Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Syrie : Moscou ne peut soutenir en l’état le nouveau projet de (...)

Syrie : Moscou ne peut soutenir en l’état le nouveau projet de résolution

vendredi 3 février 2012, par La Rédaction

La Russie ne peut pas soutenir "en l’état" le nouveau projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant la répression en Syrie, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov. "Nous avons reçu (le projet marocain de résolution). Certaines de nos inquiétudes ont été prises en compte, mais cela ne suffit pas pour que nous puissions le soutenir en l’état", a déclaré Guennadi Gatilov cité par l’agence de presse Interfax.
Dans la nouvelle version du projet de résolution, le Conseil de sécurité ne demande plus explicitement le départ du président Bachar el-Assad, ni ne mentionne un quelconque embargo sur les armes ni même de nouvelles sanctions, mais "soutient pleinement (...) la décision de la Ligue arabe du 22 janvier 2012 de faciliter une transition politique conduite par les Syriens eux-mêmes".
Guennadi Gatilov a ajouté qu’aucun vote n’était prévu dans les jours qui viennent sur ce projet. "Hier (jeudi), les consultations se sont poursuivies au Conseil de sécurité de l’ONU et le projet a été publié dans sa version définitive. Mais aucune proposition concernant le vote sur ce texte n’a été faite", a-t-il souligné. "Nous avons toujours des préoccupations concernant le contenu de ce texte et nous allons poursuivre les consultations compte tenu de nos positions", a dit Guennadi Gatilov.
Un responsable du département d’État a dit vendredi que les États-Unis étaient "prudemment optimistes" quant à un soutien russe au nouveau projet de résolution. La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, en route pour Munich où se déroule ce week-end une conférence sur la sécurité, a prévu de s’entretenir au téléphone dans la journée avec son homologue russe Sergueï Lavrov dans l’espoir de convaincre la Russie d’adopter cette nouvelle résolution. Jusqu’à présent, la Russie s’est montrée inflexible, son représentant à l’ONU Vitali Tchourkine menaçant d’un veto russe si le Conseil votait sur "un texte que nous considérerions comme erroné". La Russie, un allié traditionnel de la Syrie à laquelle elle continue à fournir des armes, a réitéré à plusieurs reprises son opposition à l’usage de la force et à toute résolution de l’ONU qui soutiendrait des sanctions unilatérales visant Damas.

(03 février 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2