniens et Arabes israéliens, on aboutit à 5,6 millions d’individus, soit seulement 300 000 de moins que les Israéliens de confession juive (si on tient compte de 325 000 personnes vivant en Israël en étant ni juives, ni Arabes -classées comme chrétiennes ou musulmanes).
Mais le Bureau palestinien ne s’est pas contenté d’un bilan. Il s’est lancé également dans la prospective avec une courbe qui assure que le nombre de Palestiniens (dans les territoires et en Israël) égalera le nombre d’Isaéliens juifs en 2015 puis le dépassera en 2020.

Un tel résultat est-il plausible ? Contesté, il repose en fait sur le rythme "d’atterrissage" de la fécondité palestinienne, restée longtemps une singularité, mais qui se "normalise" selon les critères occidentaux. Il est propice à nourrir un débat très politique. On sait que l’argument démographique (devoir un jour choisir entre la démocratie et un Grand Israël au sein duquel la population juive serait devenue minoritaire) a joué dans la conversion d’Ariel Sharon et d’Ehoud Olmert à ce que l’on appellera, quitte à heurter, le réalisme territorial.
Un autre tableau délivré en 2010 par le "pape" de la démographie israélienne, le professeur Sergio DellaPergola, donnait en tout cas une vision assez proche de la situation :

Toujours selon le même spécialiste, la population juive (dans le sens le plus restrictif : "core" *) était d’ores et déjà minoritaire dans les frontières de l’ancienne Palestine mandataire en 2010.

*Core : Jewish population, not inclusive of non-Jewish members of Jewish households, persons of Jewish ancestry who profess another monotheistic religion, other non-Jews of Jewish ancestry, and other non-Jews who may be interested in Jewish matters.

(10 janvier 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2