Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > "Merci, la Russie !" scandent des milliers de Syriens accueillant (...)

"Merci, la Russie !" scandent des milliers de Syriens accueillant Lavrov

mardi 7 février 2012, par La Rédaction

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, arrivé mardi à Damas pour s’entretenir avec le président Bachar el-Assad, a été acclamé par des milliers de Syriens rassemblés à Damas pour "remercier" la Russie, alliée de poids du régime. "Merci, la Russie ! Merci, la Chine !" scandait la foule rassemblée dans une grande artère à Mazzé, à la périphérie de Damas, selon des images diffusées par la télévision publique syrienne.
Le convoi de Sergueï Lavrov s’est frayé un passage au milieu d’une marée de drapeaux syriens et russes, et plusieurs dizaines de personnes se sont précipitées pour le saluer, selon les images montrées à la télévision.
"Nous sommes venus ici au nom du peuple syrien pour remercier la Russie, nous lui serons à jamais reconnaissants", s’écrie une Syrienne, interviewée par la télévision. Selon la télévision publique, la foule s’est rassemblée "en hommage à la position de la Russie qui appuie la Syrie et son peuple ainsi que les réformes en cours" dans le pays. "Sergueï Lavrov et Mikhaïl Fradkov (chef des services de renseignements extérieurs russe, NDLR) sont arrivés à Damas pour des entretiens avec le président Bachar el-Assad", avait auparavant indiqué le ministère russe des Affaires étrangères sur son compte Twitter.
Moscou avait annoncé dimanche que Sergueï Lavrov se rendrait à Damas pour évoquer la mise en place rapide de "réformes démocratiques indispensables" en Syrie, où la répression des manifestations contre le régime syrien a fait plus de 6 000 morts depuis 11 mois, selon des ONG.
Cette visite intervient après le veto de la Russie et de la Chine samedi à l’ONU à un projet de résolution du Conseil de sécurité présenté par les Occidentaux et des pays arabes condamnant la répression en Syrie.
Ce double veto sino-russe a soulevé l’indignation des Occidentaux et de plusieurs pays arabes. Selon plusieurs diplomates et experts occidentaux, ce geste pourrait encourager le président Assad à poursuivre sa répression des opposants syriens. Il a été qualifié de "permis de tuer" par l’opposition syrienne. De leur côté, les États-Unis ont émis l’espoir que Sergueï Lavrov fasse "bien comprendre au régime" du président syrien Bachar el-Assad combien il est "isolé".

***

Le chef de la diplomatie russe arrivé à Damas pour des entretiens avec Assad
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, est arrivé mardi à Damas pour s’entretenir avec le président syrien, Bachar al-Assad, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.
"Sergueï Lavrov et Mikhaïl Fradkov (chef des services de renseignements extérieurs russe, NDLR) sont arrivés à Damas pour des entretiens avec le président Bachar al-Assad", a précisé le ministère sur son compte Twitter.
Moscou avait annoncé dimanche que M. Lavrov se rendrait à Damas pour évoquer la mise en place rapide de "réformes démocratiques indispensables" en Syrie, où la répression des manifestations contre le régime syrien a fait plus de 6.000 morts depuis 11 mois, selon des ONG.
Lundi, M. Lavrov a refusé de dévoiler les objectifs de sa visite en Syrie : "Quand vous partez en mission à la demande du chef de l’Etat, les objectifs de la mission sont en règle générale révélés seulement à la personne à laquelle ils s’adressent", avait-il dit.
Cette visite intervient après le veto de la Russie et de la Chine samedi à l’ONU à un projet de résolution du Conseil de sécurité présenté par les Occidentaux et des pays arabes condamnant la répression en Syrie.
Ce double veto sino-russe a soulevé l’indignation des Occidentaux et de plusieurs pays arabes. Selon plusieurs diplomates et experts occidentaux, ce geste pourrait encourager le président Assad à poursuivre sa répression des opposants syriens. Il a été qualifié de "permis de tuer" par l’opposition syrienne.
La Chine a indiqué mardi espérer que les efforts de médiation de la Russie se révéleraient "payants".
De leur côté, les Etats-Unis ont émis l’espoir que M. Lavrov fasse "bien comprendre au régime" du président syrien Bachar al-Assad combien il est "isolé".

***

Le Cns appelle les hommes d’affaires arabes à financer les rebelles
Le Conseil national syrien (CNS) et l’Armée syrienne libre (ASL) ont appelé les hommes d’affaires syriens et arabes à financer les opérations menées par les rebelles contre le régime de Bachar el-Assad, selon un communiqué commun diffusé mardi.
"Nous lançons un appel chaleureux aux hommes d’affaires syriens et arabes pour participer de manière directe et efficace au financement légitime des opérations d’autodéfense et de protection des zones civiles menées par l’ASL", lit-on dans le communiqué. Le CNS est la principale formation de l’opposition et l’ASL revendique quelque 40 000 combattants et mène des opérations contre les forces du régime syrien.
"Les moyens disponibles actuellement ne suffisent pas pour faire face aux attaques du régime qui reçoit un soutien en armes et en munitions et du financement de forces régionales et internationales", poursuit le communiqué, en référence notamment à l’Iran, la Russie et la Chine, alliés de Damas. Le CNS et l’ASL ont également lancé un appel au peuple syrien à "résister face aux attaques traîtres" du régime.

(07 février 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2