Al-Oufok

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Couloirs humanitaires en Syrie - Russie : "Cela ne peut qu’aggraver le (...)

Couloirs humanitaires en Syrie - Russie : "Cela ne peut qu’aggraver le conflit"

mercredi 22 février 2012, par La Rédaction

La Russie est opposée à la proposition française d’instaurer des "couloirs humanitaires" en Syrie, dans la mesure où ils ne feraient qu’"aggraver le conflit", a déclaré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov. "Il est peu probable que la création de ces couloirs humanitaires soit efficace. Cela ne peut qu’aggraver le conflit et conduire à des confrontations militaires graves", a déclaré Guennadi Gatilov.

***

Paris demande un "accès" pour secourir les victimes
La France demande à la Syrie un "accès sécurisé" pour porter secours aux victimes à Homs (centre de la Syrie) après les bombardements qui ont tué mercredi deux journalistes, un Français et un Américain, et a convoqué l’ambassadrice de Syrie à Paris, a indiqué le Quai d’Orsay.
"J’ai demandé à notre ambassade à Damas d’exiger des autorités syriennes un accès sécurisé et médicalisé pour porter secours aux victimes avec le soutien du Comité international de la Croix-Rouge (CICR)", a dit le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé dans un communiqué. "J’ai demandé à mon directeur de cabinet de convoquer l’ambassadrice de Syrie à Paris", ajoute-t-il.

***

Le CICR poursuit ses efforts pour une trêve en Syrie
Le Comité international de la Croix-Rouge a déclaré mercredi poursuivre ses efforts en vue d’obtenir un cessez-le-feu immédiat en Syrie pour permettre de venir en aide aux civils piégés par les combats et les bombardements.
La veille, le CICR avait appelé les autorités et les insurgés syriens à convenir d’une trêve quotidienne de deux heures pour ravitailler les populations civiles et évacuer les blessés de Homs et des autres villes de Syrie.
Le président du CICR, Jakob Kellenberger, doit rencontrer dans le courant de la journée à Genève Basma Kodmani, une responsable du Conseil national syrien (CNS, mouvement d’opposition en exil).
"La situation est difficile et nous craignons qu’elle ne se détériore", a déclaré à Reuters TV la porte-parole du CICR, Carla Haddad. "Tout le monde a les yeux braqués sur Homs mais il ne faudrait pas ignorer ce qui se passe ailleurs."
"Le CICR souhaite ardemment entrer en contact avec différents membres de l’opposition, y compris le CNS. Le but de l’opération est d’engager un dialogue avec ceux qui sont susceptibles d’influencer la situation sur le terrain", a-t-elle ajouté.
Le CICR est la seule organisation humanitaire internationale disposant de personnel d’aide qui livre de l’eau, des vivres et des médicaments dans tout le pays.

***

L’opposition syrienne appelle à boycotter le référendum
Un important groupe d’opposition syrien a appelé mercredi la population à boycotter le référendum sur la nouvelle Constitution prévu par le président Bachar al Assad, y voyant une tentative du régime pour couvrir la répression.
"Le régime utilise cette proposition pour couvrir ses massacres. Une Constitution ne peut pas être préparée sans que tous les pouvoirs politiques et les groupes représentatifs de la société syrienne ne participent à son élaboration au sein d’une assemblée élue", déclarent dans un communiqué les Comités locaux de coordination.
Bachar al Assad a annoncé que le référendum aurait lieu dimanche prochain et que s’il était validé des élections pluripartites auraient lieu dans un délai de 90 jours.

***

La journaliste américaine Marie Colvin et le Français Rémi Ochlik tués en Syrie
Les deux journalistes tués à Homs, en Syrie, sont l’Américaine Marie Colvin et le photo-reporter français Rémi Ochlik, selon plusieurs ministres français qui s’exprimaient devant la presse à la sortie du Conseil des ministres.
En rendant compte des travaux du Conseil devant la presse, la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, a confirmé les identités données un peu plus tôt devant les caméras par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.
Elle a précisé que Nicolas Sarkozy avait réaffirmé devant le Conseil des ministres son attachement à la liberté de la presse et au fait que les journalistes puissent être "protégés" là où ils se rendent en mission.
Gilles Jacquier était le premier journaliste occidental tué dans ce pays en Syrie depuis le début de la révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad il y a un an.
La France souhaite connaître ce qui s’est passé exactement et qui constitue une "démonstration supplémentaire de la dégradation" de la situation en Syrie et d’une "répression qui est de plus en plus intolérable", a déclaré pour sa part le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

***

La Russie "condamne fermement" la mort des deux journalistes en Syrie
La Russie est "très préoccupée" par la mort de deux journalistes en Syrie, un Français et une Américaine, tués mercredi à Homs, un drame qu’elle "condamne fermement", a annoncé le ministère des Affaires étrangères. "Moscou condamne fermement et est très préoccupée, dans la mesure où ce n’est pas la première fois que des correspondants étrangers sont tués en Syrie", a déclaré le ministère dans un communiqué. "Cet événement tragique souligne une nouvelle fois la nécessité de mettre fin le plus rapidement possible aux violences d’où qu’elles viennent", a-t-il ajouté.

(22 février 2012 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : inscription@assawra.info

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href="http://www.aloufok.net/spip.php?article2">http://www.aloufok.net/spip.php?article2