Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Yémen > Yémen : le futur président veut une aide internationale, s’engage au (...)

Yémen : le futur président veut une aide internationale, s’engage au dialogue

lundi 20 février 2012, par La Rédaction

Le futur président du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, a lancé un appel à une aide internationale pour son pays dévasté et s’est engagé au dialogue avec les autonomistes sudistes et la rébellion nordiste qui boycottent son élection.
Dans un discours télévisé dimanche soir, M. Hadi, actuellement vice-président, a souligné la nécessité de réunifier l’armée, de mettre fin à l’influence d’Al-Qaïda et d’entreprendre des "réformes radicales".
M. Hadi est le seul candidat à l’élection présidentielle de mardi, en vertu d’un accord signé en novembre par le président contesté Ali Abdallah Saleh après dix mois de manifestations populaires et sous une intense pression internationale.
"Les problèmes économiques demeurent en tête de nos priorités et les circonstances nous poussent à renouveler la demande aux pays frères et amis d’allouer rapidement au Yémen les fonds rassemblés par les conférences des donateurs et des Amis du Yémen", a dit M. Hadi.
Il a proposé "la constitution d’un fonds d’urgence pour aider le gouvernement à sortir de la crise", alors que plusieurs milliards de dollars sont nécessaires pour réhabiliter le pays, selon les estimations.
"Nous espérons que le G20 appuiera la tenue d’une conférence pour soutenir le Yémen économiquement", a-t-il ajouté, soulignant que son pays "a traversé des mois éprouvants et les observateurs les plus optimistes nous ont prédit un sort semblable à celui de la Somalie".
Il a rendu hommage aux monarchies du Golfe, à l’Union Européenne, aux Etats-Unis, à la Chine et à la Russie dont l’implication a permis l’accord de sortie de crise.
"Mais nous n’aurions pas pu parvenir à ce règlement si le président Saleh n’avait pas (...) fait primer l’intérêt de son pays sur toute considération de vengeance et s’il n’avait pas évité toute réaction qui aurait pu conduire le pays à la catastrophe", a-t-il encore dit.
M. Saleh a été gravement blessé dans un attentat qui l’a visé dans son palais en juin, dont il a accusé ses opposants.
Le vice-président dont l’élection est boycotté par le Mouvement sudiste réclamant l’autonomie pour le sud, et par les rebelles zaïdites —branche du chiisme— qui contrôlent une partie du nord, a affirmé que seul le dialogue peut régler les crises dans le pays.
"La cause sudiste et ses répercussions, ainsi que ce qui s’est produit et continue de se produire à Saada (fief de la rébellion nordiste) sont des priorités qu’il faut examiner rapidement, à coeur ouvert et sans préjugés", a-t-il dit.
Selon lui, "le chaos qui a régné dans le pays a été exploité par Al-Qaïda pour tenter d’étendre son influence", notamment dans l’est et le sud du pays.
"Il est de notre responsabilité de mettre fin à ces agissements terroristes qui sont contraires à la religion", a dit M. Hadi.

(20 février 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2