Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Libye > La Libye va enquêter sur des cas de torture dans ses prisons

La Libye va enquêter sur des cas de torture dans ses prisons

jeudi 2 février 2012, par La Rédaction

’Toute personne impliquée sera traduite en justice.’ Le ministre de la justice libyen, Ali H’mida Achour, a affirmé, jeudi 2 février, que son ministère allait enquêter sur des cas de torture dans des prisons libyennes, après des accusations d’organisations de défense des droits humains.
’Ces accusations concernent des prisons qui ne sont pas sous notre contrôle’, a-t-il dit, en marge d’une cérémonie à la prison d’Aïn Zara, dans la banlieue de Tripoli, où une brigade de thowars (révolutionnaires, en arabe) de la capitale a remis l’établissement au ministère de la justice.
M. Achour a indiqué qu’une commission formée de fonctionnaires des ministères de la justice, de la défense et de l’intérieur travaillait pour prendre le contrôle de toutes les prisons.
Les Nations unies avaient pointé du doigt les ’brigades révolutionnaires’, accusées de détenir des milliers de personnes dans des prisons secrètes. Les révolutionnaires avaient combattu pendant huit mois le régime de Mouammar Kadhafi, jusqu’à sa chute en octobre dernier.
Des organisations humanitaires, dont Amnesty International et la Croix-Rouge, ont quant à elles fait état d’une pratique ’généralisée’ de la torture dans les prisons libyennes.

**

« L’Islam modéré va régner en Libye » pour le président du CNT
Le président du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil, a assuré que « l’islam modéré va régner » en Libye, où des élections pour désigner une Assemblée constituante auront lieu en juin, dans un entretien jeudi au quotidien français le Figaro. « Les islamistes dérangent les Libyens avant de déranger l’Occident. C’est l’islam modéré qui va régner dans ce pays. 90% des Libyens veulent un islam modéré. Il y a 5% des libéraux et 5% d’extrémistes », a estimé le chef de l’autorité libyenne de transition.
« J’ai confiance, malgré les obstacles posés par les anciens du régime et certains arrivistes. Les élections auront lieu à la date prévue », a jugé M. Abdeljalil.
Le dirigeant libyen a estimé à « pas plus de 2 000 personnes » le nombre de gens visés par la loi interdisant à ceux qui ont participé au régime de Mouammar Kadhafi renversé l’an dernier de se présenter à ces élections.
Il a précisé qu’il ne briguerait pas de poste politique après les élections, se posant en « conciliateur » et en « rassembleur ».
Moustapha Abdeljalil a voulu relativiser les incidents qui se sont déroulés la semaine dernière à Bani Walid (170 km au sud-est de Tripoli), un ancien bastion kadhafiste où des violences ont fait sept morts et une dizaine de blessés.
« Il y a eu des incidents entre le petit nombre de révolutionnaires de Bani Walid, qui ont voulu s’octroyer des privilèges, et certains habitants, qui voulaient l’égalité de tous », a-t-il dit.
« La révolution contrôle tout le territoire libyen. Une partie est contrôlée par les forces régulières, l’autre par les révolutionnaires (...). D’ici à deux mois, nous pensons avoir absorbé entre 60% et 70% des combattants révolutionnaires », a jugé M. Abdeljalil.
Le président du CNT a aussi indiqué que « seulement 6 milliards d’euros ont été rapatriés », sur les quelque 100 milliards d’avoirs libyens à l’étranger.

(02 février 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2